Cochrane Review Supports Cranberry for Preventing UTI Recurrence

L’examen Cochrane soutient la canneberge pour prévenir la récurrence des infections urinaires

Accueil » Nutrition » Compléments alimentaires » L’examen Cochrane soutient la canneberge pour prévenir la récurrence des infections urinaires
Le jus de canneberge et les suppléments de canneberge peuvent réduire considérablement les infections urinaires répétées chez les femmes, les enfants et les personnes à risque en raison de procédures médicales impliquant la vessie.

Selon des chercheurs écrivant dans la base de données Cochrane des revues systématiques, la méta-analyse est la plus complète à ce jour sur le sujet et constitue une mise à jour des revues précédentes publiées dans la revue.

Cette nouvelle survient près de trois ans après que la Food and Drug Administration des États-Unis a annoncé une allégation de santé qualifiée selon laquelle certains types de produits à base de canneberge peuvent réduire le risque d’infections urinaires récurrentes chez les femmes en bonne santé.

“Maintenant que nous avons inclus 50 études dans la revue, nous disposons désormais de preuves plus concluantes pour étayer l’efficacité des préparations de canneberge dans la réduction du risque d’infections urinaires symptomatiques chez les femmes souffrant d’infections urinaires récurrentes, les enfants et les personnes prédisposées aux infections urinaires. en raison d’une intervention telle que la radiothérapie », a déclaré Elisabeth Hodson, auteur correspondant de l’étude et néphrologue pédiatre consultante honoraire à l’hôpital pour enfants de Westmead à Sydney, en Australie.

Chaque année, plus de 400 millions de cas d’IU sont signalés dans le monde. Les produits à base de canneberge peuvent constituer un moyen de prévention rentable, ont conclu les auteurs.

Amy Howell, PhD, chercheuse qui a étudié la relation entre la consommation de canneberge et l’incidence des infections urinaires pendant 30 ans à l’Université Rutgers, a noté que la normalisation des produits pour les concentrations de proanthocyanines (PAC) a été essentielle dans le développement de produits à base de canneberge qui fonctionnent comme prévu.

“La méta-analyse souligne l’importance d’utiliser des produits de canneberge standardisés pour le contenu PAC”, a déclaré Howell. “Nous avons déterminé que les PAC dans les produits à base de jus sont les plus efficaces pour la prévention des infections urinaires et doivent être consommés quotidiennement.”

« Les PAC trouvés dans les canneberges aident à empêcher les bactéries d’adhérer à la paroi de la vessie. Cette adhérence des bactéries est ce qui cause les infections urinaires », a poursuivi Howell. “Parce que les bactéries sont incapables de ‘coller’ à la vessie, l’UTI ne progresse pas, éliminant le besoin ultime d’utiliser des antibiotiques car l’infection est prévenue.”

Hodson a déclaré que bien que le mécanisme d’action des PAC soit mal compris, on pense qu’ils agissent spécifiquement contre l’adhésion d’E. coli parmi d’autres souches de bactéries nocives. Il n’y a pas suffisamment d’informations sur les PAC pour suggérer à l’heure actuelle que ce mécanisme peut entraîner d’autres avantages pour la santé, a déclaré Hodson.

Dans les 50 études évaluées, qui impliquaient 8 857 personnes, il n’y avait aucune différence significative quant à savoir si les canneberges étaient prises sous forme de jus, de comprimés ou de gélules.

Sur les 50 études, 45 études comparaient des produits à base de canneberge à un placebo ou à aucun traitement spécifique. Vingt-six des 45 études ont pu être analysées pour les résultats liés aux infections urinaires symptomatiques vérifiées par culture.

Les résultats impliquant un pool total de 6 211 participants ont fourni des preuves modérément certaines que les produits à base de canneberge réduisaient le risque d’infection urinaire chez les femmes, les enfants et les personnes ayant subi des interventions les laissant vulnérables aux infections urinaires.

Selon les auteurs, il n’était pas clair, sur la base des preuves, s’il y avait des différences dans les résultats de la supplémentation en canneberge par rapport aux antibiotiques ou aux probiotiques dans les études comparatives. De plus, il n’était pas clair, sur la base des preuves, si des doses élevées ou faibles de PAC, ou si la prise d’un jus par rapport à un comprimé/capsule, faisait une différence d’efficacité.

Cependant, les résultats suggèrent que l’observance est plus facile pour les consommateurs lorsqu’ils prennent des comprimés de canneberge, par opposition à la consommation de grandes quantités de jus. “Il n’y avait qu’une seule petite étude comparant 100 femmes atteintes d’infections urinaires récurrentes qui comparaient directement les comprimés avec du jus et n’ont trouvé aucune différence d’efficacité”, a déclaré Hodson.

Au fur et à mesure que de plus en plus d’études quantifient le contenu des PAC, il est prudent de prévoir que les recommandations sur le dosage deviendront plus spécifiques, a déclaré Hodson à Nutraceuticals World.

