L'ordre dans lequel vous contractez les maladies pourrait affecter votre espérance de vie, selon une nouvelle étude

L’ordre dans lequel vous contractez les maladies pourrait affecter votre espérance de vie, selon une nouvelle étude

Accueil » Parents » Étapes » Enfant » L’ordre dans lequel vous contractez les maladies pourrait affecter votre espérance de vie, selon une nouvelle étude

Au Royaume-Uni, plus de 25 % des adultes souffrent de deux ou plusieurs problèmes de santé de longue durée. Ce chiffre s’élève à 65 % pour les personnes de plus de 65 ans et à près de 82 % pour celles de 85 ans ou plus.

Notre étude, maintenant publiée dans La santé publique du Lancet, a évalué comment un certain nombre de problèmes de santé à long terme (psychose, diabète et insuffisance cardiaque congestive) se développent au fil du temps et quel effet cela peut avoir sur l’espérance de vie. Nous avons choisi ces conditions parce que, ensemble, elles peuvent conduire à des réductions substantielles de la durée de vie d’une personne.

Nous avons analysé l’évolution de ces pathologies sur une période de 20 ans chez plus de 1,6 million d’adultes âgés de 25 ans et plus. Nous avons utilisé les données conservées dans la banque de données SAIL, qui fournit un accès sécurisé aux dossiers médicaux et administratifs anonymes régulièrement collectés pour la population du Pays de Galles.

Nous avons également travaillé avec des patients et du public de tout le Royaume-Uni pour comprendre leur expérience de vie avec plusieurs maladies à long terme.

À l’aide de modèles statistiques, nous avons examiné l’ordre et le moment de l’apparition de la psychose, du diabète et de l’insuffisance cardiaque congestive chez des patients du même âge, du même sexe et du même niveau de privation, ainsi que l’impact associé sur leur espérance de vie.

L’impact de l’ordre des maladies

Nous avons constaté que l’ordre dans lequel les personnes développaient ces maladies avait un impact important sur leur espérance de vie. Les personnes qui ont développé du diabète, une psychose et une insuffisance cardiaque congestive, dans cet ordre, ont connu la plus grande perte d’espérance de vie (environ 13 ans en moyenne).

Les personnes ayant développé les mêmes conditions dans un ordre différent ont été moins touchées. Ainsi, par exemple, un homme de 50 ans vivant dans une zone de défavorisation moyenne pourrait connaître une différence d’espérance de vie de plus de 10 ans, selon l’ordre dans lequel il a développé les trois maladies.

Nos recherches ont également révélé que les personnes qui ont d’abord développé un diabète, puis une psychose et enfin une insuffisance cardiaque congestive présentaient un risque plus élevé de développer un autre problème de santé à long terme ou de mourir dans les cinq ans suivant leur dernier diagnostic.

Cependant, l’apparition d’autres pathologies ne limite pas toujours la vie. Par exemple, les personnes diagnostiquées avec une psychose et un diabète – dans n’importe quel ordre – avaient une espérance de vie plus élevée que celles diagnostiquées avec une psychose seule. Bien que cette découverte soit surprenante, nous nous attendons à ce que les personnes atteintes de diabète aient des contacts plus réguliers avec des professionnels de la santé, par exemple dans des cliniques pour diabétiques, ce qui pourrait améliorer leur état de santé général.

Notre étude a également révélé que l’insuffisance cardiaque congestive, seule et en combinaison avec la psychose (dans n’importe quel ordre), avait un effet similaire sur l’espérance de vie à la combinaison du « pire cas » de diabète, de psychose et d’insuffisance cardiaque congestive (dans cet ordre). .

Il s’agit de la première étude à examiner comment l’ordre de développement de plusieurs affections à long terme affecte l’espérance de vie d’une personne. Cette recherche pourrait être utilisée pour informer les patients, les prestataires de soins de santé et les décideurs sur l’identification appropriée des maladies et la gestion des soins aux patients. En retour, cela pourrait conduire à de meilleurs résultats pour les patients et le NHS.

Nos recherches contribuent également à soutenir la prestation des soins de santé en examinant les facteurs susceptibles d’augmenter le risque de développer une maladie, ainsi qu’en identifiant les opportunités potentielles de dépistage de la maladie et d’intervention plus précoce.

Appliquer nos recherches

Des recherches futures pourraient évaluer l’impact des programmes et des interventions de dépistage pour retarder le développement d’autres affections à long terme et prolonger la vie.

Cependant, il est important de noter que nos recherches ont utilisé des informations provenant de dossiers de santé régulièrement collectés, qui ne sont pas toujours exacts : certains diagnostics peuvent être manquants ou retardés. De plus, les diagnostics ne sont pas toujours décrits avec précision. Ce sont tous des facteurs importants pour pouvoir estimer avec précision l’impact de plusieurs conditions à long terme sur l’espérance de vie.

D’autres recherches financées par Health Data Research UK, l’institut national pour la science des données sur la santé, visent à harmoniser la manière dont ces données sont collectées et rapportées. Au fil du temps, cela améliorera la qualité des informations obtenues à partir des dossiers de santé régulièrement collectés à des fins de recherche.

Bien que notre étude ait examiné le développement d’un groupe de multiples pathologies à long terme, cette approche pourrait être reproduite pour toute autre combinaison de pathologies, y compris le développement de pathologies à long terme suite à une infection par la COVID-19 (connue sous le nom de COVID longue), et l’impact que cela a sur la qualité de vie.

Les personnes vivant avec plusieurs maladies de longue durée connaissent souvent un recours accru aux services de soins de santé et aux médicaments, ainsi que de plus grandes difficultés dans les tâches quotidiennes. Cela entraîne une qualité de vie réduite ainsi qu’une espérance de vie réduite.

Nos recherches ont montré que la combinaison de maladies à long terme et l’ordre dans lequel vous les développez peuvent avoir un impact substantiel sur votre espérance de vie. Cependant, cette relation peut être complexe et le développement d’autres maladies ne réduit pas toujours l’espérance de vie.

★★★★★

A lire également