Les anticorps de lama montrent un «potentiel important» en tant que traitement COVID-19

Les anticorps de lama montrent un «potentiel important» en tant que traitement COVID-19

Accueil » Santé » Les anticorps de lama montrent un «potentiel important» en tant que traitement COVID-19
  • Bien que les vaccins soient très efficaces pour prévenir le COVID-19, les scientifiques doivent encore identifier de meilleurs traitements pour la maladie.
  • Certains scientifiques étudient si les anticorps dérivés du lama pourraient être une approche thérapeutique utile.
  • Une étude récente a montré que les soi-disant nanocorps que les scientifiques ont récoltés sur un lama réduisaient la charge virale du SRAS-CoV-2 chez les hamsters syriens.

Dans la course pour découvrir des traitements efficaces pour COVID-19, certains scientifiques se sont tournés vers l’utilisation d’anticorps de personnes qui se sont remises de COVID-19.

Bien que cette approche ait connu un certain succès, ces traitements ont tendance à être difficiles à fabriquer et coûteux.

Une étude récente, publiée dans la revue Nature Communications, étudie un type d’anticorps dérivé d’un lama. Les auteurs espèrent que cette approche sera plus simple et plus rentable.

Restez informé des mises à jour en direct sur l’épidémie actuelle de COVID-19 et visitez notre hub de coronavirus pour plus de conseils sur la prévention et le traitement.

Nanocorps ciblés

Les membres de la famille des camélidés, qui comprennent les chameaux, les lamas et les alpagas, produisent des anticorps uniques appelés nanobodies. Les nanocorps sont des molécules extrêmement petites, robustes et stables qui se lient à des cibles spécifiques.

Cet attachement ciblé rend les nanocorps parfaitement adaptés à de nombreuses formes de recherche, en particulier celles impliquant la détection et la neutralisation des virus.

Les auteurs de la récente étude ont étudié les nanocorps d’un lama nommé Fifi.

Les scientifiques ont injecté à Fifi une bioprotéine purifiée qui n’a pas causé de maladie mais a incité son système immunitaire à produire des nanocorps. Ils ont ensuite extrait ces molécules d’un petit échantillon de sang de Fifi.

L’équipe a isolé quatre nanocorps différents et les a désignés comme C5, F2, H3 et C1. Des tests en laboratoire ont montré que chacun de ces nanocorps se lie à des emplacements distincts sur la protéine de pointe.

Lorsque les nanocorps C5 ont été configurés en trimères – constitués de trois C5 d’affilée – les chercheurs ont observé une inhibition complète de l’infection virale.

Ils ont ensuite testé le trimère C5 sur 12 hamsters dorés syriens infectés par le SRAS-CoV-2. Après 1 jour, ils en ont traité six avec une injection du nanocorps trimère C5, tandis que les six autres – les témoins – n’ont reçu aucun traitement.

Tous les animaux ont perdu du poids au cours de l’étude. Cependant, au jour 7, les six hamsters du groupe traité aux nanocorps avaient perdu beaucoup moins de poids. En effet, comme l’expliquent les auteurs, ceux qui ont reçu la dose unique de nanocorps C5 ont présenté « une perte de poids minimale et une infection pulmonaire très limitée ».

Des tests supplémentaires utilisant le modèle de hamster COVID-19 ont indiqué que l’administration nasale d’un traitement par nanocorps favorisait une récupération plus rapide de l’infection que l’administration par injection. Les auteurs pensent que cela pourrait être dû au fait qu’il était plus facile pour les nanocorps d’atteindre le site d’infection – les poumons.

Résumé de l’étude et étapes futures

Le professeur James Naismith est le directeur du Rosalind Franklin Institute, l’institut national de recherche en santé du Royaume-Uni et l’une des organisations qui ont soutenu cette étude.

Le professeur Naismith résume certains des avantages potentiels de l’approche des nanocorps :

  • Ces nanocorps semblent être puissants contre les souches clés du virus SARS-CoV-2.
  • En raison de leur petite taille, les trimères sont faciles à administrer car il est possible de les inhaler.
  • Les scientifiques peuvent fabriquer le trimère à moindre coût dans des systèmes simples, tels que la levure et Escherichia coli.

S’adressant à Medical News Today, Elitza Theel, Ph.D., directrice du laboratoire de sérologie des maladies infectieuses de la Mayo Clinic, Rochester, MN, a déclaré :

« Il serait intéressant de voir l’effet thérapeutique de ces nanoanticorps chez les primates non humains. [This study’s] les découvertes sur l’utilisation de l’administration intranasale de nano-anticorps anti-RBD sont assez intrigantes, car elles montrent une protection significative contre une maladie similaire à l’injection intrapéritonéale dans leur [hamster] maquette.”

Lors d’une récente conférence de presse, en réponse à une question sur les prochaines étapes nécessaires pour transférer ces résultats aux essais humains, le professeur Raymond Owens, scientifique principal de Protein Production UK au département de médecine de Nuffield, a répondu :

«Nous travaillons avec des organisations de fabrication qui peuvent prendre notre processus à l’échelle du laboratoire et l’étendre afin que nous puissions produire des quantités et une qualité suffisantes de matériaux. Et puis nous devons comprendre un peu plus le comportement de la molécule dans les modèles animaux. »

Pour des mises à jour en direct sur les derniers développements concernant le nouveau coronavirus et COVID-19, cliquez sur ici.

Publications similaires