Les personnes qui ont eu le COVID-19 devraient quand même se faire vacciner.  Voici pourquoi

Les personnes qui ont eu le COVID-19 devraient quand même se faire vacciner. Voici pourquoi

Accueil » Santé » Les personnes qui ont eu le COVID-19 devraient quand même se faire vacciner. Voici pourquoi
  • Les chercheurs disent que les personnes qui ont eu COVID-19 mais qui ne sont pas vaccinées sont plus susceptibles de développer à nouveau la maladie que celles qui ont été vaccinées.
  • Ils notent que les personnes qui ont développé COVID-19 l’année dernière n’avaient probablement pas la variante Delta.
  • Ils ajoutent qu’il est possible que les personnes qui ont eu le COVID-19 n’aient besoin que d’une seule dose de vaccin, bien que ce problème nécessite une étude plus approfondie.

Les personnes qui se sont remises de COVID-19 et qui s’appuient sur leur immunité post-maladie plutôt que d’opter pour un vaccin voudront peut-être en prendre note.

Un nouveau rapport des Centers for the Disease Control and Prevention (CDC) des États-Unis indique que ceux qui ne se font pas vacciner après la maladie sont près de deux fois et demie plus susceptibles de développer à nouveau COVID-19.

Les dernières recherches arrivent à la conclusion opposée à une étude pré-imprimée de la Cleveland Clinic publiée en juillet.

Bien que la nouvelle étude ne soit pas une nouvelle surprenante pour les experts en maladies infectieuses, ils disent que cette étude, basée dans le Kentucky, confirme ce qu’ils soupçonnaient être vrai.

“Tous les points étaient là, mais nous n’avions pas explicitement relié ces points”, a déclaré à Healthline le Dr Gregg Miller, médecin-chef chez Vituity et médecin urgentiste de première ligne au Swedish Edmonds Campus à Seattle.

Cette étude du CDC, a-t-il dit, fait exactement cela.

“Les preuves sont très claires”, a déclaré Miller. « Si vous avez eu COVID-19, vous devriez toujours vous faire vacciner. »

L’impact de l’étude

Les chercheurs ont déclaré que leur étude a révélé que chez les résidents du Kentucky qui avaient COVID-19 à la fin de 2020, ceux qui n’avaient pas été vaccinés étaient 2,34 fois plus susceptibles de contracter à nouveau le virus que ceux qui étaient complètement vaccinés.

Alors que le rapport soutient l’idée qu’une infection offre un certain coup de pouce immunologique pendant environ 90 jours, il indique un taux de maladie symptomatique plus élevé chez les non vaccinés.

En outre, a déclaré Miller, ces cas initiaux sont survenus avant que la variante Delta n’entre officiellement en scène aux États-Unis.

“C’est vraiment critique (information)”, a déclaré Alyson Cavanaugh, DPT, MPH, PhD, auteur de l’étude qui sert d’officier du service de renseignement épidémique du CDC.

“Les médecins et tous les prestataires de soins de santé sont interrogés à ce sujet tout le temps”, a déclaré Cavanaugh à Healthline. “Ils veulent – et ont maintenant – la science derrière cela.”

Les experts espèrent que les résultats persuaderont ceux qui ont eu la maladie de se faire vacciner.

“Le fait que cela ait été fait avant Delta rend cela encore plus convaincant”, a noté Miller. « Si vous aviez COVID-19 (fin 2020), il y a de fortes chances que vous ayez le Wuhan ou l’Alpha. Avec Delta, un virus plus puissant, nous devons tous prêter attention à ces informations. je pense que cela va aider [boost vaccine rates among the previously infected]. “

Ce que disent ceux qui ont eu COVID-19

Joan Parker du Tennessee a eu COVID-19 l’automne dernier.

Néanmoins, les conclusions du rapport du CDC ne changent pas ses plans pour se faire vacciner.

“J’ai décidé jusqu’à ce que mon travail l’exige ou que cela ait un impact direct sur les voyages (quelque part où j’aimerais aller), je ne reçois pas encore le vaccin”, a déclaré Parker à Healthline. « Ne jamais dire jamais. Pas tout de suite. »

Kris Fletcher de l’Indiana a déclaré à Healthline que le rapport avait du sens pour elle en tant que personne qui avait COVID-19 et a décidé de se faire vacciner par la suite.

« Avoir COVID-19 était horrible, et nous savons que cela aurait pu être bien pire pour nous (et notre fille) », a-t-elle déclaré. « À notre avis, avoir COVID-19 n’est pas une protection suffisante contre d’autres variantes. »

Fletcher a ajouté qu’elle et sa famille souhaitent atténuer les symptômes s’ils développent à nouveau la maladie.

Miller espère que ce rapport amènera plus de gens à prendre la même décision que Fletcher.

Un endroit où il pense que cela pourrait avoir une augmentation immédiate est au sein de la communauté des soins de santé.

De nombreux travailleurs de la santé, a-t-il dit, hésitaient à se faire vacciner après avoir eu COVID-19 pour ce qu’il considère comme des « raisons très raisonnables ». Maintenant, a-t-il dit, il espère que ces informations nouvellement recueillies “les aideront à les influencer” vers la vaccination.

« Maintenant, ils peuvent regarder cette étude et dire : « OK » », a-t-il déclaré.

En attente de plus d’informations

Parmi ceux qui résistent à l’appel à se faire vacciner, il y a Kylee Robinson de Virginie, qui avait COVID-19 mais retient toujours la vaccination.

Robinson veut plus d’informations, telles que les taux de mortalité et le niveau de maladie de ceux qui ont développé à nouveau la maladie, des problèmes que l’étude n’a pas abordés.

“Je serais plus intéressé de savoir quel est notre taux de mortalité avant que (ce rapport) n’affecte mon processus de réflexion”, a déclaré Robinson à Healthline.

Cavanaugh a déclaré que le CDC continuerait de surveiller les réinfections et de poursuivre ses recherches.

Mais pour l’instant, a-t-elle dit, cette étude montre clairement que la vaccination après la maladie diminue le risque de développer à nouveau la maladie.

Miller a déclaré que les personnes qui remettent en question tout danger pour le vaccin administré après avoir contracté la maladie peuvent dormir tranquilles.

Il a déclaré que dans les essais cliniques menant à l’approbation d’utilisation d’urgence, Moderna comptait plus de 500 personnes dans leurs études qui avaient précédemment développé COVID-19. Pfizer comptait plus de 1 000 de ces participants.

“Il n’y avait pas de différence dans les effets secondaires pour ceux qui avaient contracté COVID-19 avant (par rapport à ceux qui ne l’avaient pas)”, a-t-il déclaré.

Un coup suffit-il ?

Au fur et à mesure que l’on en apprend plus, Miller demande si les personnes qui ont eu COVID-19 pourraient ne pouvoir obtenir qu’une seule des séries à deux coups.

C’est une supposition, a-t-il dit, mais quelque chose qui devrait aussi être étudié.

Une chose est claire, a-t-il déclaré : ceux qui ne sont pas vaccinés après avoir contracté la maladie présentent un risque plus élevé.

Il espère que ce message passera.

Cavanaugh aussi.

“Le point important à retenir est simple”, a-t-elle déclaré. « Parmi ceux qui ont déjà eu COVID-19, la réinfection est près de deux fois et demie plus élevée lorsqu’elle n’est pas vaccinée. »

“En tant qu’épidémiologiste, c’est vraiment critique”, a-t-elle ajouté.

.

Publications similaires