L'interdiction des CFC nous a aidés à éviter une catastrophe climatique encore pire

L’interdiction des CFC nous a aidés à éviter une catastrophe climatique encore pire

Accueil » Santé » L’interdiction des CFC nous a aidés à éviter une catastrophe climatique encore pire

Une interdiction internationale des produits chimiques appauvrissant la couche d’ozone a préservé la couche d’ozone et empêché une augmentation significative du réchauffement climatique.

Une interdiction mondiale de 1987 sur les produits chimiques appauvrissant la couche d’ozone connus sous le nom de chlorofluorocarbures (CFC) a évité une augmentation dangereuse du niveau de rayonnement ultraviolet (UV) atteignant la surface de la Terre.

Sans cet accord environnemental multilatéral, les populations du monde entier auraient été confrontées à un risque plus élevé de cancer de la peau et d’autres cancers, de lésions oculaires et d’éventuels problèmes de système immunitaire dus à un excès de rayons UV.

Mais une nouvelle étude de modélisation menée par des chercheurs britanniques suggère que le protocole de Montréal sur les substances qui appauvrissent la couche d’ozone a également empêché une augmentation de 2,5 °C du réchauffement climatique d’ici la fin du siècle.

« En plus de protéger la couche d’ozone, le Protocole de Montréal a lui-même été un traité climatique d’un succès phénoménal », a écrit l’auteur de l’étude Paul Young, PhD, de l’Université de Lancaster au Royaume-Uni, dans un article récent sur la recherche sur The Conversation.

“Il a contrôlé non seulement les émissions de gaz à effet de serre très puissants comme les CFC mais, comme nous l’avons montré, il a évité des niveaux supplémentaires de CO₂ en protégeant la vie végétale du monde”, a déclaré Young dans l’article.

La modélisation montre un scénario « monde évité » avec l’interdiction des CFC

Dans une étude publiée dans Nature, Young et ses collègues ont développé un nouveau cadre de modélisation qui combine des données sur l’appauvrissement de la couche d’ozone, les dommages aux plantes dus à l’augmentation du rayonnement UV, le cycle du carbone et le changement climatique.

Ils ont examiné trois scénarios.

Le premier est notre situation actuelle, avec l’élimination progressive des CFC en vertu du Protocole de Montréal. Ensuite, ce qui se serait passé si les CFC dans l’atmosphère étaient restés aux niveaux de 1960.

Enfin, le « monde évité », qui montre à quoi aurait ressemblé l’avenir si les CFC avaient continué d’augmenter de 3 % chaque année à partir des années 1970.

Dans le dernier scénario, une augmentation continue des CFC atmosphériques aurait entraîné des dommages continus à la couche d’ozone.

Cette partie de l’atmosphère protège les humains et les autres formes de vie sur Terre des niveaux nocifs de rayonnement ultraviolet du soleil.

Les chercheurs prédisent que dans le scénario du « monde évité », la couche d’ozone se serait effondrée d’ici les années 2040, exposant la surface de la planète à beaucoup plus de rayonnement UV.

Les rayons UV sont nocifs non seulement pour les personnes mais aussi pour les plantes. L’augmentation du rayonnement UV aurait causé d’importants dommages aux tissus des plantes et limité leur croissance.

Les plantes ont de nombreux rôles importants. L’un d’eux est le stockage du carbone dans leurs tissus et leurs sols.

Le modèle des chercheurs montre que si les CFC avaient continué d’augmenter, les dommages causés aux plantes par les UV auraient entraîné le stockage de centaines de milliards de tonnes de carbone en moins dans les forêts, la végétation et les sols d’ici la fin du siècle.

En conséquence, le niveau de CO₂ dans l’atmosphère aurait augmenté de 40 à 50 pour cent par rapport au niveau actuel, provoquant un réchauffement climatique supplémentaire de 0,8 °C.

Les CFC sont également de puissants gaz à effet de serre. L’accumulation de ces gaz dans le scénario « monde évité » aurait ajouté 1,7°C de réchauffement climatique supplémentaire d’ici la fin du siècle.

Cela s’ajoute à l’augmentation due aux autres gaz à effet de serre et à la combustion continue de combustibles fossiles.

Appliquer les leçons du Protocole de Montréal au changement climatique

Edward Parson, PhD, expert en droit de l’environnement et professeur à la faculté de droit de l’UCLA, a déclaré que cette nouvelle étude relie le changement climatique et l’appauvrissement de la couche d’ozone d’une “manière impressionnante et techniquement sophistiquée”.

“Ils ont trouvé un autre moyen par lequel le Protocole de Montréal et l’élimination – ou la quasi-élimination – des produits chimiques appauvrissant la couche d’ozone ont fait un énorme bien pour le bien-être humain et l’environnement”, a-t-il déclaré.

Parson est l’auteur de “Protecting the Ozone Layer: Science and Strategy”, un compte-rendu de la coopération internationale qui a conduit au Protocole de Montréal, publié en 2003.

Cependant, il est « un peu sceptique » quant à la façon dont les auteurs de l’article ont encadré leur modélisation.

Le « monde évité » est essentiellement le pire des cas — ce qui se serait passé si la communauté internationale n’avait rien fait pour lutter contre les CFC.

Cela suppose que les pays n’auraient pas intensifié leur action d’une autre manière.

« S’il n’y avait pas eu de protocole de Montréal, il y aurait peut-être eu tôt ou tard d’autres contrôles sur les produits chimiques appauvrissant la couche d’ozone », a déclaré Parson, « parce que [at the time] les méfaits étaient clairs, et il y avait déjà beaucoup d’élan vers la résolution du problème.

Pourtant, il dit que le succès du Protocole de Montréal est une « histoire remarquable », une histoire qui, selon lui, a des leçons à nous apprendre sur la façon de lutter contre le changement climatique.

Tout le monde n’est pas d’accord.

Dans le message de Young sur The Conversation, il a averti que le problème abordé par le Protocole de Montréal était moins lourd que celui des gaz à effet de serre et du changement climatique.

“[W]vec une poignée d’entreprises produisant des CFC et des produits chimiques alternatifs facilement disponibles, le problème de l’ozone était bien plus simple que la réduction des émissions des combustibles fossiles », a-t-il écrit.

Les combustibles fossiles, en revanche, sont étroitement liés à presque tous les aspects de l’économie mondiale et de nos vies. Il est difficile d’imaginer un monde sans eux.

Parson, cependant, souligne une leçon particulière du Protocole de Montréal – des réglementations sur les CFC ont été mises en place avant même que des technologies alternatives à ces produits chimiques ne soient largement disponibles.

La menace imminente de ces réglementations a stimulé un afflux extraordinaire d’activités innovantes, a-t-il déclaré, tant de la part des producteurs de CFC que des industries qui utilisaient ces produits chimiques.

« Il existe de réelles possibilités de déployer certaines de ces connaissances pour le contrôle des gaz à effet de serre », a déclaré Parson. “Mais [climate change] est un problème plus important et plus difficile, et personne n’a encore proposé une sorte de plan concret sur la façon dont cela fonctionnerait. »

.

Publications similaires