Comment aider lorsque votre enfant a peur de retourner à l'école

Comment aider lorsque votre enfant a peur de retourner à l’école

Accueil » Psychologie » Comment aider lorsque votre enfant a peur de retourner à l’école

L’anxiété à l’école n’est pas rare, mais comment les parents peuvent-ils aider ?

La plupart des parents se souviennent probablement d’avoir été confrontés à un certain niveau d’anxiété scolaire dans leur propre enfance. C’était peut-être à cause d’un test que tu n’étais pas prêt à passer. Ou cela aurait pu être un désaccord avec des amis qui vous a rendu anxieux à l’idée de les affronter dans les couloirs.

Quoi qu’il en soit, vous avez peut-être eu des nœuds dans l’estomac à l’idée d’aller à l’école.

Les enfants d’aujourd’hui vivent exactement la même chose, mais à un niveau potentiellement plus élevé que jamais.

Après tout, les enfants d’aujourd’hui doivent faire face aux impacts des médias sociaux qui s’infiltrent dans leurs interactions sociales réelles. Ils sont confrontés à des attentes académiques de plus en plus élevées. Ils sont confrontés à une augmentation du harcèlement.

Et dans un monde qui rouvre lentement, mais ressent toujours les effets de la pandémie de COVID-19, beaucoup peuvent également subir une perte de compétences sociales et de l’anxiété autour d’un retour à l’école après plus d’un an d’apprentissage en ligne.

Il n’est pas étonnant que la prévalence estimée de l’anxiété chez les enfants âgés de 6 à 17 ans ait augmenté au fil du temps, passant d’environ 5,5 % en 2003 à 7,1 % en 2016.

De plus, les preuves suggèrent que les enfants et les jeunes adultes ont connu une augmentation des symptômes d’anxiété pendant la pandémie de COVID-19.

Selon les Centers for Disease Control (CDC), 7,1% des enfants âgés de 3 à 17 ans ont reçu un diagnostic d’anxiété. Pour 2% à 5% des enfants, cela se traduit par un refus scolaire basé sur l’anxiété – un résultat potentiel d’une anxiété scolaire non résolue.

En d’autres termes : l’anxiété scolaire n’est pas du tout rare. Mais comment les parents d’enfants anxieux à l’école peuvent-ils aider ?

Qu’est-ce que l’anxiété scolaire, exactement?

Il existe plusieurs types d’anxiété que les enfants peuvent ressentir, dont beaucoup peuvent se traduire par une anxiété à l’école. Ceux-ci inclus:

  • Anxiété de séparation: une peur d’être séparé de la maison ou des figures d’attachement les plus proches, les deux étant souvent nécessaires pour fréquenter l’école
  • Anxiété sociale: l’anxiété qui accompagne les interactions et les environnements sociaux, y compris ceux qui peuvent avoir lieu à l’école
  • Anxiété généralisée : le trouble d’anxiété généralisée (TAG) peut avoir un impact et englober de nombreuses facettes de la vie, y compris l’école
  • Trouble obsessionnel-compulsif (TOC) : Le TOC se caractérise par un besoin d’ordre extrême, de rituels et de perfectionnisme, qui peuvent tous être plus difficiles à maintenir à l’école et peuvent contribuer à l’anxiété sociale d’un élève qui a peur d’être ridiculisé en raison de ses habitudes de TOC.
  • Phobies spécifiques : une phobie spécifique peut concerner à peu près n’importe quoi, des serpents et des hauteurs, à certains aliments et à l’école

L’anxiété scolaire peut être différente selon le groupe d’âge de l’élève.

Pour les enfants d’âge préscolaire, cela peut être davantage lié à l’anxiété de séparation et à la peur d’être loin de maman, de papa ou d’autres soignants. Cela peut entraîner des crises de colère à la sortie de l’école et des difficultés à se détendre tout au long de la journée.

À l’école primaire, l’anxiété scolaire pourrait être liée à l’un des types d’anxiété ci-dessus.

