Nouvel espoir pour le premier traitement des AVC liés à la démence

Améliorer le sommeil profond pourrait prévenir la démence, selon une étude

Accueil » Parents » Étapes » Enfant » Améliorer le sommeil profond pourrait prévenir la démence, selon une étude

Une réduction de seulement 1 % du sommeil profond par an chez les personnes de plus de 60 ans se traduit par une augmentation de 27 % du risque de démence, selon une étude qui suggère que l’amélioration ou le maintien du sommeil profond, également connu sous le nom de sommeil lent, chez les personnes âgées. des années pourraient éviter la démence.

L’étude, dirigée par le professeur agrégé Matthew Pase, de la Monash School of Psychological Sciences et du Turner Institute for Brain and Mental Health à Melbourne, en Australie, et publiée aujourd’hui dans JAMA Neurologiea examiné 346 participants de plus de 60 ans inscrits à la Framingham Heart Study et qui ont réalisé deux études sur le sommeil nocturne au cours des périodes 1995 à 1998 et 2001 à 2003, avec une moyenne de cinq ans entre les deux études.

Ces participants ont ensuite été soigneusement suivis pour la démence depuis la deuxième étude sur le sommeil jusqu’en 2018. Les chercheurs ont constaté, en moyenne, que la quantité de sommeil profond diminuait entre les deux études, indiquant une perte de sommeil lent avec le vieillissement. Au cours des 17 années de suivi suivantes, 52 cas de démence ont été enregistrés.

Même en tenant compte de l’âge, du sexe, de la cohorte, des facteurs génétiques, du statut tabagique, de la consommation de somnifères, de la consommation d’antidépresseurs et de la consommation d’anxiolytiques, chaque pourcentage de diminution du sommeil profond chaque année était associé à une augmentation de 27 % du risque de démence.

“Le sommeil lent, ou sommeil profond, soutient le vieillissement cérébral de plusieurs manières, et nous savons que le sommeil augmente l’élimination des déchets métaboliques du cerveau, notamment en facilitant l’élimination des protéines qui s’agrègent dans la maladie d’Alzheimer”, a déclaré le professeur agrégé Pase. .

“Cependant, jusqu’à présent, nous ne sommes pas sûrs du rôle du sommeil lent dans le développement de la démence. Nos résultats suggèrent que la perte du sommeil lent peut être un facteur de risque modifiable de démence.”

Le professeur agrégé Pase a déclaré que la Framingham Heart Study est une cohorte communautaire unique avec des études répétées du sommeil polysomnographique (PSG) pendant la nuit et une surveillance ininterrompue de la démence incidente.

“Nous les avons utilisés pour examiner comment le sommeil lent évoluait avec le vieillissement et si les changements dans le pourcentage de sommeil lent étaient associés au risque de démence plus tard dans la vie jusqu’à 17 ans plus tard”, a-t-il déclaré.

“Nous avons également examiné si le risque génétique de la maladie d’Alzheimer ou les volumes cérébraux évocateurs d’une neurodégénérescence précoce étaient associés à une réduction du sommeil lent. Nous avons constaté qu’un facteur de risque génétique de la maladie d’Alzheimer, mais pas le volume cérébral, était associé à une diminution accélérée du sommeil lent. sommeil lent.

★★★★★

A lire également