La mort tragique d'un nourrisson suite à une négligence suscite des appels urgents à des changements dans le système

La mort tragique d'un nourrisson suite à une négligence suscite des appels urgents à des changements dans le système

Accueil » Psychologie » Troubles mentaux » Adulte » La mort tragique d'un nourrisson suite à une négligence suscite des appels urgents à des changements dans le système

Alors qu'une communauté de Kingston, en Ontario, est aux prises avec la mort choquante d'un nourrisson de sept mois qui aurait été abandonné pendant plusieurs jours, des questions se posent quant à la manière dont une telle tragédie pourrait se produire. Un frère ou une sœur de trois ans, survivant, a également été sauvé de la maison et transporté à l'hôpital pour recevoir des soins médicaux.

La police a déclaré que la mère des garçons, âgée de 32 ans, fait désormais face à des accusations de négligence criminelle ayant causé la mort, de ne pas avoir subvenu aux besoins vitaux et à deux chefs d'accusation pour abandon d'un enfant de moins de 10 ans.

Bien que les détails de cette affaire continuent de se dévoiler, des sources médiatiques ont indiqué que la famille avait une longue histoire de traumatismes, de violence, de maladie mentale et de consommation de substances. Ces sources indiquent également que la famille était connue de la police et des services de protection de l'enfance de deux communautés, et que la mère avait déjà été hospitalisée pour des problèmes de santé liés à la violence conjugale (VPI).

La mort d’un jeune enfant est la conséquence la plus grave et la plus grave des risques familiaux non pris en compte et met en évidence l’incapacité de la société à protéger un enfant alors que ses parents sont connus pour être en difficulté. En tant que chercheurs sur la maltraitance des enfants et prestataires de services de santé, nous pensons qu'il est essentiel que cette tragédie éclaire le changement de politique et la mise en place de systèmes de soutien communautaire et familial qui respectent le droit à la sécurité et au bien-être de tous les enfants canadiens.

Le droit des enfants à la sécurité et à l'éducation

La Convention des Nations Unies relative aux droits de l'enfant (CDE) est un traité international relatif aux droits de la personne ratifié par le Canada en 1991 et qui stipule que tous les enfants ont droit à la sécurité, à la protection, à l'éducation et aux soins. Quels que soient les origines, la race ou l’origine ethnique, le sexe, les circonstances socio-économiques ou le niveau de capacité d’un enfant, tous les enfants ont le droit de s’épanouir.

Dans notre société, les parents sont les premiers responsables de l’éducation des enfants. Cependant, dans les situations où les parents ne se sentent pas bien ou sont en difficulté en raison d'une maladie mentale, de la consommation de substances ou d'autres facteurs de risque, les articles 18 et 19 de la CDE stipulent que les systèmes gouvernementaux doivent aider les parents à assurer la sécurité et le bien-être des enfants.

Négligence envers les enfants

La négligence envers les enfants est définie comme le fait de ne pas répondre aux besoins fondamentaux d'un enfant pour assurer sa santé et sa sécurité. Il s'agit d'un problème de santé publique pernicieux qui a des effets néfastes sur la santé et le développement des enfants. Dans sa forme la plus grave, la négligence envers les enfants peut entraîner des retards physiques et cognitifs importants, voire la mort.

La négligence envers les enfants est l'une des formes les plus courantes de maltraitance envers les enfants au Canada. L'Étude canadienne sur l'incidence des cas signalés de violence et de négligence envers les enfants a révélé qu'après l'exposition à la VPI, la négligence était la deuxième forme de maltraitance corroborée la plus courante, ces deux formes de maltraitance représentant respectivement 35 % et 23 % des cas de maltraitance corroborée en 2019. .

Ces deux formes de maltraitance se chevauchent également fréquemment. Une méta-analyse de 34 études a également révélé que l'implication des parents dans le système judiciaire, la maladie mentale, la pauvreté, la violence et la consommation de substances sont les principaux prédicteurs de la négligence envers les enfants. Pour les mères, la consommation d’alcool ou de drogues et la maladie mentale sont les principaux facteurs de risque de négligence envers leurs enfants. À ce titre, il est essentiel d’apporter un soutien aux parents victimes de violence conjugale, ainsi qu’à ceux qui sont aux prises avec des problèmes de toxicomanie et de santé mentale, pour la sécurité et le bien-être de leurs enfants.