“Il n’y a pas de normes formelles pour le contenu PAC en Australie et je ne suis pas au courant des normes dans d’autres pays”, a déclaré Hodson. Elle a fait référence à une étude de 2021, publiée dans BMC Urology, qui a évalué deux préparations de contenu PAC connu, qui ont entraîné des réductions de 20 % de l’incidence des infections urinaires chez les femmes souffrant d’infections urinaires récurrentes.

“Leur [Babar, et al.] L’introduction traite des faibles données actuellement disponibles sur la normalisation des produits à base de canneberge. Je pense que des études antérieures, en particulier utilisant du jus de canneberge, n’avaient aucune normalisation du dosage et utilisaient simplement des produits de canneberge disponibles, et ces études peuvent ou non avoir utilisé suffisamment de PAC. De plus, l’adhésion des patients aux produits, en particulier le jus de canneberge, aurait compromis l’efficacité », a déclaré Hodson.

Plusieurs nouveaux outils d’analyse révolutionnaires se généralisent aujourd’hui sur le marché de la canneberge, répondant aux appels à une meilleure standardisation des produits, a noté Jean Leclerc, directeur des ventes et du développement commercial chez Fruit d’Or, un fournisseur d’ingrédients de canneberge connu pour son ingrédient signature CranNaturelle.

Fruit d’Or a travaillé avec la société de test tierce Complete Phytochemcial Solutions pour généraliser le test Maldi-TOF en tant que méthode de test d’identité et d’authenticité la plus adaptée pour quantifier la teneur totale en PAC et identifier les adultérants courants qui ne peut pas être détecté par d’autres méthodologies.

Il y a quelques années, une étude évaluant plusieurs méthodologies différentes les unes par rapport aux autres a révélé que différents principes de mesure des PAC produisaient des résultats incohérents et que de nombreux produits échouaient aux tests d’anti-adhérence en partie à cause de tests d’identification défectueux. Par exemple, la méthodologie de Bate Smith a révélé qu’un produit à base de canneberge contenait cinq fois plus de PAC que lorsqu’il était testé à l’aide d’une méthode appelée DMAC.

La peau d’arachide et l’extrait de pépins de raisin, tous deux riches en PAC, ne peuvent être identifiés comme adultérants que par Maldi-TOF. Bien qu’ils soient capables de détecter des méthodes inférieures, les tests Maldi-TOF montrent des différences claires en fournissant une empreinte spectrale de masse complète et pas seulement une quantification des PAC totaux, selon Christian Krueger, PDG de Complete Phytochemical Solutions. “De nombreuses entreprises l’ont adopté comme outil d’analyse préféré et cela devient une exigence spécifique imposée par de nombreux fabricants.”

En 2019, Complete Phytochemical Solutions a introduit la première méthode de test (la méthode butanol-acide chlorhydrique) qui pourrait quantifier les PAC insolubles trouvés dans une canneberge, qui sont situés dans les fibres. Auparavant, les recherches menées sur les canneberges se concentraient sur une plus petite famille de PAC trouvés dans le jus d’une canneberge. Cette nouvelle méthodologie de test ouvre la voie à l’étude des propriétés bénéfiques pour la santé de la famille des PAC qui ont été largement ignorées.

“Nous avons porté les problèmes d’adultération à l’attention d’un groupe de travail international de l’AOAC et, au fil des années, nous en sommes sortis avec deux principales méthodes de test adaptées : la méthode DMAC. [a colorimetric method to determine total soluble PACs content]et la méthode Maldi-TOF, qui décompose les choses en proanthocyanines individuelles », a déclaré Krueger.

Fruit d’Or a cherché à élever la barre des tests de canneberge à l’échelle du marché en promouvant les dernières méthodes de test en tant que contributeur au programme de prévention des adultérants botaniques, a déclaré Stephen Lukawski, PDG de RSSI (Research Science Specialty Ingredients) et consultant commercial principal et partenaire de Fruit d’Or. “L’adultération est bel et bien vivante et même si vous ne pouvez pas arrêter tous les mauvais acteurs, vous pouvez relever la barre, mais il est important de se rappeler qu’ils seront toujours là.”

Lukawski a noté que Fruit d’Or apporte à la table “une opération intégrée verticalement avec un contrôle complet de la qualité et de la traçabilité du début à la fin”.

Des techniques analytiques avancées peuvent aller jusqu’à déterminer si un lot de poudre de canneberge a été produit à partir de la même source de matière première qu’un autre, selon Leclerc. « L’intégration verticale, combinée à ces nouvelles méthodologies de test, signifie beaucoup pour la normalisation. La matière première provenant d’une source stable se traduit par un profil standard de PAC et d’empreintes chimiques d’un lot à l’autre… Si la matière première d’un lot à l’autre n’est pas la même, c’est un peu un problème pour les concurrents qui prétendent que leur produit fonctionnera toujours de la même manière.

