Couverture et déterminants des soins postnatals au Nigeria : une étude d'investigation pédiatrique

Couverture et déterminants des soins postnatals au Nigeria : une étude d’investigation pédiatrique

Accueil » Parents » Étapes » Enfant » Couverture et déterminants des soins postnatals au Nigeria : une étude d’investigation pédiatrique

Les décès néonatals constituent un problème grave au Nigeria. Plus d’un quart de million de nourrissons meurent chaque année, et 700 nourrissons chaque jour au Nigeria. On sait que la plupart des décès de nourrissons surviennent au début de la période néonatale (première semaine de vie). Parmi les principales causes d’une mortalité aussi élevée figurent les naissances prématurées, les infections et les maladies congénitales.

Pour réduire les décès de nourrissons au cours de la première semaine de vie, l’OMS a recommandé la PNC infantile, c’est-à-dire des visites médicales régulières pendant les six premières semaines après la naissance. Il englobe des soins complets pour les nourrissons, tels que la vaccination, les conseils aux mères, l’encouragement du contact peau à peau entre la mère et le bébé, l’allaitement et les examens pédiatriques. Bien que l’OMS réitère son importance, le recours aux PNC reste faible.

Une équipe de chercheurs dirigée par le Dr Bolaji Emmanuel Egbewale du Département de santé mondiale et de population de l’Université Harvard, aux États-Unis, et du Département de médecine communautaire de l’Université de technologie Ladoke Akintola au Nigeria, a mené une étude transversale basée sur la population pour rapporter l’étendue des soins PNC pour nourrissons au Nigéria et les facteurs qui déterminent la probabilité de recevoir une PNC.

Le Dr Olusola Oyedeji du Département de pédiatrie et de santé infantile de l’Université de technologie Ladoke Akintola au Nigeria, ainsi que le Dr Jesse Bump et le Dr Christopher Robert Sudfeld du Département de santé mondiale et de population de l’Université Harvard, aux États-Unis, ont également participé à l’étude. recherche et a été co-auteur de l’étude, qui a été publiée dans la revue Enquête pédiatrique.

Les chercheurs ont utilisé les données de l’Enquête démographique sur la santé du Nigéria (NDHS) de 2018 pour évaluer la couverture nationale des PNC et les facteurs influençant l’accès aux PNC. « Nous avons inclus uniquement les données des enfants nés deux ans avant le NDHS 2018 et avons utilisé une analyse statistique pour évaluer la couverture et les déterminants de la PNC infantile », explique le Dr Egbewale.

Les résultats révèlent que la couverture nationale des nourrissons recevant une PNC dans les deux jours suivant la naissance était aussi faible que 37,3 %. Au niveau de la population, la couverture PNC variait considérablement selon les États et les régions. Par exemple, les États des régions du Sud-Ouest avaient une plus grande couverture PNC que les États de la région du Nord-Ouest.

“Nous avons découvert que des facteurs individuels tels qu’une plus grande éducation maternelle, un emploi maternel, le fait d’avoir une résidence urbaine, le fait d’avoir une femme chef de famille et une plus grande richesse étaient associés à un recours accru aux PNC. En outre, nous avons identifié la prestation d’établissements comme un facteur qui a fortement incité les mères à rechercher une PNC chez leur nourrisson », explique le Dr Egbewale.

De plus, l’association entre l’éducation maternelle et l’utilisation des PNC peut s’expliquer par le fait que les mères ayant un niveau d’éducation élevé connaissent bien l’importance des PNC et qu’avoir un emploi leur offre un soutien financier et un accès aux services de soins de santé. De plus, les zones urbaines disposent de plus d’installations d’accouchement que les zones rurales, ce qui rend les services de santé comme la PNC facilement accessibles.

« Les résultats de notre étude mettent en évidence la nécessité de poursuivre la recherche et le développement d’interventions encourageant les femmes à rechercher une PNC infantile tout en tenant compte de facteurs tels que les barrières de connaissances et d’accès ; favorisant ainsi l’adoption de la PNC au Nigeria. Ainsi, notre étude marque une étape vers l’objectif de réduction de la mortalité infantile à l’échelle mondiale », conclut le Dr Egbewale.

Fourni par Cactus Communications

★★★★★

A lire également