Toutes les douleurs ne sont pas les mêmes lorsqu’il s’agit de SEP

Toutes les douleurs ne sont pas les mêmes lorsqu’il s’agit de SEP

Accueil » Santé » Maladies » Toutes les douleurs ne sont pas les mêmes lorsqu’il s’agit de SEP

La douleur peut se présenter sous de nombreuses formes chez les personnes aux prises avec la sclérose en plaques, et un type peut interférer avec l’exercice, selon de nouvelles recherches.

Une classe de douleur ressentie par les patients atteints de SEP est ce que les auteurs de la nouvelle étude appellent nociceptive, causée par des lésions spécifiques des tissus. Une autre forme est la douleur neuropathique, causée par la perte de la gaine protectrice de myéline autour des nerfs, caractéristique de la maladie.

L’exercice est toujours possible avec ces deux types de douleur, mais un troisième type, appelé « douleur généralisée avec caractéristiques nociplasiques » ou WPNF, pourrait gêner l’exercice thérapeutique pour les personnes atteintes de SEP, rapporte une équipe de l’Université du Michigan.

“La WPNF est une douleur chronique et diffuse qui peut être difficile à localiser ou à décrire avec précision”, a expliqué l’auteur principal de l’étude, Libak Abou. Il est professeur adjoint de recherche en médecine physique et réadaptation à Michigan Medicine.

“Chez une personne atteinte de SEP, ce type de douleur résulte d’une altération des signaux de traitement au sein du système nerveux central”, a expliqué Abou dans un communiqué de presse de l’université.

Dans la nouvelle étude, l’équipe du Michigan a interrogé 938 personnes atteintes de SEP sur leurs niveaux quotidiens de douleur et d’activité physique.

L’étude a révélé que les patients qui signalaient des niveaux élevés de douleur WPNF étaient moins susceptibles d’être actifs que les personnes présentant des niveaux plus faibles.

Les résultats ont été publiés récemment dans Le journal de la douleur.

“Il est de plus en plus nécessaire de prendre en compte le type de douleur ressentie par les patients atteints de SEP avant de leur proposer un programme d’exercices”, a déclaré Abou. “Le concept consistant à prendre en compte le WPNF lors de la création de programmes d’exercices pour la SEP est plus récent, mais pourrait aider de nombreux patients à atteindre un niveau d’activité qui contribuerait à soulager les symptômes sans leur causer de douleur intense.”

Il espère que les médecins et les physiothérapeutes qui s’occupent des personnes atteintes de SEP pourront adapter les programmes d’exercices pour mieux aider les personnes aux prises avec la douleur du WPNF.

“L’objectif final est d’aider les personnes atteintes de SEP à conserver leur indépendance fonctionnelle”, a déclaré Abou. “Il est également important de se rappeler que ces patients auront probablement besoin d’un soutien supplémentaire de la part de leur équipe de physiothérapie pour les maintenir sur un chemin moins douloureux.”

Copyright © 2024 JournéeSanté. Tous droits réservés.

★★★★★

A lire également