“Nous sommes un laboratoire d’analyse tiers”, a déclaré Krueger, “et il est vraiment important d’être vérifié par une entité à distance de bras pour soutenir l’identité, la qualité, la normalisation et l’efficacité d’un produit. Ces ingrédients finissent par sortir d’une chaîne d’approvisionnement intégrée verticalement lorsqu’ils atteignent un client, mais nous connaissons très bien les éléments de ligne des offres de Fruit d’Or et d’autres partenaires et savons comment exécuter les analyses pour ces produits spécifiques. C’est le seul moyen d’assurer la continuité lorsqu’un produit est retiré de l’intégration verticale.

À ce jour, la posologie minimale standard de l’industrie de 36 mg de PAC est étayée par des recherches spécifiques aux PAC solubles uniquement, avec une pertinence uniquement pour les résultats liés aux infections urinaires.

“La plupart des entreprises produisaient auparavant des poudres uniquement à base de jus, de sorte que les normes de CAP solubles étaient faciles à développer”, a déclaré Leclerc. «Lorsque nous produisons de la poudre de canneberge entière, 70% de ces PAC sont insolubles et séparés de la peau de la baie, et lorsque vous travaillez uniquement avec du jus, vous manquez tous ces composés uniques à la canneberge. Il reste encore du travail à faire pour déterminer les meilleurs dosages pour les PAC insolubles ou pour d’autres problèmes de santé.

La normalisation peut signifier différentes choses pour différentes personnes, a noté Krueger. « Ce qui est essentiel, c’est que les matériaux utilisés dans les produits soient fabriqués de manière cohérente afin de rester efficaces. Les PAC sont un parapluie couvrant plusieurs composés, et il y a jusqu’à 30 degrés de polymérisation. Entre autres choses, les longueurs de polymère ont un impact sur la biodisponibilité, et les PAC insolubles ont un rôle distinct dans le revêtement des parois cellulaires, de sorte que les concentrations relatives de chaque PAC sont attribuables aux résultats. Cela s’ajoute au fait que les tests de concentrations relatives de PAC aident à confirmer l’identité d’un ingrédient.

La capacité de tester aujourd’hui les PAC insolubles et solubles aidera à faire des découvertes dans des domaines émergents au-delà du rôle de la canneberge dans les infections urinaires, ont noté les experts.

On pense que l’activité anti-adhésion présente dans le large spectre des PAC a un potentiel similaire dans d’autres muqueuses, où elle peut empêcher l’adhésion d’autres bactéries nocives en plus d’E. coli dans la bouche, la peau et le tube digestif. Une étude révolutionnaire menée en Chine, par exemple, a révélé que la consommation de jus de canneberge était liée à une réduction significative de l’infection à H. pylori.

“Il peut y avoir des avantages potentiels en matière d’hygiène bucco-dentaire, comme la réduction de la formation de biofilms sur les dents, les gencives et la langue, où les bactéries colonisent”, a noté Lukawski. « Ainsi, la canneberge n’a pas d’activité antimicrobienne, mais pourrait être capable d’éliminer ce biofilm auquel les bactéries nocives s’accrochent. Des travaux sont également menés dans le domaine de la santé cardiovasculaire. Mais il reste encore beaucoup à faire dans chacun de ces domaines. La reconnaissance par la FDA des PAC insolubles en exigeant la poudre de fruits entiers et en excluant la poudre de jus dans les suppléments pour porter des allégations de santé, et les nouvelles méthodes de test pour quantifier les PAC insolubles, ouvrent toutes la fenêtre aujourd’hui pour étudier d’autres avantages pour la santé pour la première fois.

Les chercheurs commencent tout juste à comprendre comment les interactions entre les bactéries et la muqueuse peuvent avoir des implications dans d’autres maladies que les infections urinaires, telles que les ulcères d’estomac, a noté Leclerc. “Au cours des prochaines années, il est probable qu’il y ait plus de découvertes liées au rôle de la canneberge dans l’écologie générale du tractus gastro-intestinal, et plus de réponses sur les différences entre les PAC solubles et insolubles pour la santé humaine.”

Les PAC insolubles, comme tout autre phytochimique, sont des structures complexes et interagissent avec le corps de manière complexe. “Nous ne les comprenons vraiment pas très bien, en particulier dans le domaine du microbiote intestinal”, a ajouté Leclerc.

En ce qui concerne les futures innovations en matière de tests, la prochaine étape consistera à développer des essais biologiques afin de déterminer l’efficacité d’un produit de canneberge donné, à savoir comment l’activité d’un extrait interagit avec une structure corporelle, a déclaré Krueger. “Cela répondra vraiment au besoin de démontrer que les produits seront constamment productifs d’un lot à l’autre.”

Publications similaires