Le TDAH ralentit le traitement de la parole dans des conditions d'écoute défavorables : preuve des mouvements oculaires

Le TDAH ralentit le traitement de la parole dans des conditions d’écoute défavorables : preuve des mouvements oculaires

Accueil » Psychologie » Troubles mentaux » Enfant » Le TDAH ralentit le traitement de la parole dans des conditions d’écoute défavorables : preuve des mouvements oculaires

Une nouvelle étude menée par les professeurs Boaz Ben-David et Rony Lemel de la Baruch Ivcher School of Psychology de l’Université Reichman a révélé que le trouble déficitaire de l’attention avec hyperactivité (TDAH) entraîne un retard dans la perception de la parole et une difficulté à comprendre le sens des phrases prononcées.

Les résultats de l’étude montrent que le bruit de fond pèse lourdement sur les étudiants atteints de TDAH. Les chercheurs ont étudié les effets du TDAH sur le traitement de la parole dans des conditions bruyantes. Il s’agit de la première étude à examiner le traitement de la parole “en ligne” (en temps réel) chez les jeunes atteints de TDAH à l’aide d’un eyetracker.

Les étudiants atteints de TDAH peuvent prendre du retard lorsque l’enseignant (ou le professeur d’université) parle et qu’il y a des murmures en arrière-plan. La recherche montre que ces étudiants perdent un temps précieux en essayant de comprendre les mots prononcés, et au moment où le mot suivant arrive, ils sont déjà en retard. La conséquence en est claire : ils se perdent. La solution est simple, mais difficile à mettre en œuvre : le silence.

La compréhension de la parole est une capacité qui permet la communication interpersonnelle et est essentielle pour une vie active et un bien-être émotionnel. Le traitement de la parole dans un environnement bruyant est nécessaire dans les conditions et cadres quotidiens, tels que l’école, le travail et les interactions sociales.

La compréhension de la parole implique les fonctions exécutives d’inhibition (retarder une réponse), d’attention soutenue, d’attention sélective, de mémoire de travail, de planification et d’exécution de tâches. Les personnes atteintes de TDAH ont souvent des difficultés à contrôler et à gérer ces actions. Cependant, il n’y a presque aucune recherche dans la littérature à ce jour qui a étudié la relation entre la parole et le TDAH.

L’étude a été réalisée au laboratoire Communication, vieillissement et neuropsychologie (CANlab) de l’Université Reichman, en collaboration avec le laboratoire Attention, dirigé par le professeur Lilach Shalev Mevorach, à l’Université de Tel Aviv. Les chercheurs ont mené une expérience avec des sujets de deux groupes (avec et sans TDAH) auxquels on a demandé d’effectuer une tâche dans des conditions bruyantes simulant des situations courantes comme une salle de classe ou un repas familial.

L’expérience a été menée à l’aide d’un dispositif eyetracker, seule méthode permettant une analyse des processus en temps réel. Les résultats ont montré que le groupe atteint de TDAH avait un retard/ralentissement d’une demi-seconde dans l’exécution de la tâche, c’est-à-dire un retard dans le traitement de la parole. Lorsqu’il s’agit de parler, une demi-seconde est longue – lorsque vous perdez un mot ici et un mot là, cela s’additionne et vous risquez de manquer le contexte et le sens de la phrase.

Des études antérieures ont montré que les personnes atteintes de TDAH ont besoin d’un rapport signal/bruit optimal pour traiter et reconnaître correctement les mots parlés. Compte tenu des résultats de l’étude, il semble que les jeunes atteints de TDAH soient altérés à la fois dans la reconnaissance et le traitement de la parole dans des environnements avec beaucoup de bruit de fond et de bruit.

La reconnaissance et le traitement nécessitent de l’attention, de la mobilisation de l’attention, de l’inhibition et une capacité de mémoire de travail. Les personnes atteintes de TDAH doivent faire plus d’efforts pour écouter dans des conditions bruyantes et mobiliser plus de ressources que celles dont elles disposent, ce qui entraîne un retard de compréhension. Cette déficience peut avoir des conséquences graves qui affecteront négativement la qualité de vie de ceux qui en souffrent.

D’autres études ont démontré une altération de la mémoire de travail chez les personnes atteintes de TDAH. Dans l’étude actuelle, les chercheurs ont découvert que tous les sujets (avec et sans TDAH) avaient le même niveau de mémoire de travail, qui a été testé avant l’expérience. Cependant, dans les situations à fortes exigences cognitives, il y avait des différences de mémoire de travail entre les deux groupes – les sujets atteints de TDAH avaient des troubles de la mémoire.

Le professeur Boaz Ben-David, orthophoniste et chef du laboratoire Communication, vieillissement et neuropsychologie (CANlab) à la Baruch Ivcher School of Psychology de l’Université Reichman, déclare : « Les personnes atteintes de TDAH ” manquent ” des mots lors d’une conversation ou d’une conférence, et une fois que cela s’accumule, ils ont du mal à comprendre le sens des phrases prononcées.L’effort que les personnes atteintes de TDAH doivent faire pour faire face aux distractions dilue leurs ressources cognitives, affecte leur capacité à utiliser efficacement leur mémoire de travail et altère leur la perception et le traitement de la parole.”

Les résultats sont publiés dans la revue Recherche sur les troubles du développement.

Fourni par l’Université Reichman

Publications similaires