La transmission du SRAS-CoV-2 est la plus susceptible de se produire 2 jours avant à 3 jours…

La transmission du SRAS-CoV-2 est la plus susceptible de se produire 2 jours avant à 3 jours…

Accueil » Santé » La transmission du SRAS-CoV-2 est la plus susceptible de se produire 2 jours avant à 3 jours…
  • Une étude de cohorte récemment publiée rapporte les modes de transmission de la souche originale du SRAS-CoV-2 dans la province du Zhejiang en Chine entre janvier et août 2020.
  • Les personnes atteintes du SRAS-CoV-2 étaient les plus contagieuses entre 2 jours avant et 3 jours après l’apparition des symptômes.
  • Les personnes sans symptômes étaient moins susceptibles de transmettre le virus que celles atteintes d’une maladie légère ou modérée.
  • Les contacts qui ont contracté une infection par le SRAS-CoV-2 d’un individu asymptomatique avaient une probabilité plus faible de développer des symptômes.

La vaccination contre le COVID-19 est l’outil le plus efficace disponible pour prévenir les maladies graves et protéger des vies.

Alors que les pays tentent de vacciner une partie importante de leur population, les interventions non pharmaceutiques telles que la distanciation physique et l’isolement après exposition au virus restent essentielles pour limiter la transmission du SRAS-CoV-2.

Avoir une compréhension globale des modes de transmission du SRAS-CoV-2 est nécessaire pour la mise en œuvre réussie de ces mesures de santé publique.

Par exemple, obtenir des informations sur le moment où les personnes atteintes du SRAS-CoV-2 sont les plus susceptibles de propager le virus peut guider les décisions concernant la durée de la recherche des contacts et la période d’isolement.

La transmission du virus peut se produire avant l’apparition des symptômes. C’est ce qu’on appelle la transmission présymptomatique. De même, les personnes qui ne présentent aucun symptôme peuvent également transmettre le virus. C’est ce qu’on appelle la transmission asymptomatique.

Des études menées au début de la pandémie ont montré que les personnes présymptomatiques et asymptomatiques pouvaient transmettre le virus et prendre des décisions éclairées concernant l’éloignement physique et le port de masques faciaux.

Cependant, l’étendue de la transmission présymptomatique et asymptomatique pendant la pandémie a été difficile à déterminer.

Ce manque de clarté est dû, en partie, au suivi des individus pendant une durée limitée après leur premier test positif au COVID-19. En conséquence, de nombreuses personnes initialement asymptomatiques ont développé plus tard des symptômes. Cela a rendu difficile de différencier les rôles de la transmission présymptomatique et asymptomatique.

Une étude récemment publiée a examiné les modèles de transmission dans la population de la province du Zhejiang en Chine entre janvier et août 2020.

L’étude a rapporté que les personnes atteintes du SRAS-CoV-2 étaient plus susceptibles de transmettre le virus quelques jours avant et après l’apparition des symptômes.

Il a également révélé qu’entrer en contact avec un individu asymptomatique était plus susceptible d’entraîner une infection asymptomatique chez les individus exposés.

Le co-auteur de l’étude, le Dr Leonardo Martinez, épidémiologiste à l’Université de Boston, a déclaré à Medical News Today : “Ces données suggèrent qu’éviter les événements à forte exposition peut être important non seulement pour prévenir la transmission continue, mais aussi pour la gravité de la maladie.”

Cette étude fournit « des preuves supplémentaires que le SRAS-CoV-2 d’origine se propage principalement plusieurs jours avant et après l’apparition des symptômes, et [it] souligne la nécessité de mesures de contrôle universelles et d’interventions précoces pour arrêter la transmission », a déclaré le Dr Eric Lau, épidémiologiste des maladies infectieuses à l’Université de Hong Kong. Le Dr Lau n’a pas participé à l’étude.

La nouvelle recherche apparaît dans la revue JAMA Internal Medicine.

Temps d’exposition

Pour comprendre le schéma de transmission de la souche de type sauvage du SRAS-CoV-2, les chercheurs ont identifié 730 personnes atteintes du SRAS-CoV-2 entre janvier et août 2020 dans la province du Zhejiang.

Ils ont ensuite utilisé la recherche des contacts pour identifier un total de 8 852 personnes qui étaient entrées en contact étroit avec les premiers individus identifiés, ou index, susmentionnés.

Les individus index et leurs contacts étroits ont subi des tests réguliers et un dépistage quotidien des symptômes du COVID-19 pendant les périodes d’isolement ou de quarantaine.

Les chercheurs ont surveillé les individus index et les contacts étroits avec le SRAS-CoV-2 pour la présentation de tout symptôme pendant au moins 90 jours après leur test positif initial. Cela leur a permis de déterminer si les personnes qui ne présentaient aucun symptôme au moment de leur test initial restaient asymptomatiques ou développaient des symptômes plus tard.

