L'exposition aux stimulants in utero n'est pas liée à des problèmes de développement neurologique ultérieurs

L’exposition aux stimulants in utero n’est pas liée à des problèmes de développement neurologique ultérieurs

Accueil » Psychologie » Troubles mentaux » Enfant » L’exposition aux stimulants in utero n’est pas liée à des problèmes de développement neurologique ultérieurs

L’exposition aux amphétamines/dextroamphétamines et au méthylphénidate in utero ne semble pas augmenter le risque de troubles du développement neurologique chez l’enfant, selon une étude publiée en ligne le 24 janvier dans JAMA Psychiatrie.

Elizabeth A. Suarez, Ph.D., MPH, du Brigham and Women’s Hospital de Boston, et ses collègues ont évalué l’association entre les troubles du développement neurologique chez l’enfant et l’exposition in utero à des médicaments stimulants pour le trouble déficitaire de l’attention/hyperactivité (TDAH). L’analyse comprenait des données sur l’utilisation des soins de santé provenant de personnes enceintes assurées publiquement (données Medicaid de 2000 à 2018) et assurées commercialement (données de la base de données sur les réclamations commerciales MarketScan de 2003 à 2020) âgées de 12 à 55 ans.

Les chercheurs ont découvert qu’après ajustement pour tenir compte des facteurs de confusion mesurés, l’exposition aux amphétamines/dextroamphétamines n’était associée à aucun résultat (trouble du spectre autistique : rapport de risque [HR]0,80 [95% confidence interval (CI), 0.56 to 1.14]; TDAH : RH, 1,07 [95% CI, 0.89 to 1.28]; tout trouble neurodéveloppemental : HR, 0,91 [95% CI, 0.81 to 1.28]). Une association a été observée entre l’exposition au méthylphénidate et un risque accru de TDAH (HR, 1,43 ; IC à 95 %, 1,12 à 1,82), mais pas d’autres critères de jugement après ajustement (troubles du spectre autistique : HR, 1,06). [95% CI, 0.62 to 1.81]; tout trouble neurodéveloppemental : HR, 1,15 [95% CI, 0.97 to 1.36]). Avec un contrôle plus strict de la confusion par le TDAH maternel, l’association entre le méthylphénidate et le TDAH n’a pas persisté.

“Compte tenu de l’augmentation récente de l’utilisation de médicaments stimulants pour le TDAH chez les adultes et pendant la grossesse, ces résultats sont rassurants pour les patientes qui dépendent de ces médicaments tout au long de la grossesse pour contrôler les symptômes débilitants du TDAH qui interfèrent avec le fonctionnement quotidien”, écrivent les auteurs.

★★★★★

A lire également