Comment comprendre la nuance derrière les chiffres

Comment comprendre la nuance derrière les chiffres

Accueil » Parents » Étapes » Enfant » Comment comprendre la nuance derrière les chiffres

Des recherches récemment publiées ont trouvé un lien entre l’allaitement pendant des années plus longues et des notes GCSE plus élevées.

Nous savons, grâce à des recherches antérieures, que dans l’ensemble d’une population, l’allaitement peut contribuer à favoriser la santé et le développement. Les bébés allaités sont statistiquement moins susceptibles de développer certains problèmes de santé ou, comme dans cette étude, légèrement plus susceptibles d’obtenir des notes plus élevées. Mais la phrase clé est “probable”.

Aucune recherche n’a jamais montré qu’un bébé qui n’est pas allaité développera une maladie, ou qu’un bébé qui est allaité ne le sera pas. Mais des nuances comme celle-ci peuvent manquer dans les gros titres, comme celles vues lors de la publication de cette étude. Il en va de même pour la reconnaissance que le développement de l’enfant est toujours plus complexe que le fait qu’un bébé soit allaité ou non, car de multiples facteurs affectent notre santé.

Cela ressort clairement de l’étude de recherche elle-même. Il a révélé qu’environ un étudiant sur six dans l’étude a obtenu un laissez-passer élevé en mathématiques et en anglais. Dans ce cadre, une fois pris en compte des facteurs tels que l’éducation maternelle et la classe sociale, les bébés allaités pendant 12 mois ou plus avaient environ un tiers plus de chances d’obtenir une note supérieure en mathématiques et en anglais que ceux qui n’avaient jamais été allaités.

Étant donné que seule une minorité a obtenu les meilleures notes, cela se traduit par une petite augmentation des chances d’obtenir les meilleures notes chez les bébés allaités pendant un an ou plus. Les données pour des durées plus courtes ou d’autres résultats tels que la réussite de cinq GCSE ou plus étaient moins concluantes.

Ainsi, la plupart des enfants n’ont pas obtenu une note supérieure, mais ils ont été nourris. Certains bébés qui n’ont jamais été allaités ont obtenu les meilleures notes.

Facteurs complexes

Au niveau individuel, une fois que vous avez également pris en compte d’autres facteurs qui pourraient affecter les notes mais qui ne peuvent pas être mesurés dans une étude comme celle-ci – des éléments hors de notre contrôle tels que la génétique, la chance et la difficulté avec laquelle un adolescent choisit de réviser – la différence sera probablement encore plus petit. Certainement pas à un niveau qui devrait vous inquiéter si vous lisez ceci en tant que parent dont le bébé ne peut pas être allaité.

Bien qu’il soit faux de dire que l’allaitement ne joue jamais de rôle, il est plus probable qu’il joue également un rôle aux côtés de nombreux autres facteurs importants.

Cela dit, les études qui montrent une petite augmentation comme celle-ci sont importantes, car elles pourraient persuader les gouvernements et d’autres organisations que le soutien à l’allaitement vaut la peine d’investir. Il y a eu un échec persistant dans la compréhension et le soutien de tous les aspects de l’alimentation du nourrisson.

L’étude elle-même est bien menée et met en évidence ses propres limites. Mais cela a conduit à une multitude de titres de presse affirmant que les enfants allaités réussissent mieux à l’école et appelant les mères à allaiter pour améliorer les notes de leurs enfants.

L’interprétation des médias a ravivé les sentiments de chagrin et de colère chez ceux qui se sentent abandonnés par la terrible manque d’investissement dans l’alimentation du nourrisson. La réponse a été féroce.

Pour les femmes qui veulent allaiter, des articles de presse comme ceux qui ont rapporté la nouvelle étude n’aident pas réellement les parents à le faire. L’enquête de 2010 sur l’alimentation des nourrissons a révélé qu’environ un tiers des femmes qui avaient commencé à allaiter avaient complètement arrêté au cours des six premières semaines. Quatre sur cinq auraient aimé continuer plus longtemps.

À quoi sert de savoir que l’allaitement pourrait potentiellement améliorer les résultats scolaires de votre enfant si le soutien dont vous avez besoin pour le faire fait défaut ?

De nombreuses femmes arrêtent pour des raisons indépendantes de leur volonté, telles que la difficulté d’accéder à un soutien pour positionner leur bébé sans douleur, des complications telles que l’attache de la langue, des conseils contradictoires, l’épuisement, des raisons de santé ou des problèmes d’approvisionnement en lait.

D’autres se sentent obligés de s’arrêter chez leur famille, ont des difficultés à retourner au travail ou se sentent critiqués pour se nourrir en public. Certaines ne peuvent pas allaiter en raison de complications de santé, ce qui signifie que continuer à allaiter n’aurait pas conduit à des résultats optimaux pour elles.

Je pourrais citer une centaine de raisons pour lesquelles les femmes arrêtent ou n’allaitent pas – mais ne pas savoir que l’allaitement pourrait éventuellement, au niveau de la population, augmenter légèrement les résultats GCSE de leur enfant ne serait pas l’une d’entre elles.

Il est également important de se demander pourquoi l’allaitement peut être important pour les femmes. Dans mes recherches, des femmes ont parlé de l’importance de l’allaitement pour elles parce que leur bébé était prématuré ou malade, pour des raisons culturelles ou religieuses, ou parce qu’ils préféraient s’occuper de leur bébé d’une certaine manière. Un simple désir que leur corps fonctionne comme ils l’espéraient.

Beaucoup ne peuvent pas le mettre en mots. Lorsque l’allaitement ne fonctionne pas, les femmes peuvent avoir l’impression de perdre bien plus que d’hypothétiques futures bonnes notes. Il ne s’agit pas de notes GCSE, mais plutôt d’attentes brisées, liées à un manque de soutien promis, à des jugements désinvoltes sur vos décisions ou à un rejet de l’importance de l’allaitement pour vous. Notre objectif principal devrait être de veiller à ce que tous les nouveaux parents obtiennent le soutien dont ils ont besoin maintenant pour s’occuper de leur bébé.

Publications similaires