Les souvenirs traumatiques sont représentés différemment des souvenirs tristes dans le cerveau des personnes atteintes du SSPT, selon une étude

Les souvenirs traumatiques sont représentés différemment des souvenirs tristes dans le cerveau des personnes atteintes du SSPT, selon une étude

Accueil » Parents » Étapes » Enfant » Les souvenirs traumatiques sont représentés différemment des souvenirs tristes dans le cerveau des personnes atteintes du SSPT, selon une étude

Une nouvelle analyse de l’activité cérébrale des personnes atteintes du trouble de stress post-traumatique (SSPT) est la première à révéler que les souvenirs traumatiques sont représentés dans le cerveau d’une manière totalement différente des tristes souvenirs autobiographiques.

Cette découverte conforte l’idée selon laquelle les souvenirs traumatiques dans le SSPT sont une entité cognitive alternative qui s’écarte de la mémoire régulière, et peut fournir une explication biologique de la raison pour laquelle le rappel de souvenirs traumatiques se manifeste souvent comme des intrusions qui diffèrent profondément des souvenirs négatifs « normaux » pour les patients atteints de SSPT.

L’étude, menée par des chercheurs de l’École de médecine Icahn du Mont Sinaï et de l’Université de Yale et publiée le 30 novembre dans Neurosciences naturellesa également été le premier à examiner les souvenirs personnels réels des personnes plutôt que de s’intéresser aux mécanismes cognitifs de base, afin de relier l’expérience personnelle aux fonctions cérébrales.

“Pour les personnes atteintes du SSPT, le rappel de souvenirs traumatiques se manifeste souvent comme des intrusions qui diffèrent profondément du traitement des souvenirs négatifs” normaux “, mais jusqu’à présent, les raisons neurobiologiques de cette différence qualitative ont été mal comprises”, a déclaré Daniela Schiller, Ph.D. , professeur de psychiatrie et de neurosciences à Icahn Mount Sinai et auteur principal de l’article.

“Nos données montrent que le cerveau ne traite pas les souvenirs traumatiques comme des souvenirs réguliers, ni peut-être même comme des souvenirs du tout. Nous avons observé que les régions du cerveau connues pour être impliquées dans la mémoire ne sont pas activées lors du rappel d’une expérience traumatique. Cette découverte fournit une cible neuronale. et concentre les objectifs de retour des souvenirs traumatiques dans un état cérébral semblable au traitement régulier de la mémoire.

Des recherches antérieures ont établi que la région du cerveau connue sous le nom d’hippocampe régit la formation et la récupération des souvenirs d’épisodes. Le SSPT est associé à des anomalies structurelles (principalement une réduction de volume) de l’hippocampe, et les déficiences des processus hippocampiques sont au cœur de la physiopathologie du SSPT.

Il a été démontré que le cortex cingulaire postérieur (PCC) est fortement impliqué à la fois dans la compréhension narrative et dans le traitement autobiographique et, en particulier, dans l’imagerie de la mémoire émotionnelle. Les altérations de la fonction et de la connectivité du PCC sont spécifiquement liées au SSPT.

Pour examiner si et comment l’hippocampe et le cortex cingulaire postérieur différencient les souvenirs autobiographiques traumatiques des souvenirs tristes, 28 participants diagnostiqués avec un SSPT ont subi une réactivation de la mémoire autobiographique grâce à une imagerie basée sur un script tout en subissant une imagerie par résonance magnétique fonctionnelle (IRMf).

Premièrement, pour générer des stimuli basés sur les souvenirs autobiographiques individuels des participants, les chercheurs ont utilisé une procédure de développement d’images. Les participants ont développé trois types de souvenirs autobiographiques : la condition « ESPT » : le souvenir traumatique associé à leur SSPT (par exemple, combat, agression sexuelle, violence domestique), la condition « triste » : une expérience triste, significative, mais non traumatisante. (par exemple, décès d’un membre de la famille ou d’un animal de compagnie), la condition « calme » : un événement positif et calme (par exemple, des activités de plein air mémorables).

Ces représentations très personnelles de la mémoire autobiographique ont ensuite été systématiquement organisées dans un clip audio d’environ 120 secondes, raconté par un membre de l’équipe de recherche. Notamment, le SSPT et les récits tristes ont été scénarisés pour maximiser leur similitude structurelle les uns avec les autres, afin de contrôler le contenu et l’excitation. Les participants ont écouté pour la première fois cette nouvelle interprétation de leurs propres souvenirs tout en subissant une imagerie par résonance magnétique fonctionnelle.

L’équipe a émis l’hypothèse que chez les participants atteints du SSPT, la similarité sémantique correspondrait à la similarité neuronale : si les souvenirs personnels de deux participants sont sémantiquement proches, leurs schémas de réponses neuronales lors de l’écoute d’enregistrements audio de ces souvenirs devraient également être similaires.

Si les souvenirs traumatiques et tristes ne sont que des cas différents de souvenirs autobiographiques, les chercheurs s’attendaient à observer une correspondance sémantique-neurale entre des paires de souvenirs traumatiques et des paires de souvenirs tristes. Cependant, si les souvenirs autobiographiques traumatiques s’écartent des souvenirs autobiographiques tristes plutôt que d’en être une version, alors ils observeraient la relation sémantique-neurale uniquement pour les souvenirs tristes, mais non traumatiques.

L’équipe de recherche a été intriguée de constater que les modèles de l’hippocampe montraient une différenciation dans la représentation sémantique selon le type narratif. Dans l’hippocampe, des scripts tristes sémantiquement similaires chez les participants ont suscité des représentations neuronales similaires en IRMf. À l’inverse, des souvenirs autobiographiques traumatiques thématiquement similaires n’ont pas suscité de représentations similaires.

Il est important de noter que les chercheurs ont également découvert une relation positive entre le contenu sémantique et les schémas neuronaux des récits traumatiques dans le PCC, une région cérébrale récemment conceptualisée comme un pont cognitif entre les événements du monde et la représentation de soi.

L’étude identifie une base neuronale des différentes expériences subjectives de rappel d’un souvenir traumatique par opposition à un souvenir régulier. Les données suggèrent qu’un objectif de traitement visant à « retourner » la représentation de la mémoire traumatique dans une représentation hippocampique typique pourrait être bénéfique.

★★★★★

A lire également