Entendre une mauvaise grammaire entraîne des signes physiques de stress, révèle une nouvelle étude

Entendre une mauvaise grammaire entraîne des signes physiques de stress, révèle une nouvelle étude

Accueil » Parents » Étapes » Enfant » Entendre une mauvaise grammaire entraîne des signes physiques de stress, révèle une nouvelle étude

Une nouvelle étude menée par des professeurs de l’Université de Birmingham a révélé pour la première fois comment notre corps se met en mode stress lorsqu’il entend une grammaire mal utilisée.

L’étude intitulée « Réponses physiologiques et comportements cognitifs : mesures de la connaissance linguistique de l’indice de variabilité de la fréquence cardiaque » est publiée dans le Journal de neurolinguistique. L’ensemble de données utilisé dans l’étude est disponible ici.

Pour la recherche, les professeurs Dagmar Divjak, professeur de recherche en linguistique cognitive et cognition du langage à l’Université de Birmingham, et le professeur Petar Milin, professeur de psychologie du langage et de l’apprentissage des langues, ont découvert une corrélation directe entre les cas de mauvaise grammaire et le cœur des sujets. Variabilité des taux (VRC).

Le HRV capture le temps entre les battements cardiaques successifs. La durée des intervalles entre les battements cardiaques successifs d’une personne a tendance à être variable lorsqu’elle est détendue, mais devient plus régulière lorsqu’elle est stressée. La nouvelle étude révèle une réduction statistiquement significative du HRV en réponse aux violations grammaticales. Cette réduction reflète l’ampleur des violations grammaticales, suggérant que plus une personne entend d’erreurs, plus son rythme cardiaque devient régulier, signe de stress.

Commentant les résultats, le professeur Divjak, chercheur principal de l’étude, a déclaré : « Les résultats de cette étude mettent en lumière une nouvelle dimension de la relation complexe entre la physiologie et la cognition. Cette relation a été étudiée à l’aide de techniques allant de l’oculométrie à de l’électroencéphalographie à l’imagerie cérébrale, mais la relation entre la cognition du langage et le système nerveux autonome (SNA) a jusqu’à présent reçu moins d’attention.

Entendre une «mauvaise grammaire» entraîne des signes physiques de stress, révèle une nouvelle étude

« Le SNA comprend deux parties : le système nerveux sympathique (SNS) et parasympathique (PNS). En termes simples, le système nerveux sympathique active la réponse « combat ou fuite » lors d’une menace ou d’un danger perçu, tandis que le système nerveux parasympathique contrôle le ” se reposer et digérer ” ou ” nourrir et reproduire ” du corps. Nos résultats montrent que ce système répond également aux demandes cognitives, ce qui suggère que l’effort cognitif se répercute à travers le système physiologique de plus de manières qu’on ne le pensait auparavant.

La recherche menée par Divjak aux côtés du professeur Milin de l’Université de Birmingham et du Dr Hui Sun qui travaillait alors en tant que chercheur postdoctoral sur le projet, a fourni la première preuve suggérant que le VRC peut être utilisé comme indicateur de l’impact implicite. connaissance linguistique.

Divjak a expliqué : « Votre connaissance de votre langue maternelle est en grande partie implicite, c’est-à-dire que l’apprentissage de votre langue maternelle ne vous oblige pas à vous asseoir et à étudier, et son utilisation ne nécessite pas beaucoup, voire aucune, de réflexion. Cela signifie également que vous la trouverez. Il est difficile de déterminer exactement ce qui est bien ou mal dans une phrase et, pire encore, d’expliquer pourquoi il en est ainsi, surtout si vous n’avez pas suivi de formation linguistique formelle.

“Cependant, évaluer avec précision les capacités linguistiques d’une personne, quels que soient son âge et ses capacités physiques ou cognitives, est important pour de nombreuses questions relatives aux domaines essentiels de la vie liés à la cognition, notamment la santé du cerveau.

“Cette étude nous fournit une nouvelle méthode pour exploiter des aspects de la cognition qui ne sont pas directement observables. Ceci est particulièrement utile dans le travail avec des locuteurs qui sont incapables d’exprimer verbalement leur opinion en raison de leur jeune âge, de leur vieillesse ou de leur mauvaise santé.”

★★★★★

A lire également