Le déploiement d'un vaccin contre le cancer du col de l'utérus démontre son efficacité dans la réduction du cancer du col de l'utérus et d'autres maladies liées au VPH

Le déploiement d'un vaccin contre le cancer du col de l'utérus démontre son efficacité dans la réduction du cancer du col de l'utérus et d'autres maladies liées au VPH

Accueil » Parents » Infertilité » Le déploiement d'un vaccin contre le cancer du col de l'utérus démontre son efficacité dans la réduction du cancer du col de l'utérus et d'autres maladies liées au VPH

Avec la création de vaccins sûrs et efficaces contre le virus du papillome humain au cours de la première décennie de ce siècle, l'OMS s'est fixé un objectif ambitieux : réduire l'incidence du cancer du col de l'utérus (principalement causé par le VPH) et la mortalité de 30 % d'ici 2030, ce qui signifie que chaque pays a un objectif. de vacciner 90 % des filles avant l'âge de 15 ans, 70 % des femmes recevant un test de dépistage de haute précision au moins à 35 et 45 ans, et 90 % de toutes les femmes nécessitant un traitement à tout âge pour le recevoir.

Les objectifs sont ambitieux et, pour l’instant, il semble qu’aucun pays ne les ait atteints. L'objectif est d'appeler les pays à atteindre un objectif d'incidence du cancer du col de l'utérus de moins de quatre cas pour 100 000 femmes par an, l'éliminant ainsi en tant que menace pour la santé publique.

Cependant, une présentation du professeur Suzanne Garland (Université de Melbourne, Australie) au congrès mondial ESCMID de cette année (anciennement ECCMID, 27-30 avril, Barcelone) révèle que, même si les preuves sont claires et continuent de s'accumuler, la vaccination contre le VPH réduit l'incidence et la mortalité du cancer et les maladies liées au VPH (telles que les verrues génitales, les précancers du col de l'utérus, du vagin et de la vulve, et les taux d'infection par le VPH conduisant à d'autres cancers tels que les cancers de la tête et du cou et les cancers anaux et péniens causés par les types de VPH couverts par les vaccins), il existe de fortes variations dans la couverture à l’échelle mondiale, y compris entre les pays à revenu élevé qui peuvent facilement se permettre les vaccins ; alors que de nombreux pays à revenu faible ou intermédiaire n’ont pas encore inclus cet outil essentiel dans leurs programmes nationaux de vaccination.

Le professeur Garland souligne que si une couverture vaccinale élevée contre le VPH, en particulier chez les filles (et aussi les garçons) avant qu'ils ne soient infectés, constitue l'outil numéro un dont nous disposons pour lutter contre les cancers du col de l'utérus et les maladies liées au VPH, nous ne pouvons pas détourner les yeux d'autres mesures de prévention, telles que utilisation du préservatif pendant les rapports sexuels, éducation sexuelle adaptée à l'âge, circoncision masculine et stratégies de lutte antitabac. Dépistage également des maladies du col de l'utérus et traitement de celles-ci pour prévenir l'apparition du cancer.

Elle a examiné les données du tableau de bord de l'OMS montrant que, sur 194 pays déclarants, 137 (71 %) incluent le VPH dans leurs programmes nationaux de vaccination, tandis que quatre autres (2 %) l'ont partiellement introduit et 57 (27 %) ne l'ont pas fait. Sur les 141 programmes nationaux totaux ou partiels contre le VPH déclarés à la fin de 2023, 59 (42 %) concernent les deux sexes, tandis que 82 (58 %) concernent uniquement les filles.

La couverture vaccinale complète moyenne est de 44 % à l'échelle mondiale, la plus élevée dans la région européenne de l'OMS à 60 % et la plus faible dans la région des Amériques à 31 % (dans les pays d'Afrique dotés d'un programme, la couverture moyenne est de 38 %). À l’échelle mondiale, dans l’ensemble des 194 pays, 21 % des filles ont reçu au moins une dose de vaccin contre le VPH avant l’âge de 15 ans, un chiffre en augmentation constante par rapport à 4 % en 2010, avec une légère baisse au cours des années de COVID.

Parmi les pays à revenu élevé, il existe de grandes variations selon la base de données de l'OMS. Le professeur Garland fait référence aux chiffres nationaux de l'Australie qui sont restés solides et leaders au monde : la couverture vaccinale contre le VPH à dose unique chez les hommes de 15 ans en Australie en 2021 et 2022 était de 84,4 % et 83,1 %, respectivement.

La couverture chez les femmes de 15 ans est encore plus élevée en 2021 et en 2022, elle était respectivement de 86,2 % et 85,3 %. Cela a permis une réduction de 92 % de la prévalence des types de VPH inclus dans le vaccin, et l'Australie vise à être le premier pays à éliminer le cancer du col de l'utérus en tant que menace pour la santé publique.

