Selon une étude suédoise sur les donneurs de sang, beaucoup plus de personnes infectées par le virus de l'encéphalite à tiques qu'on le pensait auparavant

Selon une étude suédoise sur les donneurs de sang, beaucoup plus de personnes infectées par le virus de l’encéphalite à tiques qu’on le pensait auparavant

Accueil » Santé » Maladies » Selon une étude suédoise sur les donneurs de sang, beaucoup plus de personnes infectées par le virus de l’encéphalite à tiques qu’on le pensait auparavant

Le nombre d’infections par le virus TBE transmis par les tiques et non détectées par les services de santé est bien plus élevé qu’on ne le pensait auparavant. Cela a été démontré dans une nouvelle étude menée auprès de donneurs de sang suédois de l’Université d’Uppsala et de l’hôpital universitaire d’Uppsala. Les résultats ont été publiés dans la revue Eurosurveillancequi est associé au Centre de prévention et de contrôle des maladies de l’UE.

“Nous avons été très surpris qu’une proportion aussi élevée de donneurs de sang présentent des traces d’une infection antérieure par le virus TBE. C’est bien plus que ce que l’on aurait pu soupçonner sur la base du nombre de cas signalés”, explique Bo Albinsson, doctorant à l’Université d’Uppsala. , l’un des premiers auteurs de l’article.

L’encéphalite à tiques (ETB) est une maladie très grave qui est de plus en plus courante dans une grande partie de l’Europe. Selon les statistiques de l’Agence suédoise de la santé publique, 597 cas de maladie avaient été signalés en Suède en novembre 2023, soit le nombre le plus élevé jamais enregistré en une seule année.

La TBE est une maladie à déclaration obligatoire depuis 2004 en vertu de la loi sur les maladies transmissibles et tous les cas doivent donc être signalés au médecin régional chargé du contrôle des infections et à l’Agence de santé publique de Suède. Cependant, les personnes qui ne développent que des symptômes légers, voire aucun symptôme, ne sont pas détectées par les services de santé et n’apparaissent donc pas dans les statistiques. Jusqu’à présent, la relation entre le nombre de cas signalés et la proportion de personnes infectées était inconnue.

Les méthodes traditionnelles permettant de déterminer si une personne a déjà été infectée par le virus ne sont pas totalement fiables, car les personnes vaccinées contre la TBE peuvent également être testées positives. De plus, on ne sait pas exactement combien de personnes ont été vaccinées, car la Suède ne dispose pas de registre national de vaccination contre la TBE.

Dans la nouvelle étude, fruit d’une collaboration suédoise, les chercheurs ont étudié des analyses de sang réalisées auprès de 2 700 donneurs de sang anonymes provenant de neuf régions de Suède. La méthode qu’ils ont utilisée s’appelle TBE-SMIA (essai immunologique multiplex en suspension) et a été développée au Centre scientifique des zoonoses (ZSC) de l’Université d’Uppsala en collaboration avec le service de microbiologie clinique de l’hôpital universitaire d’Uppsala.

Il permet pour la première fois de distinguer efficacement la réponse anticorps après une infection par le virus TBE de la réponse après une vaccination contre le TBE. Cela a permis aux chercheurs d’identifier combien de personnes ont été infectées. Ils ont également pu estimer la proportion de la population vaccinée dans chaque région.

Les résultats ont montré que la proportion de donneurs de sang ayant des antécédents d’infection par le virus TBE variait de 1 % à 7 % entre les différentes régions. Sur la base de la taille de la population des régions, les chercheurs estiment que cela correspond à un total de plus de 160 000 personnes âgées de 15 à 65 ans, ce qui est nettement plus élevé que les estimations précédentes.

Les chercheurs ont également constaté que la proportion de donneurs de sang vaccinés contre la TBE variait entre 8,7 % et 57 % selon les régions. Au total, cela représente plus de 1,6 million de Suédois (âgés de 15 à 65 ans) dans les régions étudiées.

“Il est à noter que le nombre de cas confirmés de TBE augmente malgré une couverture vaccinale relativement bonne. Des recherches supplémentaires sont donc nécessaires, par exemple en cartographiant soigneusement la distribution du virus dans différentes populations de tiques. Nos résultats fournissent un contexte important pour les futures stratégies de vaccination. et nous pensons qu’il vaudrait la peine d’envisager d’établir un registre national de vaccination contre la TBE”, déclare Tove Hoffman, chercheur au ZSC et autre premier auteur de l’étude.

★★★★★

A lire également