Sept conseils pratiques pour réussir

Sept conseils pratiques pour réussir

Accueil » Psychologie » Troubles mentaux » Enfant » Sept conseils pratiques pour réussir

Le trouble déficitaire de l’attention/hyperactivité (TDAH) n’est souvent pas diagnostiqué chez les adultes, y compris les parents, mais il a un impact significatif sur la vie familiale.

Un parent atteint de TDAH peut avoir du mal à gérer son temps et à rester concentré. Ils peuvent sembler avoir le contrôle, mais leur vie quotidienne peut être chaotique avec des rendez-vous manqués, des difficultés à se souvenir et à faire respecter les règles à la maison et une difficulté à assumer leurs responsabilités.

Lorsqu’il est stressé, un parent atteint de TDAH peut être sujet à des moments de frustration et de colère en réponse à des provocations mineures. Cette lutte émotionnelle peut conduire à des réactions dures envers les enfants, que les parents regrettent souvent une fois le moment passé.

Comprendre le TDAH chez les adultes

Le TDAH implique des modèles d’inattention (oubli, facilité de distraction), d’hyperactivité (agitation, agitation) et d’impulsivité (interrompre une conversation ou parler à contretemps). Le TDAH est hautement héréditaire, ce qui signifie que les parents atteints de TDAH auront souvent un enfant atteint de TDAH.

On estime que 8 % des enfants dans le monde souffrent de TDAH, tandis que seulement 3 % des adultes répondent aux critères du TDAH. Une des raisons de cette différence pourrait être que les symptômes du TDAH s’atténuent à mesure que les individus vieillissent, en particulier les symptômes d’hyperactivité/impulsivité.

Bien que certaines personnes ne répondent plus aux critères diagnostiques du TDAH à l’âge adulte, elles peuvent néanmoins subir des déficiences importantes dans leur vie. Il s’agit notamment d’une santé physique et de résultats socio-économiques inférieurs à ceux des personnes sans antécédents de TDAH.

Cependant, la recherche a montré une augmentation au cours de la dernière décennie des diagnostics de TDAH chez l’adulte, potentiellement due à une sensibilisation accrue au TDAH et/ou à la disponibilité d’évaluations cliniques. Plusieurs rapports anecdotiques indiquent que les parents n’ont pris conscience de leurs propres symptômes de TDAH qu’en cherchant de l’aide pour leur enfant.

L’impact du TDAH sur la parentalité

La tendance du TDAH à se transmettre au sein des familles a des implications importantes car elle peut affecter la façon dont les parents interagissent avec leurs enfants. Des recherches ont montré que les symptômes du TDAH chez les parents sont associés à des comportements parentaux plus durs (comme crier après un enfant, une réaction excessive et des punitions sévères) et à des pratiques parentales plus laxistes (comme une discipline incohérente ou l’imposition de peu ou pas de limites).

Cela est logique à la lumière des symptômes du TDAH, notamment des difficultés d’oubli et d’impulsivité. Les personnes atteintes de TDAH ont également souvent du mal à réguler leurs émotions intenses. Ensemble, ces symptômes peuvent rendre plus difficile pour les parents de rester calmes et cohérents lorsqu’ils interagissent avec leur enfant.

Cependant, la recherche indique également que les symptômes du TDAH des parents ne semblent pas avoir d’impact sur leur capacité à être chaleureux, attentionnés et aimants.

D’autres recherches suggèrent également qu’il existe une « similarité » si un parent et un enfant souffrent tous deux de TDAH. Dans ces familles, les parents atteints de TDAH peuvent également faire preuve de plus d’empathie et de tolérance envers les difficultés de leur enfant et être en mesure de jouer plus efficacement avec eux car ils peuvent suivre le rythme de jeu de leur enfant.

Stratégies pratiques pour les parents atteints de TDAH

Élever des enfants atteints de TDAH peut être un défi. Les enfants atteints de TDAH bénéficient souvent de stratégies spécifiques telles que l’établissement de règles claires et de limites cohérentes, l’utilisation d’un système qui récompense les comportements appropriés et le fait de passer beaucoup de temps de qualité ensemble. Ces stratégies peuvent être difficiles à maintenir pour les parents confrontés à leur propre TDAH.

Voici quelques stratégies pratiques qui peuvent être utiles aux parents atteints de TDAH ou qui pensent qu’ils pourraient en souffrir :

1. Recherchez l’aide d’un professionnel si nécessaire pour vos propres symptômes de TDAH

Si vous pensez souffrir de TDAH mais n’avez pas reçu de diagnostic, consultez un professionnel de la santé. Les médecins de famille et les psychiatres peuvent proposer des options médicamenteuses, tandis que les psychologues peuvent proposer une thérapie cognitivo-comportementale, un traitement très efficace contre le TDAH chez l’adulte.

