Comment protéger votre adolescent des effets nocifs des médias sociaux

Comment protéger votre adolescent des effets nocifs des médias sociaux

Accueil » Parents » Étapes » Devenir parent » Comment protéger votre adolescent des effets nocifs des médias sociaux

Un nouvel avis de l’U.S Médecin-Général appelé “Médias sociaux et santé mentale des jeunes” décrit comment les médias sociaux modifient le cerveau des adolescents et altèrent leurs compétences sociales. Ces découvertes effrayantes peuvent vous faire paniquer, vous demandant si vous devez désinstaller Internet de votre domicile. Bien que vous sachiez que l’interdiction des médias sociaux n’empêchera probablement pas votre enfant d’y participer et peut en fait lui donner envie d’être plus en ligne, vous souhaitez tout de même contribuer à atténuer ces effets négatifs. Des experts des médias, de la jeunesse et de la santé mentale se penchent sur la meilleure façon de naviguer dans ces eaux délicates.

Que dit réellement le rapport ?

Le titre donne l’impression que tous les médias sociaux sont mauvais, mais ne paniquez pas encore. “Lorsque les parents et les soignants voient les gros titres effrayants qui résultent de rapports comme celui-ci, il est facile de sauter aux conclusions que les médias sociaux sont automatiquement très mauvais pour les enfants”, déclare dpsychologue du développement Tia Kim, vice-président de l’éducation, de la recherche et de l’impact chez Comité pour les enfants, une organisation mondiale à but non lucratif qui soutient le bien-être socio-émotionnel de plus de 26,9 millions d’enfants chaque année. Cependant, ce n’est pas ce que rapporte l’avis.

“Cela signifie que même s’il existe de bonnes preuves ou “tendances” que les médias sociaux peuvent potentiellement être nocif », dit Kim,les chercheurs ont encore beaucoup à apprendre.

Vous avez peut-être entendu parler ces tendances ou défisdont certains peuvent causer de graves dommages aux enfants. Le rapport montre également une association avec une utilisation fréquente des médias sociaux et une santé mentale négative.

« Les jeunes qui consultaient plus souvent leurs plateformes de médias sociaux étaient plus susceptibles d’être sensibles aux récompenses et aux punitions sociales générales », dit Stéphanie Marcello, psychologue en chef aux soins de santé comportementaux de l’Université Rutgers. “Essentiellement, ils ont constaté que les changements dans le cerveau étaient plus sensibles aux réactions sociales. Cela continue d’avoir un impact sur la façon dont le cerveau se développe à l’âge adulte.” (Elle cite une étude qui ont trouvé ces associations.)

Comment les réseaux sociaux modifient le cerveau des enfants

Le cerveau des enfants est constamment et se développe rapidement. Pendant la puberté, dit Marcello, “le cerveau subit des changements développementaux dramatiques”, qui incluent “des régions cérébrales associées à un le désir d’attention des pairs devient de plus en plus sensible.” Elle dit que ce désir d’attention est exactement ce que l’utilisation des médias sociaux peut exploiter. Associé à une maîtrise de soi sous-développée, il “tout indique à quel point le cerveau de l’adolescent est vulnérable.”

Kim explique comment ces changements cérébraux se traduisent par des façons d’interagir avec le monde tout au long de la vie.

Bes expériences positives et négatives contribuent à façonner certaines parties du cerveau des adolescents ainsi qu’à leur bien-être », dit-elle. Étant donné que les enfants estiment que les expériences virtuelles et réelles sont tout aussi importantes, leurs compétences sociales peuvent être gravement affectées par une mauvaise utilisation des médias sociaux. “L’une des principales façons dont les médias sociaux pourraient avoir un impact négatif sur les compétences socio-émotionnelles des enfants est d’inhiber leurs compétences sociales réelles”, explique Kim, ce qui se traduit par “des perceptions déformées du monde réel”.

Marcello dit que les expériences sociales virtuelles des enfants affectent les compétences sociales parce que, puisqu’elles ne se produisent pas réellement en temps réel, “les enfants sont essentiellement privés de l’apprentissage et de la pratique de toutes ces compétences,» tels que les indices sociaux non verbaux. Tout ça conduit à submerger, et Marcello dit, ça augmente les chances d’anxiété dans les relations sociales et futur-travail.

Qu’est-ce que doit font les parents ?

L’interdiction des médias sociaux n’est pas susceptible d’aider puisque les enfants auront accès à l’utilisation des médias par leurs amis et trouveront peut-être des moyens de se faufiler ou de cacher l’utilisation des médias sociaux. Bien que vous ne puissiez pas regarder par-dessus l’épaule de votre enfant tout le temps, dit Marcello, “les tuteurs et les parents doivent surveiller de près le flux de médias sociaux de leurs enfants au début de l’adolescence, en particulier entre 10 et 14 ans environ” et “devraient être à l’affût pour essayer pour minimiser ou arrêter les contenus dangereux auxquels leur enfant est exposé,» tels que des sujets liés au racisme et au suicide ou qui favorisent l’intimidation. Essayez de favoriser un environnement familial où votre enfant peut vous parler de ce qu’il voit en ligne et si c’est inapproprié ou non.

Kim dit d’inclure les enfants dans le processus de prise de décision concernant la fixation des limites de temps d’écran. “Par exemple, vous pouvez demander à votre adolescent comment il perçoit sa relation avec les médias sociaux, puis lui demander quelles solutions il aimerait mettre en œuvre pour que sa relation avec les médias sociaux reste positive”, dit-elle. En les faisant participer activement à l’établissement de limites, Kim dit que les limites ressembleront moins à une punition.

Marcello dit aussi que c’est important de modéliser une bonne utilisation des médias sociaux et de limiter votre temps sur votre téléphone, en particulier autour de vos enfants. Vous pouvez également utiliser vos propres médias sociaux pour entamer des conversations sur la différence entre la vraie vie et le cyberverse.

Oorsque nos connaissances familiales publient des images ou des histoires qui ne sont peut-être pas totalement réalistes », dit Kim, cela ouvre la porte à ces conversations parce que ils peuvent comparer ce qu’ils savent de la vie de la personne à ce qu’ils choisissent de montrer.

Encouragez votre enfant à avoir des interactions sociales positives dans le monde réel. Marcello suggère de porter une attention particulière à la recherche de “choses en dehors de la technologie qui les intéressent”, comme le sport, la musique et “tout ce qui suscite leur intérêt et leur donne confiance”. Elle dit que l’accent devrait être mis non pas sur leur apparence, mais sur ce qu’ils font. Il est également important d’intégrer des compétences à la maison qui préparera les enfants à prendre de bonnes décisions en ligne.

«La façon la plus simple pour les parents d’aider à atténuer ces effets néfastes possibles sur les adolescents est de doubler l’enseignement des compétences des enfants comme la conscience de soi pour comprendre comment ils apparaissent sur les réseaux sociaux devrait refléter leurs valeurs, l’autodiscipline pour fixer des limites saines autour des médias sociaux la consommation et la prise de décision responsable pour être un bon citoyen numérique et signaler des choses comme la cyberintimidation », dit Kim.

Non seulement ces compétences vous aideront avec les médias sociaux, mais également dans les interactions de la vie réelle.

Publications similaires