Les perturbations des comportements alimentaires et de la fonction menstruelle peuvent compromettre la carrière des athlètes féminines

Les perturbations des comportements alimentaires et de la fonction menstruelle peuvent compromettre la carrière des athlètes féminines

Accueil » Nutrition » Healthy » Les perturbations des comportements alimentaires et de la fonction menstruelle peuvent compromettre la carrière des athlètes féminines

Une étude récente de la Faculté des sciences du sport et de la santé de l’Université de Jyväskylä (Finlande) montre que les perturbations des comportements alimentaires prédisaient une carrière sportive plus courte chez les femmes ayant une formation sportive de compétition dans les sports d’endurance.

Les femmes qui ont déclaré avoir manqué trois règles consécutives ou plus pour une raison autre que la grossesse ou l’utilisation de contraceptifs hormonaux au cours de leur carrière sportive étaient plus susceptibles de déclarer que des blessures avaient entravé leur carrière. Elles ont également mis fin à leur carrière sportive en raison de blessures plus souvent que les autres femmes.

Les athlètes passent beaucoup de temps à améliorer leurs performances. Cependant, les blessures liées au sport sont fréquentes chez les athlètes. Les blessures peuvent empêcher l’amélioration des performances ou même diminuer les performances. Dans certains cas, les blessures peuvent également contribuer à mettre fin à une carrière sportive.

Des études antérieures ont montré que les perturbations des habitudes alimentaires et de l’image corporelle peuvent également avoir une influence négative sur le développement athlétique. De plus, les athlètes féminines peuvent présenter un dysfonctionnement menstruel. Une étude en cours a cherché à savoir si les comportements alimentaires et le dysfonctionnement menstruel au cours d’une carrière sportive étaient liés à la durée d’une carrière sportive ou à des blessures.

“Nous avons trouvé une relation entre les perturbations des comportements alimentaires et une carrière sportive plus courte”, explique Suvi Ravi, l’auteur correspondant et titulaire d’un doctorat. Chercheur à la Faculté des sciences du sport et de la santé. “Cette découverte est intéressante et des recherches supplémentaires sont nécessaires pour explorer les mécanismes derrière cette relation.”

L’association observée entre l’absence de menstruation et les blessures soutient l’hypothèse précédente selon laquelle le dysfonctionnement menstruel peut être lié à une carrière sportive de manière néfaste.

La détection précoce des problèmes alimentaires est nécessaire

La présente étude a également révélé que le dysfonctionnement menstruel et le retard des règles étaient plus fréquents chez les athlètes que chez les non-athlètes, mais aucune différence n’a été trouvée dans les comportements alimentaires entre les groupes. Il a cependant été observé que les participants qui ont signalé des comportements alimentaires désordonnés à l’adolescence ou au début de l’âge adulte ont signalé plus souvent des troubles de l’alimentation également à l’âge adulte.

“Il est important de prêter attention au développement d’attitudes saines des adolescents envers l’alimentation”, explique Ravi. “De plus, les perturbations des comportements alimentaires doivent être intervenues le plus tôt possible pour prévenir la poursuite et la progression des symptômes.”

Les résultats de cette étude aident les athlètes et leurs entraîneurs à comprendre l’importance de comportements alimentaires sains et de la fonction menstruelle sur une carrière sportive ainsi que sur la vie après la carrière sportive.

“Les troubles de l’alimentation ainsi que d’autres troubles plus légers des comportements alimentaires sont toujours nocifs pour la santé”, explique Ravi. “Une absence de règles sans raison apparente peut être la conséquence d’une carence énergétique. Ces problèmes sont encore fréquents dans le sport et doivent être pris d’autant plus au sérieux. Santé et performance sont indissociables. A long terme, elles vont toujours de pair.”

L’étude, publiée dans BMJ Open : Médecine du sport et de l’exercice, a été menée sur 100 femmes ayant une formation en sports d’endurance qui ont été invitées à l’étude en fonction de leur succès dans le sport entre les années 1990 et 2005. De plus, 98 femmes d’âge similaire sans formation en sports de compétition ont participé à l’étude. Ils ont été choisis au hasard dans le registre de la population. Au moment de l’étude, les participants étaient âgés de 30 à 53 ans. Les données ont été recueillies à l’aide d’un questionnaire.

★★★★★

A lire également