Expériences indésirables de l'enfance liées à la dysmorphie musculaire

Expériences indésirables de l’enfance liées à la dysmorphie musculaire

Accueil » Parents » Étapes » Enfant » Expériences indésirables de l’enfance liées à la dysmorphie musculaire

Une nouvelle étude publiée dans Journal du travail social clinique ont découvert que les adolescents et les jeunes adultes ayant vécu des expériences indésirables dans l’enfance (ACE) avant l’âge de 18 ans étaient significativement plus susceptibles de présenter des symptômes de dysmorphie musculaire.

Alors que des recherches antérieures ont montré que plus de la moitié des enfants et adolescents nord-américains vivent au moins une expérience indésirable dans leur vie, ces nouveaux résultats soulignent la nécessité d’une plus grande prise de conscience de la manière dont les expériences négatives de l’enfance (telles que la violence domestique, la violence psychologique et la violence psychologique). abus sexuels) et dysmorphie musculaire (la recherche pathologique de la musculature) sont liées.

“Ceux qui ont vécu des expériences négatives dans leur enfance peuvent s’engager dans la recherche de musculation pour compenser les expériences où ils se sentaient autrefois inférieurs, petits et en danger, ainsi que pour se protéger contre une victimisation future”, explique l’auteur principal Kyle T. Ganson, Ph. D., MSW, professeur adjoint à la faculté de travail social Factor-Inwentash de l’Université de Toronto. “L’expérience d’expériences défavorables dans l’enfance peut également augmenter l’insatisfaction corporelle, en particulier l’insatisfaction musculaire, qui est une caractéristique clé de la dysmorphie musculaire.”

Des études antérieures ont montré que les expériences indésirables vécues pendant l’enfance peuvent avoir des effets néfastes sur la santé. Alors que des recherches antérieures ont démontré que les expériences indésirables de l’enfance sont très fréquentes chez les personnes souffrant de troubles de l’alimentation et de dysmorphie corporelle, peu d’études ont examiné l’association entre les expériences indésirables de l’enfance et la dysmorphie musculaire.

Les chercheurs de l’étude ont analysé les données de plus de 900 adolescents et jeunes adultes ayant participé à l’Étude canadienne sur les comportements liés à la santé des adolescents. Au total, 16 % des participants ayant vécu au moins cinq expériences indésirables dans leur enfance présentaient un risque clinique de dysmorphie musculaire, soulignant les effets traumatisants importants que de telles expériences peuvent avoir sur la santé mentale et le bien-être.

“Il est important de noter que notre étude a révélé que le sexe était un facteur important dans la relation entre les expériences indésirables de l’enfance et les symptômes de dysmorphie musculaire”, explique Ganson. “Les garçons et les jeunes hommes de l’étude qui ont vécu au moins cinq expériences indésirables dans leur enfance présentaient des symptômes de dysmorphie musculaire significativement plus importants que les filles et les jeunes femmes.”

Les auteurs notent que les garçons et les jeunes hommes qui ont vécu des expériences négatives dans leur enfance peuvent avoir le sentiment que leur masculinité a été menacée par ces expériences. Par conséquent, ils s’engagent dans la recherche de la musculature pour démontrer leur adhésion aux normes de genre masculines telles que la domination, l’agressivité et le pouvoir.

“Il est important que les professionnels de la santé évaluent les symptômes de la dysmorphie musculaire, notamment l’insatisfaction musculaire et les déficiences fonctionnelles liées aux programmes d’exercices et à l’image corporelle, chez les jeunes qui ont vécu des expériences défavorables dans leur enfance, en particulier les garçons et les jeunes hommes”, conclut Ganson.

★★★★★

A lire également