Comprendre comment les problèmes de comportement sont liés à la maltraitance et à la négligence envers les enfants

Comprendre comment les problèmes de comportement sont liés à la maltraitance et à la négligence envers les enfants

Accueil » Psychologie » Troubles mentaux » Adulte » Comprendre comment les problèmes de comportement sont liés à la maltraitance et à la négligence envers les enfants

La maltraitance et la négligence provoquent-elles des problèmes de comportement chez les enfants ou les problèmes de comportement chez les enfants provoquent-ils des maltraitances et de la négligence ? Une nouvelle étude menée par des chercheurs du Penn State College of Health and Human Development a confirmé que le premier se produit beaucoup plus souvent que le second.

Anneke Olson, étudiante diplômée en développement humain et études familiales, et son conseiller, Chad Shenk, professeur de développement humain et études familiales et de pédiatrie, ont mené des recherches démontrant que la maltraitance et la négligence pendant l'enfance conduisent à des comportements d'intériorisation problématiques, notamment la dépression et l'inquiétude. et les comportements d'extériorisation, y compris la délinquance et le non-respect des parents.

L'étude a été publiée le 14 mai dans Pédiatrie.

« La question centrale de cette recherche était : la maltraitance des enfants entraîne-t-elle des problèmes de comportement ou vice versa ? » dit Shenk. “Les études à court terme ou transversales ne peuvent pas capturer ces informations, c'est pourquoi nous avons combiné un ensemble de données unique avec une nouvelle approche statistique pour montrer que les enfants maltraités étaient plus susceptibles de présenter des problèmes de comportement ultérieurs à plusieurs âges tout au long de l'enfance et de l'adolescence. “

Les chercheurs ont utilisé les données des études longitudinales sur la maltraitance et la négligence envers les enfants (LONGSCAN), collectées tous les deux ans, à partir de l'âge de 4 ans jusqu'à l'âge de 18 ans. En utilisant sept vagues de données provenant de 1 354 enfants et de leurs tuteurs âgés de 4 à 18 ans. 16, les chercheurs ont déterminé si les enfants avaient une expérience documentée de maltraitance. Ensuite, ils ont simultanément examiné la relation entre l’exposition à la maltraitance et les comportements d’extériorisation et d’intériorisation.

Les chercheurs ont utilisé un modèle de panel à interceptions aléatoires et à décalage croisé, qui, selon eux, les a aidés à comprendre comment l'exposition à la maltraitance ou les changements dans les comportements d'intériorisation et d'extériorisation s'influencent mutuellement au fil du temps. À la majorité des moments de l’enfance et de l’adolescence, les enfants ayant subi de la maltraitance ont présenté une augmentation autrement inexpliquée des problèmes de comportement au cours de la prochaine vague de collecte de données.

En examinant les données dans l’autre sens – en examinant si les enfants qui présentaient des problèmes de comportement étaient plus susceptibles d’être maltraités au cours des deux années suivantes – ils ont constaté que les enfants n’étaient généralement pas plus susceptibles d’être maltraités s’ils affichaient une augmentation des comportements problématiques. La seule exception à cette tendance était que les enfants qui manifestaient une augmentation des comportements d'extériorisation à l'âge de 10 ans, comme la non-conformité ou la délinquance, étaient plus susceptibles d'être victimes de mauvais traitements deux ans plus tard.

Olson a déclaré que cela pourrait constituer une découverte importante pour comprendre le lien entre les abus et les problèmes de comportement.

“Les enfants commencent à faire la transition vers l'adolescence entre 10 et 12 ans”, a déclaré Olson. “À mesure que cela se produit, les pairs deviennent plus importants pour eux et les individus commencent à penser davantage par eux-mêmes, ce qui peut entraîner davantage de comportements d'extériorisation. C'est la seule période de l'étude où une augmentation des problèmes de comportement d'extériorisation a conduit à une augmentation de la maltraitance. dans le même temps, l’exposition à la maltraitance pendant cette période a également entraîné une augmentation des problèmes de comportement. »

Les chercheurs ont déclaré que la modélisation simultanée de cette relation bidirectionnelle entre les problèmes de comportement et la maltraitance pourrait représenter une opportunité unique pour améliorer le dépistage ainsi que le type et le calendrier des interventions.

“Le dépistage de l'exposition à la maltraitance et des problèmes de comportement dans les cabinets de pédiatres est un point important à retenir de cette étude”, a déclaré Shenk. “Le dépistage entre 10 et 12 ans est particulièrement important étant donné que la maltraitance et les comportements extériorisés étaient liés les uns aux autres à ce stade du développement. Il existe de brefs dépistages scientifiquement valides que les pédiatres peuvent utiliser pour la maltraitance et les problèmes de comportement. De plus, lorsque les pédiatres identifient enfants qui ont subi des mauvais traitements ou qui ont démontré des problèmes de comportement accrus, il existe des interventions qui peuvent contribuer à réduire les deux.

Les chercheurs ont souligné la thérapie d'interaction parent-enfant, développée pour traiter les comportements extériorisés dans un contexte familial, comme un excellent outil potentiel pour réduire les comportements problématiques avant l'âge de 10 ans. Ils ont déclaré que la thérapie enseigne aux enfants à gérer leur comportement et aboutit souvent à réduction significative des problèmes de comportement. Il a également été démontré que cela prévient les abus futurs, car les soignants apprennent de nouveaux comportements et stratégies pour promouvoir les relations familiales et lutter contre les comportements extériorisés sans recourir à des paroles ou à des actions violentes.

Shenk, qui occupe un poste conjoint au département de pédiatrie du Penn State College of Medicine, a exprimé son enthousiasme quant au potentiel de cette recherche pour guider une meilleure évaluation et une meilleure intervention des pédiatres.

Olson a déclaré qu'elle était surprise de voir à quel point les résultats étaient solides et clairs.

“Tout le monde dans le laboratoire du Dr Shenk veut poser des questions qui feront progresser notre compréhension de la maltraitance des enfants”, a expliqué Olson. “Dans cette étude, nous avons constaté que la maltraitance des enfants prédit de manière robuste les problèmes de comportement ultérieurs à plusieurs âges, mais nous avons également appris qu'il existe peu de preuves que les problèmes de comportement augmentent le risque de maltraitance ultérieure.”

Publications similaires