Le temps passé devant un écran est lié aux problèmes de santé mentale chez les enfants de la maternelle

Le temps passé devant un écran est lié aux problèmes de santé mentale chez les enfants de la maternelle

Accueil » Psychologie » Troubles mentaux » Adulte » Le temps passé devant un écran est lié aux problèmes de santé mentale chez les enfants de la maternelle

Le temps passé devant un écran est associé à des problèmes de santé mentale chez les enfants âgés de 3 à 6 ans, selon une étude publiée en ligne le 4 décembre dans JAMA Pédiatrie.

Haiwa Wang, de l’Université Jiao Tong de Shanghai, et ses collègues ont exploré les changements dans l’exposition aux écrans selon différents types de contenu et leur relation avec la santé mentale chez les enfants âgés de 3 à 6 ans. L’analyse a inclus les données de 15 965 participants à l’étude d’évaluation préscolaire de la santé, de l’éducation et du mode de vie des enfants de Shanghai (de novembre 2016 à mai 2019, lorsque les enfants étaient âgés de 3 à 4 ans). [wave 1]4 à 5 ans [wave 2]et 5 à 6 ans [wave 3]).

Les chercheurs ont constaté qu’à mesure que les enfants se développaient entre 3 et 6 ans, la proportion d’exposition aux écrans à des programmes éducatifs (pas plus d’une heure par jour : 45,0 à 26,8 pour cent) et à des programmes de divertissement (pas plus d’une heure par jour : 44,4 à 26,8 pour cent) 32,1 pour cent) a diminué, tandis que l’exposition aux médias sociaux a augmenté (pas plus d’une heure par jour : 1,5 à 27,1 pour cent).

Une proportion plus élevée d’exposition à un écran dans des programmes éducatifs était associée à un risque plus faible de problèmes de santé mentale (rapport de cotes ajusté, 0,73), mais les programmes non destinés aux enfants étaient associés à un risque plus élevé de tels problèmes (rapport de cotes ajusté, 2,82). . Le temps total passé devant un écran était systématiquement associé à des problèmes de santé mentale, quel que soit le contenu.

“Il est recommandé de limiter le temps passé devant un écran aux enfants, de donner la priorité aux programmes éducatifs et d’éviter les programmes non destinés aux enfants”, écrivent les auteurs.

Publications similaires