Pour évaluer le risque de transmission, les chercheurs ont calculé le taux d’attaque. Il s’agit du pourcentage de tous les contacts exposés qui ont contracté le SRAS-CoV-2.

Les chercheurs ont découvert que les individus index étaient plus contagieux entre 2 jours avant et 3 jours après l’apparition des symptômes.

De plus, le risque de transmission aux contacts étroits était le plus élevé le jour de l’apparition des symptômes.

“[These results show that] le moment de l’exposition par rapport aux symptômes est un facteur de transmission important et fournit une preuve supplémentaire que les tests rapides et l’isolement social après l’apparition des symptômes sont essentiels pour contrôler l’épidémie », a observé le Dr Martinez.

Gravité des symptômes

Les chercheurs ont également évalué l’influence des modes de contact et la gravité des symptômes sur la transmission du SRAS-CoV-2.

Les membres du ménage et les personnes ayant des contacts multiples avec l’individu index avaient une probabilité plus élevée de contracter l’infection que ceux ayant été exposés à l’individu index lors d’un transport partagé ou dans un espace clos partagé à l’extérieur de la maison.

L’exposition à deux individus index augmentait également le risque de transmission par rapport à l’exposition à un seul individu index.

Les chercheurs ont découvert que la gravité des symptômes du COVID-19 était liée au risque de transmission, les individus asymptomatiques étant moins susceptibles de transmettre le virus que ceux atteints d’une maladie légère ou modérée.

De plus, les personnes asymptomatiques étaient plus susceptibles de provoquer une infection asymptomatique chez les contacts que celles atteintes d’une maladie légère ou modérée.

Le Dr Martinez a déclaré que ces résultats suggèrent que « le niveau d’exposition à un [person] avec COVID-19 peut être associé à une présentation clinique chez les contacts étroits qui développent COVID-19. »

« Ainsi, ces résultats suggèrent qu’il est important d’éviter l’exposition à une personne atteinte de COVID-19 ; si vous êtes exposé à une personne atteinte de COVID-19, l’intensité de l’exposition est également un facteur important. Cette étude souligne davantage la nécessité de la vaccination, qui réduit la gravité clinique chez les personnes [who] développer COVID-19 », a ajouté le Dr Martinez.

Points forts et limites de l’étude

« Les principaux points forts de notre étude comprennent la grande taille de l’échantillon (8 852 personnes exposées à l’indice 730 [individuals] avec un diagnostic de COVID-19), l’historique clinique complet des cas index et le calendrier détaillé des événements d’exposition », a déclaré le Dr Martinez.

Le Dr Lau a ajouté : « L’étude a effectué une analyse détaillée des données de recherche des contacts et a soigneusement suivi les [individuals] pour identifier les cas de COVID-19 vraiment asymptomatiques. »

Le Dr Martinez a reconnu que l’étude comportait quelques limites. Il a déclaré: «Une limitation importante est que, bien que nous ayons effectué un dépistage et des tests à grande échelle, il est possible que certaines personnes exposées qui ont développé COVID-19 aient été manquées, y compris des cas asymptomatiques.»

De plus, les chercheurs ont mené l’étude dans la province du Zhejiang, lorsque la transmission du virus était limitée en raison de la mise en œuvre généralisée de mesures de santé publique. Les auteurs ajoutent que les modes de transmission pourraient varier en fonction des interventions sanitaires mises en œuvre par les autorités locales.

Transmissibilité accrue des variantes

Cette étude a analysé les données collectées entre janvier et août 2020, lorsque la souche ancestrale de type sauvage du SRAS-CoV-2 circulait. Cependant, des variantes plus transmissibles – telles que Alpha et Delta – sont par la suite apparues qui pourraient avoir des modèles de transmission différents.

Reconnaissant cette limitation, le Dr Martinez a noté : « Notre étude a été réalisée avant la vaccination généralisée et de nouvelles variantes, comme Delta. La façon dont les nouvelles variantes modifient cette dynamique de transmission – le cas échéant – n’est pas claire. De nouvelles études sont nécessaires pour reproduire ces résultats dans le contexte de la variante Delta et chez les personnes [who] ont été vaccinés.

Une étude récente, qui n’a pas encore fait l’objet d’un examen par les pairs, suggère un risque plus élevé de transmission présymptomatique en raison de la variante Delta que la souche SARS-CoV-2 de type sauvage.

De plus, l’infection par la variante Delta a entraîné une charge virale élevée 4 jours avant l’apparition des symptômes. Des charges virales plus élevées sont associées à un risque de transmission accru, ce qui suggère que l’infection par la variante Delta peut rendre les individus contagieux beaucoup plus tôt qu’ils ne le pourraient avec la souche de type sauvage.

Pour des mises à jour en direct sur les derniers développements concernant le nouveau coronavirus et COVID-19, cliquez ici.

Publications similaires