Peu d'enfants, en particulier ceux bénéficiant d'un filet de sécurité, font contrôler leur vision lors des examens.

Peu d’enfants, en particulier ceux bénéficiant d’un filet de sécurité, font contrôler leur vision lors des examens.

Accueil » Parents » Étapes » Enfant » Peu d’enfants, en particulier ceux bénéficiant d’un filet de sécurité, font contrôler leur vision lors des examens.

Selon une nouvelle étude, moins d’un tiers des enfants ont fait contrôler leur vision au cours de l’année écoulée dans leur clinique de soins primaires habituelle.

Les taux de dépistage de la vue chez les enfants varient considérablement selon le statut d’assurance, montre l’étude, les taux les plus bas étant enregistrés parmi les enfants non assurés (18 %) et ceux bénéficiant d’une assurance publique « filet de sécurité » pour les personnes à faibles revenus (28 %).

Mais même les enfants bénéficiant d’une assurance privée, par exemple issue du travail d’un parent, n’ont eu que des taux de dépistage légèrement plus élevés, à 34 % au cours de l’année écoulée, selon l’étude de JAMA Ophtalmologie par une équipe de l’Université du Michigan et de l’Université Duke.

Les taux de dépistage sont les plus élevés, mais restent faibles, chez les enfants âgés de 3 à 5 ans, selon l’étude. Ils font partie du groupe d’âge couvert par une ligne directrice nationale universelle en matière de dépistage de la vision, en raison de l’importance de détecter précocement l’amblyopie, ou « œil paresseux », et de la traiter.

Mais même chez les enfants de ce groupe d’âge bénéficiant d’une assurance privée, un peu plus de 41 % ont subi un examen de la vue dans leur clinique de soins primaires habituelle ou chez leur pédiatre au cours de la dernière année, selon l’étude. Cela se compare à environ 35 % de ceux qui bénéficient d’une assurance publique et à 30 % de ceux qui n’en ont pas.

Chez les enfants d’âge primaire, les taux de dépistage étaient inférieurs de cinq points de pourcentage à ceux des enfants d’âge préscolaire dans l’ensemble du conseil. Et seulement 25 % des enfants d’âge moyen et secondaire assurés par le secteur privé, ainsi que 20 % de ceux assurés publiquement et 17 % de leurs pairs non assurés, ont récemment fait vérifier leur vision par leur clinique de santé habituelle.

L’étude a examiné les données d’enquêtes représentatives à l’échelle nationale auprès des parents menées par l’Enquête nationale sur la santé des enfants de 2018 à 2020.

Il a été demandé aux parents si leurs enfants avaient fait vérifier leur capacité à voir des lettres, des images ou des formes sur un tableau oculaire standard au cours de l’année écoulée dans le cabinet de leur pédiatre ou chez leur médecin habituel.

“Les visites d’enfants en bonne santé et d’autres examens annuels tels que les examens médicaux à l’école ou au camp, sont des opportunités cruciales pour détecter des problèmes oculaires chez les enfants qui peuvent avoir des conséquences durables sur leur éducation et leur vie, et ces données montrent clairement qu’il y a place à l’amélioration”, a déclaré Olivia Killeen, MD, MS, qui a réalisé l’étude alors qu’elle était clinicienne nationale à l’UM Institute for Healthcare Policy and Innovation et au Kellogg Eye Center. Killeen est maintenant chercheur clinique en ophtalmologie pédiatrique à Duke Health.

À la base de la disparité selon le statut d’assurance se trouve une disparité dans les visites de soins primaires axées sur la prévention et la détection précoce. Seuls 46 % des enfants non assurés ont eu une visite de soins préventifs chez leur prestataire habituel au cours de l’année écoulée, contre 81 % des enfants assurés dans le secteur privé et 73 % des enfants assurés dans le secteur public.

Les enfants ayant des besoins particuliers en matière de soins de santé – qui peuvent être éligibles à une couverture d’assurance maladie complète ou partielle dans le cadre du programme d’assurance maladie pour enfants ou CHIP même si leurs parents ou tuteurs gagnent trop d’argent pour être admissibles à Medicaid – avaient des taux de dépistage de la vue très faibles. Seulement 28 % des personnes bénéficiant d’une assurance publique, 19 % de celles bénéficiant d’une assurance privée et 12 % de celles qui ne sont pas assurées ont fait contrôler leur vision au cours de l’année écoulée.

Publications similaires