La taille du vocabulaire précoce est génétiquement liée au TDAH, à l’alphabétisation et à la cognition

La taille du vocabulaire précoce est génétiquement liée au TDAH, à l’alphabétisation et à la cognition

Accueil » Psychologie » Troubles mentaux » Enfant » La taille du vocabulaire précoce est génétiquement liée au TDAH, à l’alphabétisation et à la cognition

Le développement précoce du langage est un indicateur important des compétences ultérieures des enfants en matière de langage, de lecture et d’apprentissage. De plus, les difficultés d’apprentissage des langues sont liées à des conditions neurodéveloppementales telles que le trouble déficitaire de l’attention/hyperactivité (TDAH) et les troubles du spectre autistique (TSA).

Les enfants commencent généralement à prononcer leurs premiers mots entre 10 et 15 mois. Vers l’âge de deux ans, ils peuvent produire entre 100 et 600 mots et en comprendre beaucoup plus. Chaque enfant s'engage dans son propre chemin de développement d'apprentissage des langues, ce qui entraîne de grandes différences individuelles. “Certaines variations dans le développement du langage peuvent être liées à des variations dans le code génétique stocké dans nos cellules”, explique la chercheuse principale Beate St Pourcain, scientifique principale de l'étude.

Production et compréhension de mots

Pour comprendre comment la génétique joue un rôle dans le développement de la production et de la compréhension des mots chez les enfants, l'équipe a mené une méta-analyse pangénomique (GWAS) de la taille du vocabulaire des nourrissons (15 à 18 mois) et des tout-petits (24 à 38 mois). . Lors des premières mesures de la taille du vocabulaire, les parents indiquent quels mots leurs enfants prononcent et/ou comprennent à partir d'une liste de mots donnée.

L’équipe a utilisé le vocabulaire et les données génétiques de 17 298 enfants anglophones, danois ou néerlandophones. Le nombre de mots prononcés était disponible pour les nourrissons et les tout-petits. Le nombre de mots compris n’était disponible que pour les tout-petits. Les résultats plus tard dans la vie ont été principalement étudiés à l’aide d’informations génétiques récapitulatives provenant de grands consortiums indépendants.

Ceux-ci comprenaient l'alphabétisation (orthographe, lecture et conscience des phonèmes), la cognition (intelligence générale et nombre d'années d'éducation) et les conditions neurodéveloppementales (risque génétique de TDAH et de TSA, ainsi que les symptômes directement observés liés au TDAH chez certains des sujets étudiés). enfants).

« Apprendre à parler » et « Parler pour apprendre »

Les chercheurs ont identifié plusieurs facteurs génétiques sous-jacents à la taille du vocabulaire chez les nourrissons et les tout-petits. De manière constante, les associations génétiques avec les mesures liées à l'alphabétisation, à la cognition et au TDAH plus tard dans la vie ont varié au cours du développement. La production de mots chez les nourrissons et les tout-petits était liée aux capacités de lecture et d'écriture telles que l'orthographe, mais des associations avec la cognition générale n'ont été trouvées que pour les scores de vocabulaire des tout-petits.

Les tout-petits maîtrisent une certaine maîtrise du langage et peuvent « parler pour apprendre », ce qui implique un traitement cognitif de niveau supérieur, tandis que le développement des capacités verbales peut commencer plus tôt.

L’équipe a également découvert que pendant la petite enfance, un plus grand nombre de mots prononcés était génétiquement associé à un risque accru de TDAH et à davantage de symptômes de TDAH. Cependant, cette relation génétique s’est inversée dans la petite enfance : là, un plus petit nombre de mots compris était associé à davantage de symptômes de TDAH. Il est possible que pendant la petite enfance, lorsque les enfants « apprennent à parler », le nombre de mots prononcés reflète les processus liés à la parole.

De plus, les enfants présentant un risque génétique plus élevé de TDAH peuvent être enclins à s’exprimer davantage. En revanche, pendant la phase « parler pour apprendre », lorsque la taille du vocabulaire est liée à la cognition, un risque génétique de TDAH plus élevé peut être associé à des capacités verbales et cognitives plus faibles.

Selon St Pourcain, « les influences génétiques sous-jacentes à la taille du vocabulaire changent rapidement en moins de deux ans pendant la petite enfance et la petite enfance. En adoptant une perspective développementale, nos résultats permettent de mieux comprendre les processus étiologiques précoces liés à la parole et au langage dans la santé et les troubles. »

La première auteure, Ellen Verhoef, ajoute : « Cette recherche indique la pertinence de la taille du vocabulaire évaluée au cours des premières années de la vie pour le comportement et la cognition futurs, soulignant la nécessité de davantage d'efforts de collecte de données pendant la petite enfance et la petite enfance. »

La recherche est publiée dans la revue Psychiatrie Biologique.

★★★★★

A lire également