Les bébés allaités sont moins susceptibles de recevoir des friandises et des boissons sucrées avant 12 mois : étude

Les bébés allaités sont moins susceptibles de recevoir des friandises et des boissons sucrées avant 12 mois : étude

Accueil » Parents » Étapes » Enfant » Les bébés allaités sont moins susceptibles de recevoir des friandises et des boissons sucrées avant 12 mois : étude

Les bébés allaités, ou partiellement allaités, pendant plus de six mois sont moins susceptibles de recevoir des boissons sucrées et des collations sucrées ou salées avant l'âge de 12 mois, selon une nouvelle étude.

La dernière étude, dirigée par l'Université de Glasgow et publiée dans Nutrition maternelle et infantilea étudié les liens entre l'allaitement maternel et l'alimentation complémentaire, également connue sous le nom de processus de sevrage, au cours duquel les bébés ne reçoivent qu'une partie de leurs nutriments du lait et doivent avoir une alimentation de plus en plus variée.

Les résultats, qui ont utilisé les données de 2 730 parents de l'enquête écossaise sur la maternité, l'enfance et la nutrition, ont révélé un certain nombre d'associations positives entre l'allaitement pendant six mois ou plus et les régimes alimentaires des jeunes nourrissons. Dans l’ensemble, les chercheurs ont constaté que les bébés qui recevaient n’importe quelle quantité de lait maternel à l’âge de 6 mois et au-delà étaient plus susceptibles d’avoir un régime alimentaire qui suivait les recommandations en matière d’alimentation complémentaire, et étaient notamment moins susceptibles de se voir proposer des aliments solides avant l’âge de 6 mois.

À partir de 6 mois, il est recommandé d'initier les bébés à des aliments familiaux adaptés, en commençant par des purées simples, puis en progressant vers des repas plus texturés et des aliments de la taille d'une bouchée. Les conseils actuels suggèrent d'offrir tôt aux bébés des légumes verts et amers et d'éviter d'ajouter du sel et du sucre aux aliments. Les boissons sucrées et les « friandises » comme le chocolat ou les chips doivent être évitées.

Dans cette étude, les bébés allaités pendant six mois ou plus étaient moins susceptibles de recevoir des friandises (15 % contre 45 % des bébés nourris au lait maternisé) et des boissons sucrées (11 % contre 20 % des bébés nourris au lait maternisé).

De plus, comparativement aux bébés nourris au lait maternisé, les nourrissons ayant reçu une quantité quelconque de lait maternel après six mois étaient plus susceptibles de commencer à manger des aliments solides à l'âge recommandé de 6 mois ou plus (37 % contre 66 % des bébés nourris au lait maternisé). . Les chercheurs ont également découvert que les bébés allaités pendant six mois étaient moins susceptibles de se voir proposer des aliments pour bébés du commerce (31 % contre 53 % des bébés nourris au lait maternisé). Ces associations sont toutes restées même après que les chercheurs se soient ajustés aux facteurs sociodémographiques.

Sur les 2 730 personnes interrogées dans le cadre de l'enquête écossaise sur la maternité, l'enfance et la nutrition, 20 % des bébés étaient uniquement nourris avec des préparations pour nourrissons, tandis que 48 % ont continué à être allaités au-delà de six mois. Bien que le processus de sevrage ait commencé plus tard, les nourrissons allaités au sein après l'âge de 6 mois ont mangé le même nombre de groupes alimentaires et de repas que les bébés nourris au lait maternisé, et étaient tout aussi susceptibles de s'auto-alimenter avec des purées et des amuse-gueules.

Le groupe de recherche, dirigé par le Dr Ada Garcia, étudie les impacts des aliments commerciaux pour bébés depuis plus d’une décennie. Le travail du groupe s'est concentré sur des domaines tels que la qualité des aliments pour bébés commerciaux, constatant qu'un grand nombre de ces produits sont riches en sucre et, par conséquent, peuvent favoriser la gourmandise sucrée chez les nourrissons et encourager le grignotage d'aliments transformés.

Le Dr Garcia, auteur principal de l'étude de l'Université de Glasgow, a déclaré : « Dans cette étude, nous avons pu observer que les inégalités alimentaires commencent dès l'âge de 6 à 12 mois. C'est inquiétant, car les habitudes alimentaires se développent et s'établissent. tôt dans la vie, et il peut être plus difficile de les changer plus tard.

“Notre recherche suggère que continuer à promouvoir l'allaitement maternel, lorsque cela est possible, peut contribuer à protéger la santé des nourrissons, tout en aidant à établir des comportements alimentaires sains dès le plus jeune âge.”

★★★★★

A lire également