Un élève de cet âge n’a peut-être pas encore développé les compétences sociales adaptées à son âge et peut par conséquent avoir de l’anxiété à propos de l’école, ou il peut passer trop de temps à s’inquiéter des attentes académiques – au point de ne pas vouloir y aller.

Les collégiens commencent à développer une hiérarchie sociale qui peut entraîner une augmentation de l’intimidation et divers troubles d’amitié, qui peuvent tous contribuer à l’anxiété à l’école.

Et au lycée, les élèves peuvent jongler avec des problèmes dans leur vie familiale et au sein de leurs amitiés et relations, parallèlement à des responsabilités croissantes comme occuper un emploi et essayer d’obtenir de bonnes notes pour l’université.

À tous ces âges, l’anxiété scolaire peut entraîner l’évitement et le refus de l’école.

Signes d’anxiété à propos de l’école

Selon le groupe de défense de la santé mentale des enfants Child Mind Institute, l’anxiété à l’école peut se manifester de plusieurs façons. Les parents et les enseignants peuvent remarquer que leurs élèves sont :

  • lutter pour faire attention
  • avoir du mal à rester assis
  • présentant un niveau accru d’adhérence
  • tomber malade (ou se sentir malade) plus fréquemment, ce qui peut parfois être interprété par d’autres comme « faire semblant » de se sentir malade
  • faire des crises de colère ou afficher d’autres problèmes de comportement
  • éviter le contact visuel en classe
  • se figer ou paniquer lorsqu’on lui demande de répondre à une question en classe
  • aux prises avec le travail scolaire (l’anxiété peut souvent accompagner les troubles d’apprentissage)
  • ne pas rendre ses devoirs
  • rester seuls à l’école plutôt que de socialiser avec d’autres enfants

Pour les enfants dont l’anxiété à l’école a persisté ou a augmenté en gravité, des symptômes physiques peuvent apparaître, tels que :

  • la nausée
  • perte d’appétit
  • troubles du sommeil
  • maux de tête

L’anxiété scolaire peut également contribuer à des signes de dépression et d’isolement chez l’élève en difficulté.

Qu’est-ce qui cause l’anxiété scolaire de mon enfant?

Certains enfants sont simplement plus sujets à l’anxiété que d’autres. Il existe un taux d’héritabilité relativement élevé (30 % à 67 %) dans les troubles anxieux, par exemple, de sorte qu’un enfant qui a des antécédents familiaux d’anxiété peut être génétiquement prédisposé.

De plus, un enfant qui éprouve d’autres formes d’anxiété est plus susceptible de développer également de l’anxiété à l’école.

Mais parfois, diverses circonstances à l’école peuvent augmenter le risque d’anxiété scolaire. Certaines circonstances incluent :

  • Harcèlement. Un enfant victime d’intimidation peut avoir peur de retourner là où il a été harcelé.
  • Luttes interpersonnelles. Naviguer dans des amitiés et des relations en évolution ne fait que partie du collège et du lycée, en particulier. Mais cela ne rend pas ces changements, ces changements, ces combats et ces ruptures plus faciles à gérer. Pour certains enfants, les retombées de l’amitié et les drames relationnels peuvent rendre l’idée de retourner à l’école anxiogène.
  • Difficultés académiques. Pour les enfants ayant des troubles d’apprentissage (en particulier des troubles d’apprentissage non diagnostiqués), l’école peut être un lieu de grande anxiété alors qu’ils luttent pour réussir. De plus, ils ne comprennent pas nécessairement pourquoi le faire est si difficile.
  • Autres problèmes de santé mentale ou neurologique. Des conditions telles que le trouble déficitaire de l’attention avec hyperactivité (TDAH), la dépression ou les troubles du spectre autistique peuvent rendre l’intégration et la réussite à l’école beaucoup plus difficiles, ouvrant la voie à l’anxiété scolaire.

Je suis parent : comment puis-je aider ?

