Déplacement et santé : « La rhétorique anti-immigrés doit cesser »

Déplacement et santé : « La rhétorique anti-immigrés doit cesser »

Accueil » Santé » Déplacement et santé : « La rhétorique anti-immigrés doit cesser »

Fuir les menaces dans votre pays d’origine, survivre à un voyage que peu de gens peuvent imaginer, puis, enfin, si vous avez de la chance, atteindre un pays qui, vous l’espérez, vous accueillera. C’est la réalité de nombreux réfugiés. Mais quoi alors ? Un nouveau rapport de l’Organisation mondiale de la santé a conclu que de nombreux migrants et réfugiés sont confrontés à de moins bons résultats en matière de santé que les populations locales. Nous étudions pourquoi les systèmes de santé doivent changer pour répondre aux besoins d’un monde en mouvement.

Pourquoi les besoins de santé des réfugiés restent-ils souvent insatisfaits ? Crédit image : Halfpoint Images/Getty Images.

Guerre en Ukraine, guerre civile en Syrie, troubles et persécutions en Afghanistan, ce ne sont là que quelques-unes des situations qui poussent les gens à quitter leur pays d’origine.

Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), dans le monde, plus de personnes se déplacent que jamais auparavant.

Mais que se passe-t-il lorsqu’ils arrivent dans un pays où ils espèrent être en sécurité ? Pour certains, l’asile leur sera accordé et ils seront accueillis, comme en témoignent les efforts auprès des demandeurs d’asile ukrainiens tant aux États-Unis qu’en Europe.

Pour d’autres, l’incertitude et une longue bataille pour prouver le statut de réfugié et obtenir l’asile suivront. Pendant ce temps, ils peuvent avoir du mal à accéder aux soins de santé, ce qui entraîne les « moins bons résultats en matière de santé » décrits dans le rapport de l’OMS.

Échapper à un traumatisme

Peu de gens quittent volontairement leur pays d’origine, mais les circonstances rendent parfois impossible d’y rester. La guerre, les catastrophes naturelles, la discrimination et la persécution sont quelques-unes des raisons pour lesquelles les gens doivent partir, qui peuvent toutes laisser des cicatrices mentales et physiques.

Pour pouvoir entreprendre ce qui sera presque certainement un voyage ardu, la plupart des migrants sont, selon le rapport de l’OMS, en bonne santé. En effet, beaucoup commenceront leur voyage en meilleure santé que la population d’accueil dans leur pays de destination.

Cependant, le rapport de l’OMS a révélé que:

“Les réfugiés et les migrants connaissent souvent de mauvaises conditions de vie et de travail lors du départ, du transit ou de l’arrivée dans les pays d’accueil et, par conséquent, sont confrontés à des obstacles supplémentaires pour recevoir un diagnostic, un traitement et des soins en temps opportun, ce qui pourrait augmenter la prévalence des maladies parmi eux”.

S’ils survivent à de longs voyages terrestres et à des traversées maritimes dangereuses, de nombreux migrants passent ensuite de longues périodes dans des camps de transit ou des centres de confinement en route vers une destination sûre.

Les conditions dans ces centres peuvent être difficiles, beaucoup étant incapables de fournir des soins de santé adéquats à tous ceux qui y séjournent. Ceci, inévitablement, conduit à la détérioration de la santé pour beaucoup.

Des organisations caritatives telles que Médecins Sans Frontières (MSF) et d’autres organisations non gouvernementales fournissent des soins de santé à certains, mais elles ne peuvent pas le faire pour tous les migrants.

Un récent rapport de MSF sur les conditions dans les centres de confinement sur les îles grecques a identifié « d’importantes lacunes systématiques et structurelles dans la fourniture de soins de santé essentiels et urgents aux demandeurs d’asile, aux réfugiés et aux migrants ».

Femmes en transit

Pour les femmes, les conditions peuvent être particulièrement difficiles.

Environ 25% des femmes migrantes sont en âge de procréer, la santé reproductive est donc une préoccupation majeure. Le rapport de l’OMS identifie plusieurs problèmes dans ce domaine, notamment le manque de soins prénatals, la malnutrition et l’anémie chez les mères et les enfants pendant la migration.

Faire face aux menstruations pendant le transit représente également un énorme fardeau, en particulier pour les femmes issues de cultures où les menstruations sont un sujet tabou.

Un rapport d’Oxfam de 2020 a identifié un manque de matériel d’hygiène menstruelle (MHM) et un “manque d’espaces adéquats, accessibles, sûrs et privés” pour changer et éliminer la MHM comme des problèmes clés pour les femmes réfugiées syriennes dans les camps de la vallée de la Bekaa au Liban.

Un autre problème lié au manque d’intimité est que les femmes peuvent être réticentes à utiliser les installations en raison du risque de subir du harcèlement sexuel et de la violence.

