La comparaison des personnes âgées avec les personnes âgées typiques révèle des différences significatives dans le mode de vie et la structure cérébrale

La comparaison des personnes âgées avec les personnes âgées typiques révèle des différences significatives dans le mode de vie et la structure cérébrale

Accueil » Parents » Infertilité » La comparaison des personnes âgées avec les personnes âgées typiques révèle des différences significatives dans le mode de vie et la structure cérébrale

Une recherche menée par le Centre de technologie biomédicale de l’Universidad Politécnica de Madrid, en Espagne, a comparé le cerveau des personnes âgées avec celui des personnes âgées ayant des capacités cognitives normales dans un article intitulé “Structure cérébrale et profil phénotypique des personnes âgées par rapport aux personnes âgées du même âge : a analyse longitudinale du projet Vallecas”, publiée dans The Lancet : une longévité en bonne santé. Un commentaire publié dans le même numéro de la revue discute du travail de l’équipe.

La mémoire épisodique, la mémoire des expériences de vie personnelles, est vulnérable à la détérioration liée à l’âge. Les maladies neurodégénératives comme la maladie d’Alzheimer entraînent souvent un grave déclin de la mémoire épisodique.

Certaines personnes âgées, appelées superagers, résistent d’une manière ou d’une autre au déclin de la mémoire lié à l’âge, conservant une mémoire épisodique comparable à celle des individus en bonne santé de 20 à 30 ans plus jeunes. Les chercheurs ont analysé les signatures structurelles du cerveau et d’autres facteurs associés au phénotype super-vieillissant à la recherche de ce qui les rend si résistants.

Les chercheurs ont utilisé un sous-ensemble de données de la cohorte d’étude longitudinale du projet Vallecas, qui comprend des individus vivant dans la communauté âgés de 70 à 85 ans sans troubles neurologiques ou psychiatriques. Les participants répondant aux critères des super-âges (âgés de 80 ans ou plus avec une mémoire épisodique comparable à celle des individus en bonne santé âgés de 20 à 30 ans plus jeunes) ont été sélectionnés comme super-âges.

L’étude a comparé les super-âges (n = 64, âge moyen 81,9 ans) à un groupe témoin typique d’adultes âgés (n = 55, âge moyen 82,4 ans) avec une fonction de mémoire typique de l’âge. Diverses évaluations neuropsychologiques et cliniques, IRM et prélèvements sanguins ont été effectués au cours de l’enquête.

Les deux groupes n’ont montré aucune différence dans les facteurs de risque génétiques de la maladie d’Alzheimer non familiale ou dans les biomarqueurs sanguins de la démence, ce qui indique que les superagers et les témoins n’étaient pas à des stades différents d’un processus lié à la démence.

Des facteurs liés au mode de vie tels que l’activité physique, le niveau d’éducation et le statut socio-économique étaient étroitement associés au phénotype du supervieillissement. Ces facteurs sont généralement associés à la prévention ou au retard de la démence liée à l’âge. Avoir une formation musicale et, peut-être de manière surprenante, être séparé ou divorcé plutôt que marié ou vivre en concubinage étaient associés aux super-âges.

Même si le contexte musical pourrait influencer la santé cognitive grâce à un entraînement et une pratique continue équivalents à un exercice mental pendant de nombreuses années, les facteurs impliqués dans la séparation et la vie seule sont moins clairs. La nécessité d’être autonome pourrait être impliquée, ou l’absence de besoin de prendre soin d’une autre personne qui n’est peut-être pas elle-même un super-adulte. Bien que ce ne soit pas l’objet de la présente étude, il s’agit d’une corrélation intéressante qui mérite d’être étudiée plus en détail.

Physiologiquement, les superagers présentaient des volumes hippocampiques plus importants, des cortex cingulaires antérieurs plus épais et moins d’atrophie corticale que les adultes plus âgés typiques. Le phénotype superager était associé à la préservation de la matière grise dans les zones du cerveau liées à la mémoire et aux noyaux cholinergiques, indiquant une résistance au déclin normal de la mémoire.

Il a été constaté que les superagers présentaient des taux réduits d’atrophie dans l’ensemble du cortex cérébral et dans des zones spécifiques liées à la mémoire, telles que l’hippocampe et le cerveau antérieur basal cholinergique. Ces zones sont associées à la fonction de mémoire et les structures cérébrales des personnes âgées ont montré moins de déclin que celles des personnes âgées typiques.

La vitesse de déplacement s’est avérée associée à une meilleure mémoire. Les Superagers ont démontré des vitesses de mouvement plus rapides, mesurées par des tests de marche et de tapotement des doigts, par rapport au groupe témoin. Les indices de santé mentale étaient également importants pour différencier les personnes âgées des personnes âgées typiques. Les superagers ont montré une meilleure santé mentale aux questionnaires sur l’état anxieux, le trait anxieux et l’échelle de dépression gériatrique par rapport au groupe témoin.

Des recherches supplémentaires sont nécessaires pour explorer les mécanismes potentiels favorisant le phénotype du survieillissement et pour interroger plus en profondeur les résultats de l’étude observationnelle actuelle à la recherche d’une relation causale entre le mode de vie et la cognition en fin de vie.

Publications similaires