L'Australie est en passe d'être le premier pays à éliminer le cancer du col de l'utérus, mais les inégalités persistent

L’Australie est en passe d’être le premier pays à éliminer le cancer du col de l’utérus, mais les inégalités persistent

Accueil » Parents » Infertilité » L’Australie est en passe d’être le premier pays à éliminer le cancer du col de l’utérus, mais les inégalités persistent

par le Dr Tessa Saunders, le Dr Claire Nightingale, la professeure agrégée Megan Smith et Claire Bavor, Université de Melbourne

L’Australie a le potentiel d’être le premier pays au monde à éliminer le cancer du col de l’utérus en tant que problème de santé publique.

Pour le cancer du col de l’utérus, « élimination » signifie moins de quatre femmes sur 100 000 diagnostiquées avec un cancer du col de l’utérus par an. Actuellement, ce taux est de 6,5 pour 100 000, avec environ 942 femmes en Australie diagnostiquées avec un cancer du col de l’utérus et 222 décédant en 2022.

La très grande majorité de ces décès et cancers auraient pu être évités. Jusqu’à 70 % des cas de cancer du col de l’utérus surviennent chez des femmes sous-dépistées ou qui n’ont jamais été dépistées.

Pour les femmes dans le monde, le cancer du col de l’utérus est le quatrième cancer le plus courant et la quatrième cause de décès par cancer.

Le dépistage régulier du virus du papillome humain (VPH), le virus responsable de 99 % des cancers du col de l’utérus, est l’un des piliers de la stratégie d’élimination du cancer du col de l’utérus de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et est un facteur déterminant dans la rapidité avec laquelle nous pouvons atteindre élimination.

L’OMS affirme que le dépistage, ainsi que la vaccination et l’accès au traitement des pré-cancers conformément aux objectifs mondiaux, “mettront le monde sur la bonne voie pour éliminer le cancer du col de l’utérus au cours du siècle prochain”.

Le cancer du col de l’utérus sera probablement le premier cancer à être éliminé, et l’Australie est en passe d’être le premier pays à réaliser cet exploit de santé publique, qui pourrait se produire dès 2028.

Diriger le monde

L’Australie est un leader mondial dans la prévention du cancer du col de l’utérus. Notre programme national de dépistage, lancé en 1991, a entraîné une réduction des taux de cancer d’environ 50 % au cours de ses 10 premières années.

Le programme a été encore renforcé en 2017 lorsque l’Australie est devenue l’un des premiers pays à passer du test Pap au test HPV.

L’Australie a également été le premier pays au monde à introduire un programme national de vaccination contre le VPH financé par l’État en 2007 et à introduire un programme de vaccination non sexiste en 2013.

Les données les plus récentes montrent que 72% des personnes étaient à jour de leur dépistage. Cependant, cela signifie que près de 30 % de la population éligible n’a pas été dépistée dans les délais recommandés ou n’a jamais été dépistée du tout.

Les statistiques au niveau de la population cachent des inégalités

Le cancer du col de l’utérus est désormais une maladie d’inégalité – la plupart des décès surviennent dans les pays à revenu faible ou intermédiaire.

En Australie, certains groupes de femmes et d’autres personnes atteintes d’un col de l’utérus rencontrent des obstacles supplémentaires au dépistage et sont donc plus à risque de développer un cancer du col de l’utérus.

Ces groupes comprennent les communautés aborigènes et insulaires du détroit de Torres, les personnes LGBTQ ou intersexuées, les personnes issues de milieux culturels et linguistiques divers, les personnes vivant avec un handicap et les personnes vivant en dehors des grandes villes.

L’Australie s’est engagée dans la stratégie mondiale d’élimination et est en train d’élaborer une stratégie nationale. Notre groupe de recherche a contribué à l’ébauche de la stratégie, qui s’appuie sur de vastes consultations. Il indique clairement que l’équité doit être au centre des efforts pour parvenir à l’élimination.

L’auto-collecte est une étape prometteuse

Une solution pour augmenter l’équité est d’offrir aux personnes le choix de se faire dépister sur un échantillon auto-prélevé (auto-prélèvement), à l’aide d’un écouvillon vaginal.

Il a été démontré que l’auto-collecte améliore la participation au dépistage des femmes sous-dépistées et jamais dépistées et nos propres recherches ont montré qu’elle est plus acceptable pour les personnes qui rencontrent des obstacles à l’obtention d’un échantillon prélevé par un clinicien à l’aide d’un spéculum.

Jusqu’à récemment, l’accès à l’auto-prélèvement en Australie était limité à des groupes très sous-dépistés, mais en juillet 2022, les directives de dépistage ont été mises à jour pour recommander que toutes les personnes éligibles au dépistage se voient offrir le choix entre un échantillon vaginal auto-prélevé ou un clinicien. -échantillon recueilli.

Cependant, nos recherches et celles d’autres montrent que les professionnels de la santé rencontrent des obstacles à la mise en œuvre de l’auto-collecte, et que l’adoption a été faible.

Il existe un risque réel que les personnes qui rencontrent des obstacles au dépistage, mais qui pourraient grandement bénéficier de l’option d’auto-collecte, soient exclues si les programmes de dépistage ne sont pas offerts de manière à répondre à leurs besoins.

Éliminer les obstacles à l’auto-collecte

Nous dirigeons une subvention nationale du NHMRC pour générer des preuves sur ce qui fonctionne pour atteindre l’équité dans le programme national australien de dépistage du col de l’utérus.

Cela implique de parler aux prestataires de soins de santé du soutien dont ils ont besoin pour offrir l’auto-collecte aux personnes qui rencontrent des obstacles et d’écouter les membres de la communauté sur la façon dont nous pouvons adapter les programmes de dépistage pour les rendre plus accessibles.

Karleen Plunkett, une défenseure des personnes handicapées et l’une des membres de notre panel de consommateurs, affirme que le secteur de la santé doit soutenir cette approche vers la santé holistique et inclusive de toutes les femmes.

“Tous les Australiens avec un col de l’utérus, y compris ceux qui ont un handicap, méritent la sécurité de savoir qu’ils ont la possibilité d’être des partenaires proactifs dans la détection précoce du VPH grâce à l’utilisation libératrice et salvatrice de l’auto-prélèvement privé”, dit-elle.

L’Australie risque de ne pas réussir à éliminer le cancer du col de l’utérus dans certaines populations en raison d’un manque persistant d’équité. Nous espérons que cette recherche contribuera à assurer que la réalisation monumentale de l’élimination soit à la fois rapide et équitable.

Des recherches connexes sont publiées dans la revue Santé des femmes.

Publications similaires