Symptômes de la fugue dissociative

Accueil » Psychologie » Troubles mentaux » Adulte » Symptômes de la fugue dissociative

La fugue dissociative est un ou plusieurs épisodes d’amnésie dans lesquels un individu ne peut pas se souvenir de tout ou partie de son passé. La perte de son identité ou la formation d’une nouvelle identité peut survenir lors d’un voyage soudain, inattendu et intentionnel loin de chez soi.

Les symptômes spécifiques incluent :

  • La perturbation prédominante est un voyage soudain et inattendu loin de chez soi ou de son lieu de travail habituel, avec incapacité à se remémorer son passé.
  • Confusion sur l’identité personnelle ou hypothèse d’une nouvelle identité (partielle ou complète).
  • La perturbation ne se produit pas exclusivement au cours d’un trouble dissociatif de l’identité et n’est pas due aux effets physiologiques directs d’une substance (par exemple, une drogue donnant lieu à abus, un médicament) ou d’une affection médicale générale (par exemple, l’épilepsie du lobe temporal).

Les symptômes provoquent une détresse cliniquement significative ou une altération du fonctionnement social, professionnel ou d’autres domaines importants.

La durée d’une fugue peut aller de quelques heures à des semaines ou des mois, parfois plus. Pendant la fugue, la personne peut paraître normale et ne pas attirer l’attention. La personne peut prendre un nouveau nom, une nouvelle identité et un nouveau domicile et peut s’engager dans des interactions sociales complexes. Cependant, à un moment donné, la confusion sur son identité ou le retour de l’identité d’origine peut faire prendre conscience à la personne d’une amnésie ou provoquer une détresse.

La prévalence de la fugue dissociative a été estimée à 0,2%, mais elle est beaucoup plus fréquente en relation avec les guerres, les accidents et les catastrophes naturelles. Les personnes atteintes d’un trouble dissociatif de l’identité présentent fréquemment des comportements de fugue.

La personne n’a souvent aucun symptôme ou n’est que légèrement confuse pendant la fugue. Cependant, lorsque la fugue se termine, la dépression, l’inconfort, le chagrin, la honte, un conflit intense et des pulsions suicidaires ou agressives peuvent apparaître, c’est-à-dire que la personne doit faire face à ce qu’elle a fui. Ne pas se souvenir des événements de la fugue peut causer de la confusion, de la détresse ou même de la terreur.

Une fugue en cours est rarement reconnue. Elle est suspectée lorsqu’une personne semble confuse quant à son identité, perplexe quant à son passé, ou conflictuelle lorsque sa nouvelle identité ou l’absence d’identité est remise en cause. Parfois, la fugue ne peut pas être diagnostiquée jusqu’à ce que la personne revienne brusquement à son identité d’avant la fugue et soit bouleversée de se retrouver dans des circonstances inconnues. Le diagnostic est généralement posé rétroactivement sur la base de l’histoire avec la documentation des circonstances avant le voyage, le voyage lui-même et la mise en place d’une vie alternative. Bien que la fugue dissociative puisse se reproduire, les patients présentant des fugues apparentes fréquentes présentent généralement un trouble dissociatif de l’identité.

La plupart des fugues sont brèves et auto-limitées. À moins qu’un comportement n’ait eu lieu avant ou pendant la fugue et ait ses propres complications, la déficience est généralement légère et de courte durée. Si la fugue a été prolongée et que les complications dues au comportement avant ou pendant la fugue sont importantes, la personne peut avoir des difficultés considérables – par exemple, un soldat peut être accusé de déserteur et une personne qui se marie peut être devenue par inadvertance bigame.

Dans les rares cas où la personne est encore dans la fugue, il est important de récupérer des informations (éventuellement avec l’aide des forces de l’ordre et des services sociaux) sur sa véritable identité, de comprendre pourquoi elle a été abandonnée et de faciliter sa restauration.

Le traitement implique des méthodes telles que l’hypnose ou des entretiens facilités par la drogue. Cependant, les efforts pour restaurer la mémoire de la période de la fugue sont souvent infructueux. Un psychiatre peut aider la personne à explorer les schémas intérieurs et interpersonnels de gestion des types de situations, de conflits et d’humeurs qui ont précipité la fugue afin d’éviter un comportement de fugue ultérieur.

***REMARQUE : Cette condition n’est pas reconnue comme son propre trouble dans le DSM-5 2013 mis à jour (manuel de diagnostic). Cette page est ici sur PsychCentral à des fins historiques uniquement. La fugue dissociative est maintenant considérée comme un spécificateur au sein du trouble de l’amnésie dissociative.

Publications similaires