Problèmes de santé mentale pendant le COVID très variables selon le groupe de symptômes et le groupe de population : étude

Problèmes de santé mentale pendant le COVID très variables selon le groupe de symptômes et le groupe de population : étude

Accueil » Psychologie » Troubles mentaux » Adulte » Problèmes de santé mentale pendant le COVID très variables selon le groupe de symptômes et le groupe de population : étude

Les personnes déjà diagnostiquées avec un trouble mental avant la pandémie de COVID-19 n’ont pas présenté d’augmentation disproportionnée de leurs symptômes par la suite. Il s’agit de l’un des résultats de la première revue systématique d’études longitudinales suivant la population étudiée avant et pendant les dix-huit premiers mois de la pandémie. L’article est publié dans la revue Médecine Psychologique.

Même au cours des 18 premiers mois qui ont suivi le début de la pandémie de COVID-19, un nombre écrasant d’études scientifiques ont été publiées sur l’impact du COVID sur la santé mentale. “Mais la grande majorité d’entre eux ne suivaient pas déjà leur population de recherche avant que la pandémie n’éclate”, explique la psychologue Eiko Fried de l’Université de Leiden, qui travaille à mesurer, modéliser et, finalement, mieux comprendre les problèmes de santé mentale. “Alors, que pouvons-nous apprendre de ces études avec des mesures répétées ?”

De 10 000 à 97 études

Avec des chercheurs de l’Université de Pittsburgh, Fried a publié la première revue systématique d’études publiées entre le 29 janvier 2020 et le 24 juin 2021 qui suivaient des groupes spécifiques avant même la pandémie et étaient donc capables de mesurer les changements dans les symptômes.

“En outre, nous avons essayé de comprendre les résultats à un niveau plus fin. Premièrement, nous avons fait la distinction entre des groupes de symptômes, tels que les troubles anxieux, la dépression, le trouble de stress post-traumatique (SSPT) et le trouble obsessionnel-compulsif. Deuxièmement, nous avons étudié dans quelle mesure des populations particulières ont été touchées, comme les étudiants, les anciens combattants ou les personnes souffrant de conditions physiques préexistantes », explique Fried.

Au total, les chercheurs ont trouvé près de 10 000 études sur les effets mentaux de la pandémie de COVID publiées au cours des 18 premiers mois de la pandémie. Après avoir sélectionné celles qui répondaient à leurs critères d’inclusion, il restait 97 publications, que l’équipe a ensuite parcourues du début à la fin.

« Les problèmes mentaux sont complexes et multifactoriels »

Au lieu de résultats simples, tels que l’augmentation générale des problèmes de santé mentale, les résultats ont été « désordonnés et mitigés », dit Fried. Et c’est en même temps l’un des messages les plus importants que les chercheurs souhaitent transmettre au monde : Les problèmes mentaux sont après tout complexes et multifactoriels. Si l’on veut vraiment découvrir des informations sur lesquelles fonder des interventions et des orientations politiques, il faut toujours regarder avec une loupe.

Certaines conclusions générales ressortent néanmoins. Par exemple, il y a eu une nette augmentation des symptômes dans les domaines de « l’anxiété » et de la « dépression ».

Trouble obsessionnel compulsif

Les symptômes du trouble obsessionnel-compulsif ont augmenté dans toutes les études qui se sont penchées sur ce sujet. “L’augmentation des symptômes était particulièrement élevée chez les personnes présentant des symptômes liés au contrôle du lavage”, précise Fried. “Ce qui ne devrait pas surprendre.”

En revanche, pour le SSPT, pour lequel seules cinq études ont pu être incluses dans la revue, les résultats étaient très variés. “Mais ce qui nous a vraiment surpris”, explique Fried, “c’est que les personnes chez qui on avait déjà diagnostiqué un trouble mental avant la pandémie ne présentaient pas d’augmentation disproportionnée de leurs symptômes”. Sauf – encore – dans le domaine des troubles obsessionnels compulsifs.

Les enfants et les adolescents présentaient les plus fortes augmentations de symptômes dans tous les domaines, et les femmes âgées de 20 à 40 ans présentaient une augmentation importante des symptômes d’anxiété et de dépression. Ce dernier point concorde avec les études montrant que le travail de soin des femmes a augmenté pour les femmes, en particulier à une époque où les écoles étaient fermées.

Diminution des symptômes

Ce qui est encore plus frappant, c’est que les symptômes ont même parfois diminué pendant la période du COVID. Une étude menée auprès de 2 364 étudiants chinois de premier cycle, par exemple, a montré une nette diminution de l’anxiété et de la dépression.

“Je ne peux que spéculer sur pourquoi, il y a beaucoup de choses que nous ne savons pas. Mais vous pouvez penser à quelques explications. Par exemple, certains élèves peuvent avoir connu des niveaux de stress scolaires plus faibles pendant les confinements, et peut-être que les enseignants ont été plus accommodants.” dit Fried.

Les chercheurs concluent que la réponse en matière de santé mentale pendant la pandémie variait en fonction à la fois des caractéristiques des groupes de symptômes et des échantillons. La variabilité des réponses devrait donc être une considération clé pour guider les recherches et interventions futures.

Publications similaires