L'exercice physique prévient les lésions nerveuses pendant la chimiothérapie, selon un scientifique du sport

L'exercice physique prévient les lésions nerveuses pendant la chimiothérapie, selon un scientifique du sport

Accueil » Nutrition » Healthy » L'exercice physique prévient les lésions nerveuses pendant la chimiothérapie, selon un scientifique du sport

Les traitements contre le cancer provoquent souvent des lésions nerveuses qui peuvent entraîner des symptômes durables. Dans ces cas, les médicaments se sont révélés inefficaces. Un scientifique du sport de l'Université de Bâle et une équipe interdisciplinaire allemande ont montré que de simples exercices peuvent prévenir les lésions nerveuses.

Les traitements contre le cancer se sont améliorés au fil des ans. La survie n'est plus la seule préoccupation : la qualité de vie après la guérison prend de plus en plus d'importance.

Malheureusement, de nombreux médicaments contre le cancer, de la chimiothérapie aux immunothérapies modernes, attaquent les nerfs ainsi que les cellules tumorales. Certains traitements, comme l'oxaliplatine ou les alcaloïdes de la pervenche, laissent 70 à 90 % des patients se plaindre de douleurs, de problèmes d'équilibre ou de sensations d'engourdissement, de brûlure ou de picotement.

Ces symptômes peuvent être très invalidants. Ils peuvent disparaître après un traitement contre le cancer, mais dans environ 50 % des cas, ils deviennent chroniques. Les spécialistes parlent de neuropathie périphérique induite par la chimiothérapie, ou CIPN en abrégé.

Une équipe de recherche dirigée par la scientifique sportive Dr Fiona Streckmann de l'Université de Bâle et de l'Université allemande du sport de Cologne a montré que des exercices spécifiques, associés à un traitement contre le cancer, peuvent prévenir les lésions nerveuses dans de nombreux cas. Les chercheurs ont publié leurs résultats dans la revue JAMA Médecine interne.

Exercice parallèlement à la chimiothérapie

L'étude a porté sur 158 patients atteints de cancer, hommes et femmes, qui recevaient un traitement à base d'oxaliplatine ou de vinca-alcaloïdes. Les chercheurs ont réparti les patients au hasard en trois groupes.

Le premier groupe était un groupe témoin, dont les membres recevaient des soins standards. Les deux autres groupes effectuaient des séances d’exercices deux fois par semaine pendant toute la durée de leur chimiothérapie, chaque séance durant entre 15 et 30 minutes. L’un de ces groupes effectuait des exercices principalement axés sur l’équilibre sur une surface de plus en plus instable. L’autre groupe s’entraînait sur une plaque vibrante.

Des examens réguliers effectués au cours des cinq années suivantes ont montré que dans le groupe témoin, environ deux fois plus de participants ont développé une CIPN que dans les deux groupes d'exercices. En d'autres termes, les exercices entrepris en parallèle de la chimiothérapie ont pu réduire l'incidence des lésions nerveuses de 50 à 70 %.

De plus, ils ont amélioré la qualité de vie perçue subjectivement par les patients, ont rendu moins nécessaire la réduction de leur dose de médicaments contre le cancer et ont réduit la mortalité dans les cinq années suivant la chimiothérapie.

Les participants recevant des vinca-alcaloïdes et effectuant un entraînement sensorimoteur ont obtenu le plus grand bénéfice.

L'exercice physique prévient les lésions nerveuses pendant la chimiothérapie

Médicaments inefficaces

Au fil des ans, des sommes importantes ont été investies pour réduire l'incidence de la CIPN, explique le Dr Streckmann. « Cet effet secondaire a une influence directe sur le traitement clinique : par exemple, les patients peuvent ne pas recevoir le nombre de cycles de chimiothérapie prévu dont ils ont réellement besoin, le dosage des agents neurotoxiques de la chimiothérapie peut devoir être réduit ou le traitement peut devoir être interrompu. »

Malgré les investissements réalisés, il n'existe pas encore de traitement pharmacologique efficace : plusieurs études ont montré que les médicaments ne peuvent ni prévenir ni inverser ces lésions nerveuses. Pourtant, selon les dernières estimations, 17 000 dollars par patient sont dépensés chaque année aux États-Unis pour traiter les lésions nerveuses liées à la chimiothérapie. L'hypothèse de Streckmann est que « les médecins prescrivent malgré tout des médicaments, car le niveau de souffrance des patients est très élevé ».

Une étude en cours dans les hôpitaux pour enfants

En revanche, souligne la scientifique du sport, l'effet positif de l'exercice physique est prouvé et ce traitement est très bon marché en comparaison. Actuellement, elle et son équipe travaillent sur des lignes directrices pour les hôpitaux, afin qu'ils puissent intégrer les exercices dans la pratique clinique en tant que thérapie de soutien. En outre, depuis 2023, une étude est en cours dans six hôpitaux pour enfants en Allemagne et en Suisse (PrepAIR), qui vise à prévenir les dysfonctionnements sensoriels et moteurs chez les enfants recevant une chimiothérapie neurotoxique.

« Le potentiel de l’activité physique est largement sous-estimé », déclare Streckmann. Elle espère vivement que les résultats de l’étude récemment publiée inciteront davantage de thérapeutes du sport à s’engager dans les hôpitaux afin de mieux exploiter ce potentiel.

Publications similaires