Associations positives trouvées entre les troubles prémenstruels et la dépression périnatale

Associations positives trouvées entre les troubles prémenstruels et la dépression périnatale

Accueil » Psychologie » Troubles mentaux » Adulte » Associations positives trouvées entre les troubles prémenstruels et la dépression périnatale

Les femmes touchées par des troubles prémenstruels courent un risque plus élevé de dépression périnatale que celles qui n'en souffrent pas, selon une étude publiée dans la revue en libre accès. Médecine PLOS. La relation fonctionne dans les deux sens : les personnes souffrant de dépression périnatale sont également plus susceptibles de développer des troubles prémenstruels après la grossesse et l'accouchement. Cette étude suggère qu'un mécanisme commun pourrait contribuer aux deux conditions.

Les femmes menstruées subissent des fluctuations hormonales cycliques tout au long de la puberté, du cycle menstruel, de la grossesse et de la ménopause. Certaines femmes ont du mal à gérer les symptômes de mauvaise humeur et de dépression pendant ces fluctuations. Entre un cinquième et un tiers des femmes seraient touchées par des troubles prémenstruels et 11 % des mères souffriraient de dépression périnatale, c'est-à-dire des symptômes dépressifs pendant la grossesse et jusqu'à 12 mois après l'accouchement.

Qian Yang et ses collègues du Karolinska Institutet de Suède et de l'Université d'Islande ont utilisé les registres nationaux suédois de 2001 à 2018 et ont identifié 84 949 femmes souffrant de dépression périnatale et 849 482 femmes non touchées.

Les chercheurs ont comparé les femmes en fonction de leur âge et de leur année civile, et ont ensuite contrôlé les facteurs démographiques, le tabagisme, l'IMC, la parité et les antécédents de troubles psychiatriques.

Parmi les femmes souffrant de dépression périnatale, près de 3 % souffraient de troubles prémenstruels avant la grossesse, contre 0,6 % des femmes appariées non affectées. Les femmes souffrant de dépression périnatale étaient également deux fois plus susceptibles de signaler des troubles prémenstruels lorsque les règles reprenaient après l'accouchement, par rapport à celles non affectées par la dépression périnatale.

La recherche met en lumière l’association entre les deux affections et soutient une théorie selon laquelle elles pourraient partager des mécanismes biologiques sous-jacents et/ou des facteurs de risque. Comprendre cette association pourrait aider les prestataires de soins de santé à mieux cibler le soutien aux femmes les plus susceptibles d'être touchées.

Les auteurs ajoutent : « Cette étude révèle une forte relation bidirectionnelle entre la dépression périnatale et les troubles prémenstruels, en utilisant des données provenant de plus de 900 000 grossesses. Les résultats suggèrent que les deux troubles peuvent exister sur un continuum et soulignent l'importance de reconnaître ces susceptibilités dans la pratique clinique. “

★★★★★

A lire également