Le dernier chiffre de prévalence pour l'Australie date de 2019, alors qu'ils attendent que des données supplémentaires soient mises à jour jusqu'en 2023. Étant donné que l'incidence du cancer du col de l'utérus en Australie en 2019 est de 6,4 nouveaux cas pour 100 000 femmes en 2019, le professeur Garland espère que la prochaine mise à jour, lorsqu'elle sera publiée, montrera que l'Australie a a dépassé l’objectif et est tombé en dessous de quatre.

La base de données de l’OMS montre également que le Canada, l’Irlande, la Suède, l’Espagne et le Portugal ont tous une couverture vaccinale complète supérieure à 70 %, les États-Unis et l’Allemagne étant à la traîne avec 50 à 70 %, et l’Italie et la France parmi les plus faibles avec 30 à 50 %. Le Japon se trouve dans la pire situation de tous les pays à revenu élevé, le professeur Garland affirmant que cela était dû à une couverture médiatique négative et à la lenteur du gouvernement à approuver la sécurité de la vaccination.

Les derniers chiffres de l'Agence britannique de sécurité sanitaire montrent que la couverture vaccinale contre le VPH pour la première dose pour les femmes de la huitième année en 2022 à 2023 (nées entre le 1er septembre 2009 et le 31 août 2010) était de 71,3 % en Angleterre, et le chiffre équivalent pour les garçons est de 65,2 %.

Le Danemark a connu une baisse considérable de la couverture vaccinale en 2016, en raison d'une couverture médiatique négative paralysante, qui s'est ensuite redressée grâce à diverses campagnes, tandis que la Suède et le Canada ont constamment amélioré leur couverture vaccinale. La France a longtemps connu diverses difficultés pour persuader sa population d’utiliser les vaccins ; Pourtant, même si la couverture vaccinale contre le VPH est faible, elle s’améliore régulièrement.

Le professeur Garland discute de preuves provenant de diverses sources, y compris une analyse de 2019 dans La Lancette de 65 études menées dans 19 pays à revenu élevé montrant comment les infections au VPH, les verrues anogénitales et les lésions précancéreuses du col de l'utérus ont toutes diminué considérablement après l'introduction du vaccin contre le VPH. Elle discute également d'un NEJM article montrant comment, chez les femmes non vaccinées, les taux de cancer du col de l'utérus restent de 94 pour 100 000 femmes, tombant à 17 pour 100 000 chez les femmes vaccinées âgées de 17 à 29 ans et à quatre pour 100 000 chez les femmes vaccinées âgées de moins de 17 ans.

Quatre pour 100 000 est l’objectif que l’OMS souhaite que tous les pays atteignent. Ces preuves montrent qu'il est préférable de vacciner avant le premier rapport sexuel, car les vaccins préviennent l'infection et donc les maladies ultérieures, mais ne sont pas thérapeutiques, ce qui signifie qu'ils ne traiteront pas une infection déjà établie.

Elle présente également des preuves provenant d'Australie sur la façon dont les effets protecteurs de la vaccination se sont étendus aux hommes avant même que les garçons ne soient inclus dans le programme de vaccination. Autrement dit, la vaccination des filles a également contribué à protéger les hommes contre la maladie à VPH (immunité collective), en réduisant la circulation du virus dans la communauté. et ce chiffre s'est encore accru lorsque les garçons ont été inclus. Cependant, les jeunes hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes n’ont commencé à en bénéficier que lorsque les garçons eux-mêmes ont été vaccinés.

Elle discute également des efforts mondiaux visant à renforcer la couverture contre le VPH à l'aide d'une dose unique, adoptés par 51 pays d'ici mars 2024, sur la base des recommandations SAGE issues des données d'observation et également de nouvelles données ECR publiées dans NEJM montrant qu'une dose est efficace chez les personnes âgées de 15 à 20 ans, bien que deux doses soient toujours recommandées à six mois d'intervalle pour les 20 ans et plus.

Les défis qui restent à relever pour que les pays améliorent la couverture sont les vaccins concurrents, leur prix et leur livraison, la volonté politique et le nombre de doses requises, ainsi que les interruptions dues à des événements mondiaux tels que les guerres et la pandémie de COVID-19. Mais même les PRFI peuvent surmonter ces défis, la Malaisie étant l’un de ces pays bénéficiant d’une couverture très élevée.

Mais le professeur Garland conclut : « La vaccination est un élément essentiel de la stratégie mondiale visant à éliminer le cancer du col de l'utérus en tant que problème de santé publique. Les vaccins contre le VPH sont très efficaces pour prévenir les infections par le VPH et les maladies liées au VPH, notamment les cancers associés et les verrues génitales, chez les femmes et les hommes. mâles.

« Il existe des preuves solides et croissantes de l'efficacité contre le cancer du col de l'utérus, avec des taux en baisse constante à mesure que la vaccination entre en vigueur, et l'Australie a démontré ce qui est possible avec une couverture vaccinale rapide et généralisée contre le VPH. Il est essentiel d'élargir l'accès et la couverture vaccinale à l'échelle mondiale pour réduire les inégalités entre et au sein des pays.

Fourni par la Société européenne de microbiologie clinique et de maladies infectieuses

Publications similaires