L'analyse de réseau met en valeur le rôle clé de la plasticité dans la transition de la dépression à la santé mentale

L’analyse de réseau met en valeur le rôle clé de la plasticité dans la transition de la dépression à la santé mentale

Accueil » Psychologie » Troubles mentaux » Enfant » L’analyse de réseau met en valeur le rôle clé de la plasticité dans la transition de la dépression à la santé mentale

Les enquêtes et les statistiques suggèrent que les maladies mentales sont de plus en plus répandues, à mesure que le nombre de personnes ayant recours aux services de santé mentale dans le monde a augmenté ces dernières années. Comprendre les facteurs qui peuvent prédire le bien-être et contribuer au rétablissement des troubles de santé mentale est donc de la plus haute importance, car cela pourrait éclairer le développement de nouvelles interventions thérapeutiques.

Des chercheurs de l’Istituto Superior di Sanita ont récemment entrepris d’explorer le rôle de la plasticité, la capacité du cerveau à changer en réponse à de nouvelles expériences et à de nouveaux facteurs environnementaux, dans la guérison de la dépression. Leur article, publié dans Santé mentale naturelleprésente les résultats d’une analyse approfondie en réseau de données sur des patients déprimés, qui pourraient éclairer le travail des psychiatres et des professionnels de la santé mentale.

Ce groupe de recherche mène depuis quelques temps déjà des études axées sur la plasticité du cerveau humain. Leurs travaux récents adoptent une perspective dite de réseau ; une approche émergente dans la recherche en psychologie qui considère les troubles de santé mentale comme des réseaux.

“Nous avons travaillé avec des antidépresseurs et des inhibiteurs sélectifs du recaptage de la sérotonine (ISRS) et avons découvert que, comme le montrent un nombre croissant d’études, ces médicaments ont un effet important sur la plasticité”, a déclaré Igor Branchi, co-auteur de l’article, à Medical Xpress. . “Ces médicaments augmentent la plasticité et rendent les patients plus susceptibles de changer d’humeur et de santé mentale. Une fois qu’un patient est plus plastique et plus susceptible de changer d’humeur, c’est l’environnement qui peut jouer un rôle clé.”

De nombreuses études récentes ont étudié l’impact de la plasticité cérébrale sur la santé mentale. Branchi et ses collègues ont émis l’hypothèse que si la plasticité en elle-même n’est ni bonne ni mauvaise, lorsqu’elle est combinée à un environnement favorable, elle peut prédire la transition de la dépression à la santé mentale.

“On pourrait considérer la plasticité comme la porte d’une pièce, où être dans la pièce représente le fait d’être malade, et l’extérieur de la pièce étant sain”, a expliqué Branchi. “Dans cette métaphore, augmenter la plasticité, c’est comme ouvrir la porte, même si cela ne me pousse pas hors de ma chambre, cela me permet de sortir de la pièce. Ce qui me pousse hors de la pièce est généralement autre chose, généralement associé au contexte de l’individu. qui inclut à la fois les caractéristiques objectives de l’environnement et l’évaluation subjective.

Si l’on envisage la plasticité sous cet angle, l’identification d’une stratégie permettant de la mesurer de manière fiable pourrait être grandement bénéfique, car elle pourrait aider à mieux comprendre les facteurs contribuant à la mauvaise santé mentale des patients individuels. En déterminant si les patients présentent peu de neuroplasticité ou si leur cerveau s’adapte facilement en fonction de leurs expériences, les psychiatres pourraient être en mesure de concevoir des stratégies thérapeutiques plus efficaces.

L’étude récente de Branchi et de ses collègues s’inspire d’études récentes qui examinent la santé mentale dans une perspective de réseau. Les théories des réseaux de psychopathologie considèrent les troubles de santé mentale comme des réseaux, avec les symptômes comme des nœuds et la relation entre eux représentée par les connexions entre ces nœuds.

“Dans ces réseaux, les nœuds sont les symptômes, tandis que les connexions entre les nœuds caractérisent la manière dont ces symptômes sont corrélés les uns aux autres”, a déclaré Branchi. “S’ils sont corrélés les uns aux autres, cela signifie qu’ils se produisent en même temps.”

