De nouveaux indices sur la durée pendant laquelle le COVID affecte le système immunitaire pourraient-ils conduire à...

De nouveaux indices sur la durée pendant laquelle le COVID affecte le système immunitaire pourraient-ils conduire à…

Accueil » Santé » De nouveaux indices sur la durée pendant laquelle le COVID affecte le système immunitaire pourraient-ils conduire à…

Une étude offre de nouveaux indices sur les raisons pour lesquelles le COVID persiste longtemps chez certaines personnes. Krisanapong Detraphiphat/Getty Images

  • Malgré la nature débilitante de la COVID longue, il existe un manque de tests de diagnostic et d’outils thérapeutiques pour la COVID longue.
  • Une nouvelle étude a analysé des échantillons de sang provenant de patients atteints de long COVID et d’individus en bonne santé. Les résultats suggèrent une dérégulation de la voie du complément, une partie du système immunitaire, et des voies de coagulation sanguine chez les personnes atteintes d’un long COVID à six mois.
  • Les changements de certaines molécules dans ces voies immunitaires et de coagulation sanguine étaient prédictifs de la persistance des symptômes longs du COVID à 6 et 12 mois, indiquant l’utilité de ces mesures dans le développement d’outils de diagnostic du long COVID.
  • La dérégulation de ces voies immunitaires et de la coagulation sanguine suggère que des thérapies ciblant ces voies pourraient aider à traiter le long COVID.

Environ 10 à 20 % des personnes infectées par le SRAS-CoV-2 présentent des symptômes persistants au-delà de trois mois après l’apparition des symptômes. Ces symptômes, appelés COVID long, peuvent être débilitants, mais il y a un manque d’outils diagnostiques ou thérapeutiques.

Une nouvelle étude publiée dans Science a révélé que les patients présentant de longs symptômes de COVID six mois après l’infection par le SRAS-CoV-2 présentent une dérégulation du système de coagulation sanguine et de la voie du complément, qui fait partie du système immunitaire.

Il a été démontré que ces changements dans la coagulation et dans le système immunitaire des patients atteints d’une longue forme de COVID prédisent la persistance des symptômes à six mois. Ils pourraient potentiellement permettre le développement d’outils de diagnostic. De plus, des traitements destinés à contrer les modifications de la coagulation sanguine et du système immunitaire pourraient aider à atténuer les symptômes prolongés du COVID.

Le Dr Wolfram Ruf, directeur scientifique du Centre de thrombose et d’hémostase (CTH) de l’Université Johannes Gutenberg, a écrit dans un éditorial d’accompagnement :

« Bien que les interventions thérapeutiques avec des inhibiteurs de la coagulation et du complément dans le cas du COVID-19 aigu aient produit des résultats mitigés, les caractéristiques pathologiques spécifiques du Long Covid suggèrent des interventions potentielles pour les tests cliniques.

Causes potentielles du long COVID

Le COVID long fait référence à un ou plusieurs symptômes qui persistent ou se développent après la phase aiguë d’une infection par le SRAS-CoV-2. Les symptômes courants du COVID long comprennent la faiblesse musculaire, la fatigue et le brouillard cérébral.

Les lésions tissulaires, l’inflammation persistante, la production d’auto-anticorps et la réactivation des réservoirs de virus latents sont quelques facteurs qui pourraient causer une longue COVID. Cependant, le manque de connaissances sur les mécanismes précis à l’origine du long COVID a entravé le développement d’outils de diagnostic et de thérapies ciblées.

Plusieurs études ont montré que les personnes atteintes d’un long COVID présentent une dérégulation du système immunitaire. La présente étude a examiné plus en détail les changements dans le système immunitaire associés à un long COVID à six mois.

Dans quelle mesure la durée du COVID affecte-t-elle les niveaux de protéines sériques ?

L’étude a inclus 39 participants en bonne santé et 113 personnes infectées par le SRAS-CoV-2. Au cours de la période de suivi de 12 mois après le début d’une infection par le SRAS-CoV-2, 40 des 113 participants présentant une infection aiguë par le SRAS-CoV-2 présentaient au moins un symptôme persistant au suivi de 6 mois. visite.

Des échantillons de sérum ont été collectés auprès des participants pendant la phase aiguë de l’infection et six mois après l’infection. Ces échantillons de sérum ont été utilisés pour quantifier les changements dans plus de 6 500 protéines.

Les participants présentant de longs symptômes de COVID à six mois ont montré des changements dans les protéines sériques appartenant au système du complément par rapport aux individus en bonne santé ou à ceux sans long COVID à six mois. Le système du complément fait partie du système immunitaire inné, qui constitue la première ligne de défense contre les germes.