L’une des choses les plus importantes que les parents d’enfants anxieux à l’école puissent faire est de reconnaître les signes. Si vous remarquez que votre enfant a des difficultés, parlez-en avec lui. Il se peut qu’ils s’ouvrent à vous et qu’ensemble, vous puissiez trouver une solution.

Cela signifie peut-être développer des routines pour aider votre enfant à mieux se préparer pour l’école chaque matin. Vous pouvez revoir leurs devoirs ensemble, prendre le petit-déjeuner en famille à table ou trouver un mantra que vous pouvez chanter ensemble sur le chemin de l’école.

Dans les semaines qui précèdent l’école, vous pouvez aider votre enfant à faire face à son anxiété scolaire en discutant de tous les scénarios possibles qui pourraient l’inquiéter et en l’aidant à réfléchir à la meilleure façon de gérer ces situations avant de les affronter.

Et après l’école, vous trouverez peut-être utile pour votre enfant que vous soyez disponible pour parler s’il en a besoin. Pourquoi ne pas créer une tradition consistant à prendre une collation après l’école à table pendant que vous discutez de leur journée et évaluez ensemble comment tout s’est passé ?

Si vous ne pouvez pas aider votre enfant à surmonter seul son anxiété à l’école, n’hésitez pas à demander de l’aide.

L’administration scolaire de votre enfant peut disposer de ressources, et un professionnel de la santé mentale qualifié peut également aider votre enfant à identifier la cause profonde de son anxiété et à commencer à y remédier, en développant des outils qui peuvent l’aider en cours de route.

Je suis enseignant : comment puis-je aider ?

Les enseignants et les éducateurs sont souvent dans une position unique pour reconnaître les signes d’anxiété scolaire chez un enfant avant tout le monde. Cela vous permet de contacter les parents de l’enfant dès le début et de discuter des stratégies possibles pour aider l’enfant à faire face ensemble à son anxiété.

Vous pouvez également aider en étant simplement un endroit sûr où l’enfant peut aller les jours où il a particulièrement des difficultés. Vous pourriez peut-être développer un mot de code que l’enfant pourrait prononcer pour vous faire savoir qu’il se sent anxieux.

Les enseignants de jeunes enfants voudront peut-être envisager d’avoir un espace de « détente » dans leur chambre où les enfants pourront se rendre lorsqu’ils ont des difficultés. Cela pourrait être aussi simple qu’un coin de la pièce équipé d’un pouf et de livres pour que l’enfant puisse passer un moment seul.

Pour les enfants plus âgés et les adolescents, les enseignants peuvent aider en étant un adulte de confiance avec qui ils peuvent parler. Lorsque vous remarquez des signes d’anxiété, vous pouvez leur faire savoir que vous êtes disponible s’ils éprouvent des difficultés.

Être empathique et gentil peut aider à établir une connexion. Les féliciter lorsque vous le pouvez et leur faire savoir que vous vous souciez de vous et que vous êtes là s’ils ont besoin de vous serait également utile.

Cela seul pourrait faire toute la différence dans le monde.

Résumons

L’anxiété en général, et l’anxiété à l’école en particulier, est assez courante chez les enfants. Cela pourrait s’avérer encore plus vrai dans les années à venir, alors que les enfants s’adaptent à une routine et à un horaire réguliers après que la pandémie a déraciné tout ce qui était auparavant considéré comme la norme.

Tout cela pour dire : vous et votre enfant n’êtes certainement pas seuls s’il s’agit de quelque chose dont ils font face.

Les thérapeutes, les pédiatres, les conseillers d’orientation scolaire et les administrateurs peuvent tous être d’excellentes ressources si vous vous inquiétez pour votre enfant. Ils n’ont pas à traverser cela seuls, et vous n’avez certainement pas à trouver des moyens de les aider tous par vous-même.

Une assistance est disponible pour vous. Vous pouvez donner à votre enfant l’exemple de ce à quoi cela ressemble (et comment il peut faire la même chose) comme vous le faites.

.

★★★★★

A lire également