Espoir pour les personnes souffrant de maladies cutanées auto-immunes grâce à une nouvelle stratégie d’immunothérapie

Espoir pour les personnes souffrant de maladies cutanées auto-immunes grâce à une nouvelle stratégie d’immunothérapie

Accueil » Parents » Étapes » Enfant » Espoir pour les personnes souffrant de maladies cutanées auto-immunes grâce à une nouvelle stratégie d’immunothérapie

Des recherches révolutionnaires ont révélé de nouvelles façons d’éliminer les cellules immunitaires responsables des maladies auto-immunes de la peau sans affecter les cellules protectrices qui combattent les infections et le cancer.

Les chercheurs, dirigés par le professeur Laura Mackay de l’Université de Melbourne, chef de laboratoire et responsable du thème d’immunologie à l’Institut Peter Doherty des infections et de l’immunité (Institut Doherty), ont découvert des mécanismes distincts contrôlant différents types de cellules immunitaires et ont découvert qu’en ciblant précisément ces mécanismes, ils pourraient éliminer sélectivement les « cellules problématiques » et remodeler le paysage immunitaire de la peau.

Notre peau regorge de cellules immunitaires spécialisées qui protègent contre les infections et le cancer et favorisent la guérison. Ces cellules, appelées cellules T résidant dans les tissus ou cellules TRM, restent en place pour combattre les infections et les cellules cancéreuses de la peau. Cependant, lorsqu’elles ne sont pas correctement contrôlées, certaines de ces cellules TRM cutanées peuvent contribuer aux maladies auto-immunes, telles que le psoriasis et le vitiligo.

Le Dr Simone Park de l’Université de Melbourne, chercheur honoraire et ancien chercheur postdoctoral au Mackay Lab du Doherty Institute, et premier auteur principal de l’étude, a déclaré que cette recherche est la première à décrire les éléments uniques qui contrôlent divers types de cellules TRM cutanées dans des modèles animaux, offrant des cibles précises pour des stratégies de traitement potentielles.

« Les cellules immunitaires spécialisées de notre peau sont diverses : nombre d’entre elles sont essentielles à la prévention des infections et du cancer, mais d’autres jouent un rôle important dans la médiation de l’auto-immunité », a déclaré le Dr Park.

“Nous avons découvert des différences clés dans la manière dont les différents types de cellules T cutanées sont régulés, ce qui nous permet de modifier précisément et de manière ciblée le paysage immunitaire de la peau.”

Le Dr Susan Christo de l’Université de Melbourne, chargée de recherche principale au laboratoire Mackay du Doherty Institute et co-premier auteur de l’étude, a expliqué comment ces découvertes pourraient faire progresser les efforts visant à traiter les maladies de la peau.

“La plupart des thérapies auto-immunes traitent les symptômes de la maladie plutôt que la cause. Les traitements conventionnels des troubles cutanés ont souvent un impact sur toutes les cellules immunitaires sans discernement, ce qui signifie que nous pourrions également anéantir nos cellules T protectrices”, a déclaré le Dr Christo.

“Jusqu’à présent, nous ne savions pas comment distinguer les “mauvais” lymphocytes T de la peau des “bons” lymphocytes protecteurs. Grâce à cette recherche, nous avons découvert de nouvelles molécules qui nous permettent d’éliminer sélectivement les lymphocytes T pathogènes dans la peau. peau.”

Dans cette étude publiée dans Sciencel’équipe de recherche a exploité ces nouvelles connaissances pour éliminer les cellules « problématiques » qui peuvent être à l’origine de maladies auto-immunes, tout en préservant les « bonnes » cellules essentielles au maintien d’une immunité protectrice.

Le professeur Laura Mackay de l’Université de Melbourne, auteur principal de l’étude, a expliqué que ces résultats pourraient ouvrir la voie à des thérapies plus précises et plus durables pour les maladies de la peau.

« Les affections cutanées comme le psoriasis et le vitiligo sont difficiles à traiter à long terme. Les lymphocytes T à l’origine de la maladie sont difficiles à éliminer, les patients ont donc souvent besoin d’un traitement à vie. Notre approche a le potentiel de révolutionner la façon dont nous traitons ces affections cutanées, de manière significative. améliorer les résultats pour les personnes confrontées à des affections cutanées difficiles », a déclaré le professeur Mackay.

L’étude démontrant l’élimination réussie de cellules T cutanées spécifiques dans des modèles animaux, des recherches supplémentaires sont nécessaires pour valider l’efficacité de ces stratégies chez les sujets humains. Le Dr Park espère que l’étude inspirera le développement de nouveaux traitements contre les maladies de la peau.

“Ces découvertes nous rapprochent du développement de nouveaux médicaments qui préviennent durablement les maladies cutanées auto-immunes sans compromettre la protection immunitaire”, a déclaré le Dr Park.

Publications similaires