L’activation du système du complément aide à déclencher une réponse immunitaire contre les agents pathogènes ou les tissus endommagés. Lors de l’activation de la voie du complément, les protéines plasmatiques appartenant au système du complément interagissent entre elles pour former un complexe terminal du complément. Le complexe terminal du complément se lie à la surface ou s’insère dans la membrane des agents pathogènes et des cellules endommagées pour induire la mort cellulaire ou favoriser leur élimination par engloutissement par les phagocytes.

Parmi les patients atteints de COVID long à six mois, les chercheurs ont constaté une activation accrue de la voie du complément lors d’une infection aiguë par le SRAS-CoV-2 et six mois après le diagnostic. L’activation accrue de la voie du complément et la formation d’un complexe terminal du complément chez les patients atteints de COVID de 6 mois pourraient entraîner des lésions tissulaires.

Les protéines du système du complément peuvent être activées par trois voies distinctes, chacune impliquant différents types de molécules. Les trois voies d’activation du complément comprennent la voie classique, la voie alternative et la voie des lectines.

Les personnes atteintes d’un long COVID à six mois ont montré une expression accrue des molécules impliquées dans la formation du complexe terminal du complément via l’activation des voies classiques et alternatives que celles sans long COVID ou les patients en bonne santé.

Long COVID lié à des changements dans le système de coagulation

En plus des trois voies d’activation du complément, la thrombine, une protéine qui favorise la coagulation sanguine, peut également provoquer l’activation de la voie du complément et conduire à la formation du complexe terminal du complément.

Les patients présentant de longs symptômes de COVID lors du suivi de 6 mois ont montré des niveaux d’antithrombine III, une enzyme qui inhibe la thrombine, pendant la phase aiguë et six mois après le début d’une infection par le SRAS-CoV-2, par rapport aux individus en bonne santé. Les taux inférieurs d’antithrombine III s’accompagnaient d’une expression accrue de marqueurs de thrombose, un état caractérisé par la formation de caillots en l’absence de saignement.

Les patients atteints d’un long COVID à six mois présentaient simultanément une augmentation des marqueurs d’inflammation et de thrombose. La coapparition d’une inflammation et d’une thrombose est appelée thromboinflammation.

Les signes de thromboinflammation observés chez les personnes atteintes d’un long COVID à six mois comprenaient la destruction des globules rouges et le dysfonctionnement des cellules endothéliales qui tapissent les vaisseaux sanguins. De plus, ces patients présentaient également une augmentation des marqueurs de lésions tissulaires dans le sang.

Ces changements associés à la thromboinflammation reflètent la dérégulation du système du complément chez les patients atteints d’un COVID de 6 mois. La dérégulation du système de coagulation chez les patients atteints de COVID longue souligne également la nécessité d’une évaluation de la santé cardiovasculaire.

Les chercheurs ont découvert que les changements dans les niveaux spécifiques de protéines du complément, les biomarqueurs du système de coagulation ainsi que l’âge et l’indice de masse corporelle prédisaient un long COVID à 6 et 12 mois.

MNT s’est entretenu avec le Dr Hrishikesh Kulkarni, professeur adjoint de médecine à la faculté de médecine de l’Université de Washington, qui n’a pas participé à l’étude. Le Dr Kulkarni a déclaré :

« En utilisant un criblage impartial et en le confirmant à l’aide de composants distincts du complexe d’attaque membranaire par lequel le système du complément endommage les cellules, les auteurs démontrent que l’activation constamment accrue du complément est une caractéristique clé du Long COVID. De plus, leurs modèles qui intègrent la mesure de 2 ratios protéiques améliorent un modèle clinique déjà bon comprenant l’âge et l’indice de masse corporelle, notamment pour le Long COVID de 12 mois.

Activation des virus latents en cas de COVID long

La voie classique du complément est activée par la liaison des anticorps aux protéines virales ou aux auto-anticorps présents dans les tissus corporels. Dans la présente étude, le sérum de patients atteints d’un COVID de 6 mois a montré une augmentation des anticorps contre le cytomégalovirus, un type d’herpèsvirus.

Ceci est cohérent avec les preuves suggérant que les symptômes prolongés du COVID peuvent survenir, en partie, en raison d’une réponse inflammatoire à la réactivation d’une infection antérieure à l’herpèsvirus. La persistance du SRAS-CoV-2 dans certains tissus peut également produire une réponse immunitaire.

Ces résultats suggèrent que la liaison des anticorps aux protéines d’un herpèsvirus pourrait contribuer à l’activation du système du complément. En plus d’expliquer l’activation accrue du complément, ces résultats suggèrent que les antiviraux ciblant l’herpèsvirus et le SRAS-CoV-2 pourraient potentiellement améliorer les symptômes prolongés du COVID.

★★★★★

A lire également