Symptômes des mouvements oculaires rapides pendant le sommeil (MOR)

Accueil » Psychologie » Troubles mentaux » Adulte » Symptômes des mouvements oculaires rapides pendant le sommeil (MOR)

Le trouble du comportement du sommeil à mouvements oculaires rapides se caractérise par des réveils répétés après le sommeil paradoxal, qui peuvent inclure des vocalisations ou des comportements moteurs complexes. Les « comportements moteurs complexes » sont en réaction à des événements se produisant dans l’état de rêve d’une personne et sont souvent appelés « comportements de mise en œuvre des rêves ». Par exemple, une personne peut bouger ses bras de manière combative à cause des combats qui se déroulent dans son rêve. D’autres comportements peuvent inclure courir, donner des coups de poing, pousser, frapper, donner des coups de pied ou tomber du lit en raison de mouvements physiques.

Il s’agit d’une maladie rare qui survient chez moins de 0,5 % de la population.

Symptômes spécifiques du trouble du comportement en sommeil avec mouvements oculaires rapides

1. Épisodes répétés d’éveil pendant le sommeil, associés à des vocalisations et/ou à des comportements moteurs complexes.

2. Ces comportements surviennent pendant le sommeil paradoxal (REM) et se produisent donc généralement plus de 90 minutes après le début du sommeil. Ils sont plus fréquents pendant les dernières parties de la période de sommeil. Bien qu’ils puissent se produire pendant les siestes diurnes, ils sont rares.

3. Au réveil de ces épisodes, l’individu est complètement éveillé, alerte et non confus ou désorienté.

4. L’un des éléments suivants :

  • Sommeil paradoxal sans atonie sur enregistrement polysomnographique.
  • Antécédents évocateurs d’un trouble du comportement en sommeil paradoxal et diagnostic établi de synucléinopathie (p. ex., maladie de Parkinson, atrophie multisystémique).

5. Les comportements causent une détresse cliniquement significative ou une altération du fonctionnement social, professionnel ou d’autres domaines importants (qui peuvent inclure des blessures à soi-même ou au partenaire de lit).

6. La perturbation n’est pas attribuable aux effets physiologiques d’une substance ou d’une autre condition médicale.

7. Des troubles mentaux et médicaux coexistants n’expliquent pas les épisodes.

Nouveau sur le DSM-5. Code : 327.42 (G47.52)

Publications similaires