Cancer du pancréas : une nouvelle découverte pourrait être la clé pour arrêter la croissance du cancer

Cancer du pancréas : une nouvelle découverte pourrait être la clé pour arrêter la croissance du cancer

Accueil » Santé » Cancer du pancréas : une nouvelle découverte pourrait être la clé pour arrêter la croissance du cancer

KTSDESIGN/BIBLIOTHÈQUE DE PHOTOS SCIENTIFIQUES/Getty Images

  • Le cancer du pancréas est un type de cancer grave qui peut être à la fois agressif et mortel.
  • Les experts continuent de rechercher de nouvelles options de traitement pour le cancer du pancréas, y compris des moyens d’arrêter la propagation.
  • Une nouvelle étude a découvert un mécanisme qui pourrait être la clé du ralentissement de la croissance du cancer du pancréas, ce qui pourrait ouvrir de futures options de traitement.

Le cancer peut être une maladie préjudiciable, et le cancer du pancréas est l’un des types les plus graves. Le cancer du pancréas a un faible taux de survie à cinq ans. Il est souvent difficile de traiter si la chirurgie n’est pas une option. Les chercheurs s’efforcent de comprendre le fonctionnement du cancer du pancréas afin de développer des méthodes de traitement plus efficaces.

Une étude publiée dans Nature a révélé que la désactivation du gène spécifique GREM1 entraîne une plus grande propagation du cancer du pancréas. Mais réactiver le gène peut réduire la propagation du cancer du pancréas. Cette découverte pourrait conduire au développement de traitements contre le cancer du pancréas.

Cancer du pancréas : un impact immense

Le cancer du pancréas est un type de cancer grave qui touche le pancréas. Le pancréas est un organe essentiel à la digestion et à la régulation de la glycémie par l’organisme. L’American Cancer Society note qu’il peut être difficile pour les professionnels de la santé de détecter et de diagnostiquer tôt le cancer du pancréas. Souvent, les gens n’ont pas de symptômes avant que le cancer se soit propagé.

Le cancer du pancréas a un faible taux de survie à cinq ans de 11 % à tous les stades. Cependant, le taux de survie à cinq ans est d’environ 42 % lorsque la tumeur est encore localisée et ne s’est pas propagée à d’autres régions. Parfois, une intervention chirurgicale peut enlever la tumeur, et d’autres fois, les soins sont plus favorables et se concentrent sur la prolongation de la vie.

Le Dr Arif Kamal, responsable des patients de l’American Cancer Society, a expliqué à Medical News Today :

« Le cancer du pancréas est souvent diagnostiqué à des stades ultérieurs, lorsque des symptômes de cancer avancé tels qu’une perte de poids, des douleurs abdominales ou une jaunisse (jaunissement des yeux) apparaissent. Pour la plupart des patients diagnostiqués, il n’est pas curable et très grave. Pour ceux qui ont des stades précoces de cancer du pancréas, la chirurgie et les modalités de radiothérapie avec ou sans chimiothérapie sont des options de prise en charge. Pour les personnes atteintes d’une maladie plus avancée, une chimiothérapie intensive d’une durée indéterminée est généralement prescrite.

Parce que le cancer du pancréas peut être difficile à dépister tôt et à traiter, un domaine d’intérêt est de savoir comment empêcher le cancer du pancréas de se propager à d’autres organes.

GREM1 et cancer du pancréas

Les chercheurs de cette étude ont examiné l’influence d’un gène spécifique sur la propagation du cancer du pancréas. Ils ont utilisé des souris et des organoïdes dans leurs recherches. Les organoïdes sont des organes synthétiques et simplifiés.

Ils se sont penchés sur le type de cancer du pancréas le plus courant : l’adénocarcinome canalaire pancréatique (PDAC). Au fur et à mesure que ce cancer se propage, il passe d’un certain type appelé épithélial à un autre type appelé mésenchymateux. Ce changement a un impact sur l’agressivité du cancer du pancréas et sur l’efficacité des médicaments.

Ils ont découvert qu’un gène spécifique, GREM1, était essentiel pour maintenir le cancer du pancréas dans l’état épithélial le plus stable par rapport à l’état mésenchymateux le plus dangereux. Ils ont noté que chez les souris atteintes d’un cancer du pancréas, lorsqu’elles ont retiré GREM1, le cancer est passé de l’état épithélial à l’état mésenchymateux en quelques jours.

Les chercheurs ont découvert que le cancer du pancréas métastasait au foie chez 90 % des souris dont le GREM1 avait été retiré. En comparaison, des métastases hépatiques n’ont été observées que chez 15 % des souris atteintes de GREM1 standard (“de type sauvage”).

En revanche, lorsque les souris ont surexprimé le gène GREM1, le cancer est revenu à l’état épithélial. Les résultats suggèrent que ce gène joue un rôle clé dans la régulation de la propagation ou non du cancer du pancréas au reste du corps et devient plus dangereux.

L’auteur de l’étude, le professeur Axel Brehens, a noté les points saillants des résultats de la recherche au MNT :

Le message principal de notre étude est, à mon avis, qu’il est possible de convertir un cancer du pancréas agressif en une forme plus traitable. Nous l’avons fait en activant et désactivant un gène particulier, GREM1. Les recherches futures devraient identifier des médicaments capables d’imiter ce que fait cette protéine et de convertir la tumeur en une forme moins agressive, qui pourrait alors être mieux traitée.

Limites de l’étude et poursuite de la recherche

Les chercheurs de données recueillies dans cette étude est bénéfique, mais pas sans limites. Par exemple, ils ont utilisé des modèles de souris et des organoïdes, de sorte que la traduction des données vers les humains est limitée. Cependant, le ciblage de ce gène peut être essentiel dans le développement de futurs traitements pour les patients atteints d’un cancer du pancréas.

Il faudra du temps pour que ces données se traduisent en options de traitement, mais le Dr Kamal était optimiste.

“Cette étude démontre les cellules uniques qui composent le cancer du pancréas et ajoute des informations supplémentaires à notre compréhension de la façon dont les variations possibles peuvent conduire à de meilleurs schémas thérapeutiques”, a-t-il déclaré.

En raison du taux de survie limité du cancer du pancréas, cette étude contribue à une meilleure compréhension de ce cancer et de sa nature agressive. Au fur et à mesure que les informations dans ce domaine se développeront, cela conduira, espérons-le, à des taux de survie plus élevés chez les patients atteints de cancer du pancréas.

Publications similaires