Dans le contexte de cette étude, la plasticité implique une corrélation plus faible entre différents symptômes, alors qu’aucune plasticité n’entraîne une corrélation plus forte. Branchi et ses collègues ont analysé l’un des plus grands ensembles de données publiés à ce jour, l’ensemble de données STAR*D publié par l’Institut national de la santé mentale (NIMH) aux États-Unis.

“STAR*D est un vaste ensemble de données qui a été développé pour étudier des alternatives thérapeutiques pour traiter les patients déprimés”, a déclaré Branchi. “Dans notre étude, nous avons exploité cet ensemble de données dans une perspective totalement différente de son objectif initial, en examinant les symptômes des patients enregistrés et la qualité perçue de leur environnement.”

Les chercheurs ont également pris en compte les réponses subjectives à une enquête conçue pour mesurer la satisfaction globale des participants dans la vie. Ceci est important car différents individus peuvent voir leur vie sous un jour plus optimiste ou pessimiste, quels que soient leur statut socio-économique objectif et leur contexte environnemental.

“Nous avons ensuite utilisé les symptômes enregistrés dans l’ensemble de données pour construire un réseau”, a expliqué Branchi. “Nous avons également examiné dans quelle mesure ils s’étaient améliorés après la période d’intervention de quatre semaines. Il est important de dire que nous avons sélectionné des patients avec le même niveau de base, pour garantir que les patients qui s’étaient améliorés et ceux qui ne s’étaient pas améliorés étaient partis du même point.”

L’analyse réalisée par Branchi et ses collègues a donné des résultats intéressants, suggérant finalement que la santé mentale des patients qui présentaient une plus grande neuroplasticité au départ (c’est-à-dire ceux dont les symptômes étaient faiblement corrélés) s’était améliorée davantage avec le temps. Globalement, cela fait allusion à la valeur potentielle des théories des réseaux de psychopathologie pour prédire la plasticité des individus.

“Nos résultats suggèrent que l’amélioration observée chez les patients est également associée à la qualité de leur environnement”, a déclaré Branchi. “C’est pourquoi nous ne mesurons pas l’amélioration, mais la plasticité. En d’autres termes, nous mesurons à quel point une personne est susceptible de changer dans un contexte environnemental favorable.”

Les travaux récents de ce groupe de recherche font allusion à la valeur potentielle des théories des réseaux en tant qu’outils permettant d’opérationnaliser la plasticité en recherche et en milieu clinique. Alors que Branchi et ses collègues se sont spécifiquement concentrés sur le rétablissement de la dépression, leur approche pourrait bientôt être appliquée à d’autres troubles de santé mentale caractérisés par de multiples symptômes interagissant, tels que les troubles anxieux, le trouble bipolaire, etc.

“La stratégie que nous avons développée permet une stratification des patients entre ceux qui sont déjà plastiques et pourraient ainsi bénéficier le plus d’une psychothérapie et de changements de vie positifs, et d’autres qui vivent déjà dans un environnement favorable mais sont coincés dans un état dépressif.

“Il est probable que ce deuxième type de patients bénéficierait en premier lieu d’une intervention conçue pour augmenter la plasticité et la susceptibilité au changement, comme les traitements pharmacologiques qui augmentent la neuroplasticité.

“Il existe également un troisième type de patients qui vivent dans des conditions défavorables et ne sont pas plastiques, ils auraient donc probablement besoin à la fois d’une psychothérapie et d’un traitement pharmacologique. Un quatrième type, qui vit déjà dans un environnement favorable et qui est déjà plastique, pourrait bénéficier de différentes thérapies. approches.”

En divisant les patients en fonction de ces facteurs, les cliniciens pourraient être en mesure d’introduire des traitements soigneusement adaptés qui pourraient donner des résultats plus positifs. Bien que l’article récent de Branchi et de ses collègues ne fournisse pas de conseils médicaux précis, il pourrait éclairer le travail des praticiens de la santé mentale, offrant une nouvelle façon de prédire la plasticité d’un patient.

“D’un point de vue philosophique, notre étude suggère que dans un système en réseau, la plasticité naît de l’interaction entre différents nœuds”, a ajouté Branchi. “Ainsi, il n’y a pas de comportement de processus associé à la plasticité, mais plutôt la plasticité naît de l’interaction entre les différents symptômes, comportements ou éléments. C’est quelque chose qui, à notre avis, pourrait être très important sur le plan conceptuel.”

★★★★★

A lire également