Les médicaments oncologiques coûteraient 1 milliard de dollars moins cher à développer grâce à une approche de précision

Les médicaments oncologiques coûteraient 1 milliard de dollars moins cher à développer grâce à une approche de précision

Accueil » Psychologie » Troubles mentaux » Enfant » Les médicaments oncologiques coûteraient 1 milliard de dollars moins cher à développer grâce à une approche de précision

Les coûts de recherche et développement (R&D) des médicaments oncologiques ciblés sont nettement inférieurs s’ils sont guidés par une stratégie de diagnostic complémentaire, mais les modèles commerciaux biopharmaceutiques actuels suggèrent que ces économies ne se traduiront pas par des prix plus abordables.

Une nouvelle analyse explorant les finances nécessaires à la mise sur le marché de nouveaux médicaments contre le cancer a révélé que les médicaments oncologiques de précision pourraient coûter 1 milliard de dollars moins cher à développer que les médicaments non précis.

Malgré cela, rien ne prouve que ces économies se traduiront par une baisse des prix en aval de médicaments anticancéreux plus abordables en raison des stratégies commerciales des sociétés pharmaceutiques.

L’article, publié récemment dans le Journal de politique et de pratique pharmaceutiquespartage les résultats d’un programme de trois ans entre l’Institute of Cancer Policy et l’Université Queen’s de Belfast qui représente à ce jour les analyses les plus complètes des coûts de R&D des médicaments oncologiques.

Les médicaments de précision sont des médicaments développés avec un diagnostic compagnon (CDx). Un CDx en oncologie est un type de test médical qui analyse les caractéristiques génétiques et moléculaires spécifiques d’une tumeur, ce qui motive la tumeur, les biomarqueurs d’un patient qui indiquent qu’il serait un bon candidat pour le traitement, et plus encore.

Des analyses antérieures ont indiqué que l’oncologie est le domaine de recherche et développement de médicaments le plus coûteux, et que les stratégies des entreprises reposent sur des prix plus élevés et des approches commerciales qui menacent de saper les budgets des soins de santé. Les données de l’étude démontrent qu’il en coûte plus d’un milliard de dollars en dépenses de R&D pour développer un médicament oncologique qui n’est pas guidé par des essais cliniques avec un CDx, par rapport à une approche de précision.

L’oncologie de précision représente d’énormes économies potentielles en R&D, mais la complexité de l’industrie pharmaceutique mondiale et les stratégies commerciales des entreprises signifient qu’il est peu probable que les coûts en aval diminuent sans changement. Les auteurs appellent les entreprises à adhérer à des normes comptables transparentes pour leurs budgets de R&D afin que les systèmes de santé puissent prendre des décisions politiques éclairées.

En réalisant l’étude, les auteurs ont examiné le coût de la R&D et le retour sur investissement (RoI) des médicaments anticancéreux. Pour ce faire, ils ont obtenu des données de la Securities and Exchange Commission (SEC) des États-Unis sur tous les médicaments anticancéreux de la FDA lancés entre 1997 et 2020. Cela comprenait une gamme de thérapies ciblées et de médicaments immuno-oncologiques qui luttent contre la tumeur en incitant le système immunitaire à agir. .

L’article a également constaté d’énormes variations dans les coûts de R&D et les retours sur investissement (RoI) des médicaments oncologiques. Le coût moyen du développement d’un médicament contre le cancer s’élève à 4,4 milliards. Toutefois, cela cache une vaste gamme de coûts. Par exemple, le Dinutuximab, un médicament utilisé pour le traitement post-consolidation du neuroblastome à risque chez l’enfant, n’a coûté que 276 millions de dollars à développer. D’un autre côté, le médicament Durvalumab a coûté 13,4 milliards de dollars, tandis que l’Isatuximab a coûté 15,8 milliards de dollars.

Les chercheurs ont également révélé comment le simple fait de commercialiser un médicament contre le cancer génère des rendements substantiels pour une entreprise, quel que soit son retour sur investissement.

Globalement, le retour sur investissement des médicaments anticancéreux lancés entre 1997 et 2015 se situe entre 435 et 551 %. Tout comme les coûts de R&D, cela cache d’énormes variations. À ce jour, un nombre important de médicaments anticancéreux ont un retour sur investissement négatif ou plat, allant jusqu’à moins 78 à 87 %.

Cependant, certains médicaments anticancéreux lancés entre la fin des années 1990 et le milieu des années 2000 ont généré des retours sur investissement astronomiques. Il s’agit notamment de l’Erlotinib, un médicament contre le cancer du pancréas et du poumon (2 794 %), du Trastuzumab, un médicament contre le cancer du sein (3 421 %), du Rituximab, un médicament contre le lymphome non hodgkinien (2 523 %), et du Bevacizumab (3 200 %), qui est utilisé pour le côlon, le poumon, le glioblastome et le cancers des cellules rénales.

Dans l’ensemble, l’étude représente l’une des analyses les plus détaillées des coûts et des retours sur investissement de la R&D biopharmaceutique sur le cancer qui, espèrent les auteurs, éclairera les futures politiques nationales et transnationales.

“Cette étude met en lumière des différences extraordinaires dans les coûts de R&D par médicament contre le cancer, ainsi que des retours sur investissement stupéfiants. Une chose qui est tout à fait claire est qu’il n’y a aucun lien entre les prix fixés pour les médicaments individuels et leurs coûts de R&D antérieurs, ou les retours ultérieurs. sur l’investissement », déclare le professeur Richard Sullivan, directeur de l’Institute of Cancer Policy et codirecteur du Center for Conflict & Health Research.

Publications similaires