Les acides gras de l'huile de palme peuvent favoriser la propagation du cancer, selon une étude sur la souris

Les acides gras de l’huile de palme peuvent favoriser la propagation du cancer, selon une étude sur la souris

Accueil » Santé » Les acides gras de l’huile de palme peuvent favoriser la propagation du cancer, selon une étude sur la souris
  • Les acides gras sont essentiels à la santé, mais une altération du métabolisme et de l’absorption des acides gras est une caractéristique des métastases.
  • Les acides gras saturés tels que l’acide palmitique, présents dans l’huile de palme, peuvent favoriser l’expression de gènes associés aux métastases tumorales.
  • Les cellules cancéreuses ont une « mémoire » d’exposition à l’acide palmitique et restent fortement métastatiques.

Les acides gras (AG) sont les principaux éléments constitutifs de la graisse dans notre corps et de la nourriture que nous mangeons. Ils peuvent servir de carburant pour les voies métaboliques.

Il existe trois principaux types d’AF, classés par leur chimie :

  • AG monoinsaturés, qui sont associés à un risque réduit de maladie coronarienne
  • les AG polyinsaturés, qui protègent contre le risque de démence et de maladie coronarienne
  • AG saturés et gras trans, qui sont associés à un risque accru de maladie coronarienne

Plus de 20 types d’AG se trouvent dans les aliments et, selon l’American Heart Association (AHA), « Pour une bonne santé, la majorité des graisses que vous mangez doivent être monoinsaturées ou polyinsaturées », par opposition aux graisses saturées ou trans, qui les gens devraient éviter.

Recâbler la cellule

Les cellules cancéreuses peuvent recâbler leur métabolisme pour produire l’énergie nécessaire à leur croissance et à leur survie ultime. Le métabolisme des AG joue un rôle important en fournissant de l’énergie et des macromolécules pour le développement du cancer.

Une étude a maintenant montré que l’acide palmitique, un AG présent dans l’huile de palme, qui est un ingrédient courant dans les gâteaux, les biscuits et le chocolat, peut augmenter les métastases ou la propagation du cancer.

Selon une étude antérieure, à partir de 2019, plus de 65% des décès dus au cancer des tumeurs solides avaient des métastases comme cause contributive enregistrée. Les métastases se produisent lorsque les cellules cancéreuses se détachent de la masse tumorale principale et pénètrent dans les flux sanguins ou lymphatiques, leur permettant de voyager et de se développer en tumeurs dans d’autres parties du corps.

La nouvelle étude, publiée dans Nature, a cherché à comprendre si différents AG provoquent des changements qui augmentent le risque de métastases cancéreuses – et si oui, comment ?

Le Dr Salvador Aznar-Benitah, de l’Institut de recherche en biomédecine de Barcelone, a dirigé la recherche. L’équipe a exposé des cellules cancéreuses de la bouche et de la peau humaines à trois AG alimentaires : l’acide palmitique, l’acide oléique et l’acide linoléique. Après 4 jours d’exposition, les chercheurs ont transféré les cellules là où elles appartiendraient chez la souris. Ils ont reçu un régime typique.

Aucun des AG n’a favorisé la formation de cancer, mais l’acide palmitique, le principal AG saturé de l’huile de palme, a favorisé l’augmentation de l’expression des gènes associés aux métastases et à la taille des lésions métastatiques existantes.

Les effets des AG peuvent différer selon le type de tumeur. Par exemple, dans cette étude, l’acide oléique a inhibé la propagation des cancers de la bouche et de la peau, mais des études antérieures ont montré qu’il favorisait les cancers du col de l’utérus.

Mémoire cellulaire et changements réversibles

Dans une expérience distincte, le groupe a testé la « mémoire » des cellules exposées à l’acide palmitique. Ils ont exposé des cellules cancéreuses de la bouche humaine à de l’acide palmitique pendant 4 jours, puis ont fait croître les cellules sans acide palmitique pendant 14 jours supplémentaires. L’équipe a ensuite implanté les cellules, comme auparavant, dans des souris ayant reçu un régime alimentaire typique. Les chercheurs ont découvert que les cellules tumorales exposées à l’acide palmitique étaient encore hautement métastatiques.

Selon les auteurs de l’étude, cette « mémoire » est associée à des changements épigénétiques – des changements réversibles, causés par des facteurs environnementaux, qui modifient le fonctionnement des gènes sans modifier la séquence d’ADN.

Le Dr Aznar-Benitah note qu’une étude achevée en 2017 a montré un risque accru de métastases, mais que le mécanisme derrière cela était inconnu. « Dans cette étude, nous détaillons le processus et révélons l’implication d’un facteur « mémoire » de capacité métastatique, et nous indiquons une approche thérapeutique pour l’inverser. C’est prometteur.

L’auteur principal de l’étude mentionne également son espoir de faire passer la technologie aux essais cliniques. « Si les choses continuent comme prévu, nous pourrions commencer le premier essai clinique dans quelques années. »

Le professeur Ali Shilatifard, co-auteur de l’étude et directeur du Simpson Querrey Institute for Epigenetics, déclare : « La régulation des métastases est la dernière frontière du traitement du cancer », indiquant que les résultats pourraient conduire à une génération de nouvelles thérapies axées sur le métabolisme de l’AF.

Le directeur général de Worldwide Cancer Research, le Dr Helen Rippon, a fait écho à ces réflexions. Il convient de noter que Worldwide Cancer Research a financé l’étude. Le Dr Rippon a tweeté : « La métastase est une telle lacune dans notre compréhension du #cancer, pourtant c’est ce qui cause les décès par cancer. Prévenir/restreindre les métastases pourrait sauver des millions de vies. Elle a développé cela dans une interview, en disant:

« Cette découverte est une énorme percée dans notre compréhension de la façon dont l’alimentation et le cancer sont liés, et peut-être plus important encore, comment nous pouvons utiliser ces connaissances pour lancer de nouveaux traitements contre le cancer. [….] Nous sommes tous très enthousiastes à l’idée de voir les résultats de cet essai clinique et l’impact futur que ces découvertes pourraient avoir sur les personnes atteintes d’un cancer métastatique.

★★★★★

A lire également