2. Recherchez du soutien pour des problèmes parentaux spécifiques

Il existe des cours gratuits basés sur des recherches disponibles en ligne, comme celui-ci, et celui-ci spécialement conçu pour les papas (bien que les mamans et autres soignants soient également les bienvenus !).

Une autre voie de soutien est celle des psychologues cliniciens ou des travailleurs sociaux spécialisés dans le travail avec les enfants et les adolescents, ainsi que leurs parents. Recherchez quelqu’un qui peut fournir une formation comportementale aux parents, qui est un traitement fondé sur des preuves pour le TDAH chez l’enfant.

Il est utile de faire savoir au thérapeute que vous souffrez également de symptômes de TDAH. Il existe certaines preuves que des ajustements, y compris un rythme flexible (par exemple, se concentrer sur une seule chose pendant une séance, beaucoup de répétitions), une pratique supplémentaire et une thérapie de groupe de soutien, peuvent être particulièrement utiles pour les parents atteints de TDAH.

3. Soyez aimable envers vous-même

Le TDAH touche certaines zones du cerveau et rappelez-vous qu’il est hautement héréditaire. Si vous avez un enfant atteint de TDAH, ce n’est pas à cause de votre rôle parental ou de quoi que ce soit que vous ayez fait.

De plus, être parent est un travail difficile qui est encore plus difficile lorsque vous présentez des symptômes de TDAH et/ou lorsque votre enfant souffre de TDAH. Il est logique que les choses puissent parfois sembler hors de contrôle ! Vous êtes autorisé à ressentir des émotions négatives et à demander le soutien de votre famille et de vos amis si vous en êtes capable.

Travailler au développement de techniques d’adaptation efficaces (avec ou sans l’aide d’un professionnel) peut avoir l’effet supplémentaire de donner à votre enfant l’occasion d’observer et d’apprendre à travers votre exemple.

4. Utilisez des aides organisationnelles pour vous aider à gérer vos symptômes de TDAH

Au lieu de se fier uniquement à leur mémoire, les personnes atteintes de TDAH trouvent souvent efficace de tenir un calendrier, un agenda, un agenda quotidien ou une liste de choses à faire. Créer un registre externe des tâches et des rendez-vous, même si vous ne le vérifiez pas constamment, peut augmenter les chances de vous souvenir de ces responsabilités. La recherche montre que, pour les personnes présentant des niveaux élevés de symptômes de TDAH, l’utilisation de ces types de stratégies compensatoires était associée à moins de pratiques parentales négatives.

5. Réfléchissez de manière proactive aux situations récurrentes

Pour les situations parentales difficiles qui semblent se produire encore et encore, il peut être utile de réfléchir en arrière pour voir s’il existe des problèmes courants qui peuvent être résolus de manière proactive. Pensez aux comportements problématiques spécifiques que vous rencontrez avec votre enfant, ainsi qu’à leur contexte (comme l’endroit où vous étiez et ce qui s’est passé avant et après).

Cela peut aider à identifier les déclencheurs courants que vous pourrez modifier de manière proactive la prochaine fois que vous vous retrouverez dans une situation similaire (voir cette feuille de travail). À titre d’exemple simple : si vous remarquez que votre enfant agit toujours lorsqu’il s’ennuie, vous pouvez préparer un sac d’activités à emporter avec vous dans ces situations.

6. Réfléchissez à ce que vous pensez de votre enfant

Les recherches suggèrent que les parents atteints de TDAH ont tendance à blâmer davantage leurs enfants (par exemple : « mon enfant a renversé le lait volontairement ») par rapport aux parents sans TDAH. Ces types d’attributions peuvent rendre un parent plus enclin à réagir durement.

Si vous remarquez que vous avez ce genre de pensées, il peut être utile de faire une pause et de réfléchir à d’autres raisons possibles du comportement de votre enfant (par exemple, il était trop excité et a renversé le lait par accident).

La recherche suggère également qu’il peut être utile de remarquer les moments où votre enfant se comporte bien et de lui attribuer le mérite de ce comportement.

7. N’oubliez pas vos points forts

Les adultes atteints de TDAH sont tout à fait capables d’être des parents chaleureux, aimants et très engagés. Une parentalité positive est systématiquement liée à une meilleure santé mentale de l’enfant. Il vaut donc la peine de se concentrer sur ces aspects plus positifs de votre relation avec votre enfant.

En mettant en œuvre des stratégies efficaces pour gérer le TDAH et en recherchant des ressources en cas de besoin, les parents atteints de TDAH peuvent créer une vie de famille positive et épanouissante et constituer une solide source de soutien pour leurs enfants qui peuvent être aux prises avec des problèmes similaires.

★★★★★

A lire également