Pourquoi l'exercice de votre "bon bras" peut aussi aider celui en écharpe

Pourquoi l’exercice de votre “bon bras” peut aussi aider celui en écharpe

Accueil » Nutrition » Healthy » Pourquoi l’exercice de votre “bon bras” peut aussi aider celui en écharpe

Les membres blessés ont besoin de repos. Ils sont souvent maintenus dans une écharpe ou un plâtre pour les immobiliser afin de favoriser la guérison. Mais cela peut signifier des muscles plus petits et plus faibles plusieurs semaines plus tard. Il faut beaucoup de temps pour réhabiliter ces muscles et la force et la fonction musculaires peuvent ne pas être entièrement restaurées pour certaines personnes.

Les experts en apprennent de plus en plus sur “l’effet d’éducation croisée” où l’entraînement d’un côté du corps entraîne une augmentation de la force du côté opposé du corps. Notre étude récente montre qu’il peut également arrêter la fonte musculaire dans le bras “inutilisé”.

Alors, comment pouvons-nous exploiter cet effet ?

Comment ça fonctionne

Découverts pour la première fois il y a 100 ans, les mécanismes qui sous-tendent l’effet d’éducation croisée n’ont pas encore été entièrement clarifiés. Mais il est probablement associé à des adaptations neurales dans le cortex moteur du cerveau qui contrôle les mouvements dans le corps.

Les chercheurs ont passé en revue près de 100 études et ont montré que le rapport moyen de transfert entre le corps entre le gain de force dans le muscle entraîné et le muscle non entraîné variait de 48 % à 77 %. Ainsi, si la force de votre bras entraîné a augmenté de 20 % après avoir entraîné le même muscle de votre bras non entraîné, la force peut augmenter de 10 % même si vous n’avez rien fait avec ce bras.

De tels changements pourraient être dus à une augmentation de l’excitabilité corticale (l’activité cérébrale pour contrôler le mouvement), une réduction de l’inhibition corticale (le signal d’arrêt des mouvements), une réduction de l’inhibition inter-hémisphérique (les signaux qui dirigent les instructions de mouvement vers un côté du corps mais pas vers le autres), des changements dans l’activation volontaire ou l’activation de nouvelles régions du cerveau.

Il semble que le type de contraction musculaire lors de l’entraînement affecte l’étendue de l’effet d’éducation croisée.

Il existe trois types de contractions musculaires :

  • isométrique (statique) où la force produite par un muscle est égale à la charge sur le muscle, comme tenir un haltère
  • concentrique (raccourcissement) dans lequel la force est supérieure à la charge, comme soulever un haltère
  • excentrique (allongement) dans lequel la force est inférieure à la charge, comme l’abaissement d’un haltère.

Les muscles peuvent produire une plus grande force pendant les contractions excentriques que les contractions isométriques ou concentriques. Et moins de fatigue est induite pendant les contractions excentriques que les autres. Les exercices de résistance – lorsque les muscles travaillent contre un poids ou une force – augmentent la force musculaire et l’endurance en utilisant ces types de contractions musculaires.

Plusieurs études rapportent que l’exercice consistant en des contractions musculaires uniquement excentriques (par exemple, abaisser un haltère mais pas le soulever) produit un effet d’éducation croisée plus important que l’exercice consistant en des contractions concentriques uniquement (soulever uniquement) ou concentriques-excentriques (soulever et abaisser).

Une étude a montré que l’entraînement physique excentrique affectait davantage les réponses cerveau-rachis et les signaux d’arrêt (inhibition) du membre non entraîné que l’entraînement concentrique.

Ce que nous avons étudié

En 2021, nous avons comparé l’entraînement à l’exercice de résistance excentrique et concentrique pour l’effet d’éducation croisée dans lequel 18 jeunes (âgés de 20 à 23 ans) ont effectué un entraînement progressif de résistance aux fléchisseurs du coude avec un bras deux fois par semaine pendant cinq semaines en utilisant un haltère.

Les groupes d’entraînement excentrique (allongement) et concentrique (raccourcissement) ont augmenté la force musculaire de manière similaire après l’entraînement (de 23 à 26 %) pour le bras entraîné. Mais le bras non entraîné a montré une plus grande augmentation de la force après un entraînement excentrique (23 %) qu’après un entraînement concentrique (12 %). Le taux de transfert entre les corps (correspondance entre le gain de force des deux côtés) était beaucoup plus élevé (91 %) pour l’entraînement excentrique lorsque les participants n’abaissaient qu’un haltère par rapport à l’entraînement concentrique (49 %) lorsqu’ils le soulevaient.

Cela concorde avec notre étude précédente qui a montré des gains de force et un effet d’éducation croisée plus importants grâce à un entraînement excentrique.

Publiée en février, notre étude la plus récente a porté sur 12 jeunes hommes et a montré comment l’entraînement d’un bras peut prévenir l’affaiblissement de l’autre. Aucun entraînement n’a vu la force musculaire et la taille du bras inactif réduites jusqu’à 17 %. L’entraînement concentrique a réduit la perte à 4 %. Mais l’entraînement excentrique a augmenté la force du bras immobilisé de 4% et a complètement aboli l’atrophie (fonte musculaire).

Que demander à votre kiné

Ces résultats appuient la recommandation d’un entraînement en résistance utilisant des mouvements excentriques ou d’allongement du membre non immobilisé pour prévenir la perte de force musculaire et l’atrophie dans les blessures réelles telles que les entorses et déchirures ligamentaires ou les fractures osseuses et après une intervention chirurgicale.

Ce type de formation n’a pas été largement utilisé en réadaptation jusqu’à présent. Une enquête plus approfondie sur les mécanismes en jeu est nécessaire, mais nos résultats pourraient éclairer les changements dans la façon dont la réadaptation est mise en œuvre.

Si vous êtes blessé et/ou avez subi une intervention chirurgicale et avez un bras ou une jambe immobilisé, il vaut la peine de discuter avec votre médecin, chirurgien ou physio si l’exercice du membre correspondant sur votre bon côté, en particulier avec des mouvements d’allongement contre résistance ou avec un poids, pourrait vaut la peine d’essayer.

Publications similaires