L'analyse des « mégadonnées » révèle de nouvelles cibles pour le traitement du cancer de l'ovaire

L’analyse des « mégadonnées » révèle de nouvelles cibles pour le traitement du cancer de l’ovaire

Accueil » Psychologie » Troubles mentaux » Enfant » L’analyse des « mégadonnées » révèle de nouvelles cibles pour le traitement du cancer de l’ovaire

Une étude récente a utilisé une analyse multi-omique de mégadonnées pour examiner les changements dans l’expression des gènes à mesure que les cellules des trompes de Fallope humaines deviennent cancéreuses.

Après avoir identifié une dérégulation dans plusieurs voies de signalisation biologique, les chercheurs, dirigés par Hidenori Machino du RIKEN Center for Advanced Intelligence Project (AIP) et de l’Institut de recherche du National Cancer Center au Japon, ont pu à la fois prédire un traitement efficace et le tester, avec des résultats prometteurs. résultats. L’étude a été publiée dans Médecine expérimentale et moléculaire.

Le cancer de l’ovaire est l’un des cancers les plus difficiles affectant le système reproducteur féminin, le carcinome séreux de l’ovaire de haut grade (HGSOC) étant le plus mortel. Ce type de cancer, comme beaucoup d’autres, n’est pas provoqué par une seule mutation, ce qui le rend plus difficile à traiter. Pour cette raison, plutôt que d’examiner les séquences d’ADN, l’équipe s’est concentrée sur les profils épigénétiques – les interrupteurs marche/arrêt au sein d’un type de cellule spécifique qui affectent l’expression des gènes et, dans ce cas, conduisent à la formation de tumeurs.

Le HGSOC prend son origine dans les trompes de Fallope, les cas les plus difficiles ne répondant pas à la chimiothérapie. Les chercheurs se sont concentrés sur ce type de tumeur en utilisant des cellules dérivées de cellules épithéliales des trompes de Fallope humaines, qu’ils ont cultivées dans diverses conditions et étudiées à l’aide d’une analyse omique intégrative spéciale.

“Cette analyse intègre et analyse une énorme quantité de données provenant de plusieurs techniques à haut débit, notamment le séquençage ATAC, ChIP et ARN, pour acquérir une compréhension holistique des systèmes biologiques complexes”, explique Machino.

L’analyse multi-omique a prédit que des facteurs spécifiques qui contrôlent l’expression des gènes se comportent anormalement au cours de la tumorigenèse, juste au moment où les cellules passent du statut normal au statut cancéreux. Ces prédictions ont été testées en comparant les niveaux de protéines entre les cellules normales et cancéreuses.

Les prédictions se sont confirmées et les chercheurs ont découvert que certaines protéines, connues sous le nom de complexe AP-1, étaient trop actives dans les cellules cancéreuses. Ces protéines jouent un rôle en stimulant la croissance et la propagation des cellules cancéreuses. De plus, un autre ensemble de protéines, la famille GATA, qui aide généralement à contrôler le comportement cellulaire, s’est avéré moins efficace dans les cellules cancéreuses.

L’analyse a également identifié des gènes spécifiques (MAF, GATA6 et DAB2) qui jouent un rôle crucial dans le contrôle de la croissance du cancer. Au début de la tumorigenèse, ces gènes ont été supprimés épigénétiquement, contribuant ainsi à la formation de tumeurs. En comprenant comment la suppression de ces gènes entraînait un dysfonctionnement, les chercheurs ont pu en déduire une contre-mesure.

“Nous avons réalisé que le coupable était l’activation excessive de Ras résultant de la suppression du gène épigénétique”, explique Machino, “et avons estimé qu’un médicament capable de bloquer les événements dans cette voie inverserait la tendance.”

Lorsqu’ils ont été testés avec le trametinib, un médicament cliniquement applicable qui peut inhiber la signalisation Ras, ils ont observé des signes de contrôle épigénétique normal, notamment la suppression du MAF et du DAB2.

Des médicaments comme le trametinib sont appelés inhibiteurs de MEK et cette étude prédit qu’ils pourraient être efficaces pour prévenir la tumorigenèse du cancer de l’ovaire. De plus, les MAF, GATA6 et DAB2 supprimés pourraient être des biomarqueurs utiles.

“Les biomarqueurs HGSOC que nous avons découverts pourraient être utilisés pour la détection précoce du cancer de l’ovaire”, explique Machino. “Les résultats suggèrent également de nouvelles approches thérapeutiques, qui pourraient avoir un impact significatif sur la société.”

★★★★★

A lire également