Et cette crainte n’est pas infondée – une étude de 2015 a révélé que jusqu’à 69,3% des femmes migrantes avaient subi une forme de violence sexuelle depuis leur arrivée en Europe.

Les risques sont les plus grands pour les femmes et les enfants qui migrent sans réseau familial ou social pour les protéger.

Une destination santé ?

Ceux qui ont la chance d’atteindre leur pays de destination peuvent arriver en bonne santé, mais cette santé ne dure pas toujours. Le Dr Luz Garcini, professeur adjoint à l’Université Rice, Texas, a parlé à Medical News Today de la situation des migrants entrant aux États-Unis

« Les immigrés – ceux qui sont capables de supporter des voyages aussi difficiles – arrivent en meilleure santé que les citoyens nés aux États-Unis. Finalement, plus ils passent de temps aux États-Unis, plus leur santé se détériore. Je pense que c’est dû au stress […] nous les décomposons.

Donc, pour maintenir cette santé, ils doivent essayer d’accéder aux soins de santé. Selon le Conseil des réfugiés, l’accès aux soins de santé est un droit fondamental, mais de nombreux migrants trouvent que l’accès aux soins de santé dans leur destination est loin d’être simple.

Au Royaume-Uni, les réfugiés et les demandeurs d’asile ont pleinement droit aux soins gratuits du National Health Service (NHS). Cependant, les demandeurs d’asile déboutés n’ont droit qu’à certains aspects des soins du NHS, tels que les soins d’urgence. Les règles compliquées créent de l’incertitude et de la détresse.

Helen Kidan, coordinatrice des bénévoles chez BHN, une organisation caritative travaillant avec les demandeurs d’asile à Bristol, au Royaume-Uni, a parlé au MNT de certains des problèmes rencontrés par les demandeurs d’asile là-bas.

“Les effets de l’environnement hostile au Royaume-Uni [have] signifiait que beaucoup de demandeurs d’asile et de réfugiés craignaient de s’inscrire auprès de GP [primary care] chirurgies en raison de leur statut d’immigration et des préoccupations concernant le paiement de l’assistance médicale », a-t-elle noté.

“Les cabinets médicaux ont également refusé l’enregistrement des demandeurs d’asile déboutés dans le [mistaken] conviction qu’ils ne sont pas autorisés à être enregistrés », a ajouté Kidan.

La situation aux États-Unis est similaire. De nombreux migrants, en particulier ceux qui n’ont pas de papiers, n’ont accès qu’à des soins de santé minimaux. Le Dr Garcini a expliqué que bien que des soins de santé d’urgence soient disponibles pour les immigrants, les personnes non autorisées n’ont pas le droit de soigner des maladies chroniques.

«Disons qu’ils ont une maladie rénale chronique qui nécessite plusieurs traitements de dialyse – ils ne peuvent pas y avoir accès. […] Ils devront donc peut-être choisir de retourner dans leur pays d’origine qu’ils ont quitté il y a des années, où ils n’ont plus personne et où les systèmes de santé s’effondrent. […] Et ils ne sont pas en état de voyager », nous a-t-elle dit.

«Nous avons définitivement un système d’immigration en panne. […] Le système de santé n’est certainement pas prêt pour cela. De plusieurs façons. En termes d’accessibilité, mais aussi en termes de préparation des prestataires pour répondre aux besoins.

– Dr Luz Garcini

L’impact de la COVID-19

« La pandémie de COVID-19 a une fois de plus montré que la santé des réfugiés et des migrants et de leurs communautés d’accueil ne peut être protégée et promue si les réfugiés et les migrants ne sont pas inclus dans les stratégies nationales de santé publique, y compris la préparation et la réponse.

– Rapport de l’OMS

Les réfugiés et les migrants ont dû faire face à une charge de morbidité disproportionnée en raison de la COVID-19. La réticence à la vaccination parmi certains groupes est également un problème.

Certains pays, comme le Portugal, assurent la vaccination des réfugiés et des migrants, quel que soit leur statut. Mais beaucoup craignent que le fait de se faire vacciner ne les attire à l’attention des services d’immigration.

“Ce n’est pas qu’ils n’en veulent pas [the vaccination]mais ils ont peur des conséquences, […] d’être séparés de leur famille. Même d’être retourné. […] La survie l’emporte sur le risque de maladie.

– Dr Luz Garcini

Santé mentale

Pour ceux qui ont la chance d’éviter les maux physiques dus à la migration, il y aura des stress mentaux inimaginables pour ceux qui n’ont pas subi ces expériences.

La commission UCL-Lancet sur la migration et la santé avait ceci à dire :

« Même dans les meilleures conditions possibles, la migration est stressante et la plupart des gens se déplacent de manière loin d’être idéale ; le stress de la migration, les conditions de voyage et les causes qui ont incité la migration en premier lieu, peuvent tous avoir des effets néfastes sur la santé mentale.