Responsabilité collective pour la sécurité des enfants

Outre la responsabilité des parents, la CDE souligne que les gouvernements et les institutions soutenues par le gouvernement, notamment les autorités chargées de la protection de l'enfance, la police et les établissements de soins de santé, partagent la responsabilité de la santé, de la sécurité et du bien-être général des enfants et des jeunes. Ils partagent également le devoir d’aider les parents à assumer leur responsabilité de protéger et de prendre soin de leurs enfants.

Au Canada, les ministères de la protection de l'enfance gérés par les gouvernements provinciaux et territoriaux sont chargés d'assurer la sécurité et la protection des enfants. Les ministères de la protection de l'enfance et les prestataires de soins de santé et de services sociaux (par exemple, ceux qui travaillent dans les hôpitaux, les toxicomanes, les soins primaires et les services sociaux et de santé mentale communautaires) sont également chargés de mettre les enfants et les parents en contact avec des données probantes de haute qualité. soins, programmes et soutien basés sur eux.

En raison du sous-financement chronique des agences de protection de l'enfance et des services communautaires de santé mentale et de services sociaux en Ontario, il est devenu de plus en plus difficile de garantir que les enfants et leurs parents aient accès au soutien approprié. De même, les professionnels des soins de santé et des services sociaux n’ont pas reçu une formation adéquate sur la façon de reconnaître en toute sécurité les problèmes de sécurité des enfants et des parents qu’ils servent, et de mettre les patients en contact avec les soutiens appropriés.

De manière critique, les agences de protection de l'enfance en Ontario traversent une crise d'infrastructure, et ces défis n'ont pas été abordés dans le budget 2024 de l'Ontario. Les travailleurs de la protection de l’enfance sont confrontés à un stress et à un épuisement sans précédent. Comme le souligne un récent rapport de l'Association ontarienne des sociétés d'aide à l'enfance : « Les soignants n'échouent pas. Les systèmes échouent. Les parents vulnérables et leurs enfants passent entre les mailles du filet, ce qui entraîne des conséquences dévastatrices sur la santé des enfants, voire la mort.

Appel à l'action pour le changement

La mort d’un nourrisson est un signal clair selon lequel un changement systémique est nécessaire pour répondre efficacement aux besoins urgents des enfants, des jeunes et de leurs parents, notamment :

  1. Une plus grande importance doit être accordée à l'identification précoce, à la prévention et à la surveillance des facteurs de risque associés à la sécurité des enfants.
  2. Les services de protection de l’enfance ont besoin d’un financement adéquat pour soutenir des services de protection de l’enfance de haute qualité, tenant compte des traumatismes et sensibles à la culture, destinés aux enfants, aux jeunes et à leurs parents. Pour que de tels services soient efficacement mis en œuvre et soutiennent de manière significative les enfants et les parents dans le besoin, il doit y avoir une augmentation des ressources allouées aux services communautaires et aux prestataires et organisations de protection de l'enfance.
  3. Une collaboration intersectorielle renforcée entre les programmes de protection de l’enfance, de santé, de santé mentale et de toxicomanie est nécessaire pour améliorer la protection et le bien-être des enfants dans ces contextes.
  4. Il est urgent d'améliorer la sensibilisation, les connaissances et les compétences des professionnels de la santé et de la protection de l'enfance liés à la compréhension des liens entre les dépendances, la négligence envers les enfants, la violence conjugale, les problèmes de santé mentale et la capacité des professionnels à réagir efficacement à ces expériences pour améliorer la sécurité et le bien-être des enfants. et leurs parents.
  5. Enfin, il est nécessaire d'élaborer, de mettre en œuvre et d'offrir des programmes spécialisés en toxicomanie qui soutiennent les personnes enceintes et les parents dans toutes les juridictions du Canada. De tels programmes doivent être largement disponibles pour répondre à la forte demande.

Les événements récents ont souligné l’urgence de changements au système pour protéger et soutenir les enfants et les familles au Canada.

Publications similaires