AHP: Ashwagandha Safety Concerns in EU Are Based on Misrepresented Monograph

AHP : les inquiétudes concernant la sécurité de l'Ashwagandha dans l'UE sont basées sur une monographie mal présentée

Accueil » Nutrition » Compléments alimentaires » AHP : les inquiétudes concernant la sécurité de l'Ashwagandha dans l'UE sont basées sur une monographie mal présentée

En réponse aux inquiétudes des autorités sanitaires danoises et européennes selon lesquelles l'ashwagandha pourrait posséder une activité abortive, l'American Herbal Pharmacopoeia (AHP) a répondu aux citations d'une monographie de l'OMS qui citait la « Monographie de la racine d'ashwagandha et le Compendium thérapeutique » de l'AHP de 2000, affirmant que sa position était mal représentée – et que l'ashwagandha ne présente aucun risque de grossesse documenté.

En 2023, les autorités sanitaires danoises ont interdit les suppléments d'ashwagandha, affirmant qu'il était impossible d'établir une dose sûre en raison d'effets potentiellement nocifs sur les hormones et d'une activité abortive potentielle.

Selon l'AHP, la monographie de l'OMS de 2009 n'a pas pleinement articulé l'examen de l'AHP sur l'ashwagandha.

La monographie de l’OMS stipule ce qui suit :

« Il existe des rapports contradictoires concernant l’utilisation de l’ashwagandha pendant la grossesse. Des doses importantes mais non définies auraient une activité abortive (Chadha 1976 ; Svoboda 1992). Parmi les nombreux praticiens ayurvédiques consultés, aucun n’a signalé avoir observé une activité abortive cliniquement. À l’inverse, l’ashwagandha a été utilisé, traditionnellement et dans la pratique ayurvédique moderne, pour prévenir les fausses couches et stabiliser le fœtus (Tirtha 1998). »

« La fausse représentation de la monographie de l'AHP a conduit à plusieurs reprises, sans discernement, à l'idée fausse selon laquelle la racine d'ashwagandha est potentiellement dangereuse », a déclaré l'AHP.

La première édition du « Botanical Safety Handbook » attribuait à l'ashwagandha une classification de sécurité de 2b, qui signifie « ne pas utiliser pendant la grossesse, sauf recommandation contraire d'un professionnel de la santé qualifié, et une « mention » comme abortif. Cette « mention » a été supprimée dans la deuxième édition du « Botanical Safety Handbook » en raison d'un manque de documentation.

Depuis ces publications antérieures, une revue de la littérature traditionnelle et scientifique et de toutes les citations accessibles faisant mention de l'ashwagandha comme abortif a été menée, a rapporté l'AHP, et l'avis des praticiens de la médecine ayurvédique a été sollicité.

Ni le comité consultatif d’experts du « Botanical Safety Handbook » ni les experts impliqués dans la révision de l’AHP n’ont signalé avoir trouvé de documentation traditionnelle ou scientifique indiquant que l’ashwagandha pouvait provoquer un avortement, et que les mises en garde antérieures étaient basées sur des rapports anecdotiques issus de la littérature ethnobotanique. La grande majorité de ces rapports étaient basés sur les parties aériennes rarement utilisées de la plante d’ashwagandha, et aucun mécanisme d’action pharmacologique n’a été établi pour la plante qui indiquerait un potentiel abortif.

Selon l'AHP, le ministère indien de l'AYUSH a également publié cette année un dossier de sécurité soulignant l'absence d'activité abortive de la racine d'ashwagandha, qui citait toutes les données cliniques et précliniques ayant étudié l'utilisation de l'ashwagandha et de ses préparations pendant la grossesse. Une étude animale n'a révélé aucun effet indésirable observé à des concentrations d'extrait d'ashwagandha de 2 000 mg/kg de poids corporel, et les essais humains disponibles n'ont signalé aucune toxicité maternelle ou fœtale chez les femmes enceintes.

« Bien qu’une prudence adéquate soit de mise lors de l’utilisation de toute substance pendant la grossesse, sur la base d’un examen critique et complet de la littérature traditionnelle et moderne, ainsi que de l’opinion de la majorité des experts, il n’existe aucune preuve d’un effet abortif de la racine d’ashwagandha », a déclaré l’AHP.

Publications similaires