Les événements traumatisants dans leurs pays d’origine sont souvent les moteurs de la migration. Ajoutez à cela les traumatismes d’un voyage souvent prolongé vers leur destination, et de nombreux migrants présenteront des symptômes de problèmes de santé mentale.

Selon le rapport de l’OMS, la dépression et le trouble de stress post-traumatique (SSPT) sont courants, et ces conditions, ainsi que l’anxiété, sont particulièrement répandues chez les jeunes migrants.

Le Dr Garcini a vu cela aux États-Unis

“Beaucoup d’enfants ont subi des traumatismes et énormément de détresse, mais quand vous parlez aux enfants, ils nient tout cela – ‘Je suis fort, je peux travailler.’ […] Les immigrés cachent leur détresse […] essayer de paraître assez fort pour ne pas être un fardeau. […] [T]Cela ajoute aux complications », nous a-t-elle dit.

Et l’accès aux services de santé mentale est, comme tous les soins de santé, difficile pour les personnes sans statut établi dans un pays. Kidan a commenté que «[m]tous les demandeurs d’asile souffrent de différents niveaux de SSPT, et cela a un impact sur leur vie, mais beaucoup ne sont pas diagnostiqués car ils n’ont pas cherché d’aide médicale.

“Les problèmes de santé mentale restent également une stigmatisation dans de nombreuses communautés de demandeurs d’asile, ce qui crée une barrière. Par conséquent, les praticiens de la santé doivent également comprendre les barrières culturelles”, a-t-elle ajouté.

Même s’ils ont droit à des services de santé mentale, y accéder dans de nombreux pays peut être délicat, comme l’a expliqué le Dr Garcini : « Il y a une crise générale de santé mentale aux États-Unis. Essayer d’y avoir accès est difficile. […] Cela a créé un environnement anti-immigré hostile.

Rhétorique anti-migrants

Le rapport de l’OMS indique que les migrants sont souvent réticents à accéder aux services de santé dont ils ont tant besoin en raison du discours anti-migrant et de la peur de l’expulsion, en particulier les migrants en situation irrégulière et les demandeurs d’asile qui n’ont pas de documents officiels.

Le discours anti-migrants a augmenté dans de nombreux pays. Un rapport de la KFF de 2022 a déclaré que “les changements apportés à la politique d’immigration promulgués sous l’administration Trump ont contribué à accroître les craintes des familles immigrées concernant la participation à des programmes et la recherche de services, y compris la couverture et les soins de santé”.

Dans le monde entier, les services de santé sont soumis à une énorme pression, en partie à cause de la pandémie de COVID-19. Au Royaume-Uni, une récente analyse de la BMA a révélé que près de 39 000 places d’infirmiers sont vacantes et que, pour atteindre la moyenne de l’UE de l’OCDE, le Royaume-Uni devrait recruter l’équivalent de 46 300 médecins à temps plein.

Lorsque les ressources sont rares, les gens ne souhaitent pas les partager avec des “étrangers”.

« La rhétorique anti-immigrés doit cesser. Il a fait tant de mal à ces communautés. Ils ont été dépeints comme un fardeau pour le système, comme une menace pour la société, comme des terroristes qui entrent dans le pays, comme un risque pour la santé, comme porteurs de maladies. Vous pouvez imaginer ce que cela fait à une personne.

– Dr Luz Garcini

La voie à suivre

« Fondamentalement, l’action collective nécessitera un plus grand engagement politique et les ressources nécessaires pour garantir que les politiques des systèmes et services de santé incluent les réfugiés et les migrants, quel que soit leur statut juridique. À long terme, « l’altérité » des réfugiés et des migrants doit être réduite et finalement supprimée pour éviter une discussion « nous contre eux » dans l’élaboration des politiques et dans la société en général. »

– Rapport de l’OMS

Le nombre de migrants augmente dans le monde et, avec l’instabilité croissante dans de nombreux pays, il semble devoir continuer à augmenter. Actuellement, il y a une pénurie de données de bonne qualité, ce qui signifie que les réfugiés sont en grande partie invisibles. S’ils sont invisibles, ils ne peuvent pas être soignés.

L’incapacité à réorienter les systèmes de santé pour inclure les migrants et les réfugiés prive beaucoup de personnes du droit fondamental aux soins de santé.

Alors que certains pays, comme le Costa Rica, la Thaïlande et l’Espagne, s’orientent vers des politiques totalement inclusives, beaucoup ne le font pas. Ces pays ont montré que des systèmes de santé qui s’adressent à tous nécessitent une volonté politique.

Alors que de nombreux pays resserrent leurs politiques d’immigration, nous ferions bien de nous rappeler que, comme l’a noté la commission Lancet de 2018 : « Les migrants contribuent généralement plus à la richesse des sociétés d’accueil qu’ils ne coûtent.

Publications similaires