Selon une étude observationnelle, le fait que les parents évitent les expositions toxiques pourrait aider à réduire le risque d'autisme et de TDAH chez les enfants

Selon une étude observationnelle, le fait que les parents évitent les expositions toxiques pourrait aider à réduire le risque d'autisme et de TDAH chez les enfants

Accueil » Psychologie » Troubles mentaux » Enfant » Selon une étude observationnelle, le fait que les parents évitent les expositions toxiques pourrait aider à réduire le risque d'autisme et de TDAH chez les enfants

Selon une étude publiée dans Journal des xénobiotiquesdirigé par des chercheurs du Centre des sciences de la santé de l'Université du Texas à San Antonio (UT Health San Antonio).

À l'aide d'un questionnaire validé et auto-administré désormais utilisé dans le monde entier pour identifier les personnes souffrant d'intolérance chimique – le Quick Environmental Exposure and Sensitivity Inventory (QEESI) – les parents et les praticiens peuvent déterminer le risque pour chaque famille et savoir quelles expositions éviter dans leur propre maison où la plupart des gens y passent la majeure partie de leur journée, selon les chercheurs.

Une enquête basée sur la population menée auprès de près de 8 000 adultes américains, utilisant le QEESI, a révélé que les parents ayant des scores d'intolérance chimique dans le dixième centile supérieur étaient 5,7 fois plus susceptibles de signaler un enfant autiste et 2,1 fois plus susceptibles de souffrir de TDAH par rapport aux parents du bas du classement. dixième centile.

Les résultats s'appuient sur une étude réalisée en 2015 par UT Health San Antonio qui a pour la première fois établi un lien entre l'intolérance chimique chez les patients et le risque que leurs enfants développent l'autisme et le TDAH.

“Il s'agit du tout premier article dans la littérature médicale montrant que l'intolérance chimique chez les parents peut prédire le risque d'autisme et de TDAH chez leurs enfants, et suggère que la réduction des expositions avant et pendant la grossesse pourrait contribuer à la prévention”, a déclaré Claudia S. Miller. , MD, MS, professeur émérite au Département de médecine familiale et communautaire de l'UT Health San Antonio. “Jusqu'à présent, la plupart des interventions étaient comportementales ou médicales, après le diagnostic d'un enfant.”

Miller est l'auteur principal de l'étude intitulée « L'évaluation de l'intolérance chimique chez les parents prédit le risque d'autisme et de TDAH chez leurs enfants ». Les co-auteurs incluent Raymond F. Palmer, Ph.D., et Rodolfo Rincon, MD et spécialiste, tous deux du Département de médecine familiale et communautaire de l'UT Health San Antonio ; et David Kattari, statisticien à la Fondation Marilyn Brachman Hoffman à Fort Worth, Texas.

Les chercheurs notent que l'étude est observationnelle et que des recherches supplémentaires sont nécessaires à l'aide d'essais contrôlés pour confirmer la causalité et explorer davantage le mécanisme proposé à l'origine de l'intolérance chimique.

Pourtant, ils ont écrit : « Les implications de cette étude, si elles sont confirmées, pourraient être significatives pour les mesures préventives et les stratégies d’intervention précoce dans les familles souffrant d’intolérance chimique parentale. Nous recommandons que tous les futurs parents soient évalués pour l’intolérance chimique à un âge précoce. »

Mastocytes et autisme

Le médecin-chercheur Miller a proposé pour la première fois en 1996 un processus pathologique en deux étapes, d'initiation par exposition puis de déclenchement de symptômes appelé TILT, pour Toxicant-Induced Loss of Tolerance, comme mécanisme à l'origine de l'intolérance chimique. Elle a été médecin/consultante environnementale sur les expositions.

Ses articles publiés ont exploré l'impact des pesticides, la guerre du Golfe, les implants mammaires et autres, le 11 septembre, les moisissures toxiques, les produits de combustion des incendies et les polluants de l'air intérieur dans les maisons, écoles et lieux de travail dits « malades », y compris le Le bâtiment du siège de l'EPA à Washington, DC

La nouvelle étude intervient dans le contexte d'une augmentation de 317 % de la prévalence de l'autisme depuis 2000, qui touche désormais un enfant sur 36 dans le pays, notent les chercheurs, citant des données provenant des Centers for Disease Control and Prevention. Et la prévalence du TDAH est passée à un enfant sur huit, également selon le CDC.

Miller et ses collègues ont découvert en 2021 une forte association entre l'intolérance chimique et les « mastocytes », considérés comme les premiers intervenants du système immunitaire, qui proviennent de la moelle osseuse et migrent vers l'interface entre les tissus et l'environnement externe où ils résident ensuite.

Lorsqu’ils sont exposés à des « xénobiotiques », des substances étrangères comme des produits chimiques et des virus, ils peuvent libérer des milliers de molécules inflammatoires appelées médiateurs. Cette réponse se traduit par des réactions de type allergique, certaines très graves. Ces cellules peuvent être sensibilisées par une seule exposition aiguë aux xénobiotiques ou par des expositions répétées à des niveaux inférieurs. Par la suite, même de faibles niveaux de ces substances et d’autres substances non liées peuvent amener les mastocytes à libérer les médiateurs qui peuvent conduire à une inflammation et à une maladie.

Dans leur dernière étude, les chercheurs ont déterminé que les scores élevés d’intolérance chimique chez les parents d’enfants autistes, associés à la découverte de 2021 de l’activation des mastocytes en tant que biomécanisme plausible de l’intolérance chimique, suggèrent que :

  • Le QEESI permet d’identifier les personnes à risque accru.
  • Les conseils environnementaux, tels que les visites à domicile personnalisées pour évaluer les risques à la maison, peuvent réduire l'exposition personnelle à d'éventuels déclencheurs tels que les pesticides, les parfums et la fumée de tabac, en particulier pendant la grossesse et l'enfance.
  • L'augmentation mondiale de l'autisme et du TDAH pourrait être due au fait que des substances toxiques biogéniques et dérivées de combustibles fossiles « activent » ou « désactivent » de manière épigénétique des gènes critiques de mastocytes qui peuvent être transmis d'une génération à l'autre.

Les chercheurs concluent qu'une fois les mastocytes sensibilisés, divers xénobiotiques qui n'ont jamais dérangé la personne auparavant et qui ne dérangent pas la plupart des gens déclenchent des symptômes multisystémiques qui augmentent et diminuent avec le temps. Et ils pensent que l’activation et le déclenchement persistants des mastocytes pourraient être à l’origine de l’inflammation cérébrale dans l’autisme.

“Le rôle potentiel des substances toxiques environnementales dans l'influence de l'épigénétique et de la fonction des mastocytes est un domaine de recherche complexe et émergent”, ont-ils écrit. “Reconnaissant le besoin de preuves supplémentaires, nous espérons que cette étude contribuera à une meilleure compréhension du rôle potentiel des facteurs environnementaux dans l'augmentation mondiale de l'autisme et du TDAH.”

Les auteurs ont créé des outils pour les patients, les praticiens et les chercheurs, décrits dans leur « Tutoriel TILT sur l'intolérance chimique, l'autisme et le TDAH », disponible avec d'autres ressources sur https://TILTresearch.org.

★★★★★

A lire également