Un écart plus long entre les doses de vaccin COVID-19 peut augmenter la réponse immunitaire

Un écart plus long entre les doses de vaccin COVID-19 peut augmenter la réponse immunitaire

Accueil » Santé » COVID-19 » Un écart plus long entre les doses de vaccin COVID-19 peut augmenter la réponse immunitaire
  • Une nouvelle étude rassure qu’un intervalle plus long entre la première et la deuxième dose du vaccin Oxford-AstraZeneca ne compromettra pas la réponse immunitaire d’une personne.
  • Un écart allant jusqu’à 45 semaines a en fait conduit à une réponse immunitaire plus forte par rapport à l’intervalle recommandé.
  • Un jab « de rappel » plus de 6 mois après la deuxième dose a encore renforcé l’immunité, y compris contre les variantes existantes.
  • Il y avait une incidence plus faible d’effets secondaires bénins du vaccin après les deuxième et troisième doses qu’après la première dose.

Les pays à revenu faible et intermédiaire, comme le Bangladesh, sont confrontés à une résurgence des cas de COVID-19, alors que dans le même temps, leurs approvisionnements en vaccins restent très limités.

Dans ces pays, l’approvisionnement en vaccins insuffisant a entraîné des écarts plus longs que recommandés entre la première et la deuxième dose, ce qui soulève des inquiétudes quant aux réponses immunitaires inadéquates.

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) recommande un intervalle de 8 à 12 semaines entre la première et la deuxième dose du vaccin AstraZeneca, l’un des vaccins les plus largement distribués dans le monde.

Mais une nouvelle étude de l’Université d’Oxford au Royaume-Uni a rassuré qu’une deuxième dose du vaccin reste très efficace même après un intervalle pouvant aller jusqu’à 45 semaines.

En fait, la réponse immunitaire des volontaires après un délai prolongé était supérieure à la réponse après l’intervalle recommandé.

L’étude, qui n’a pas encore fait l’objet d’un examen par les pairs, apparaît sous forme de prépublication.

Des résultats encourageants

La recherche a révélé qu’un long délai peut être bénéfique, entraînant plus d’anticorps contre le SRAS-CoV-2, le virus qui cause le COVID-19, et une réponse immunitaire cellulaire améliorée.

“[Y]Vous obtenez une très forte induction d’anticorps avec ces intervalles très longs, et c’est très encourageant pour les pays où l’offre peut être limitée à court terme », a déclaré le professeur Teresa Lambe, Ph.D., l’un des auteurs de l’étude, lors d’une conférence de presse. conférence de presse organisée par le Science Media Center de Londres.

Son co-auteur, le professeur Sir Andrew Pollard, Ph.D., F.Med.Sci., a expliqué que cette découverte est conforme à l’expérience d’autres vaccins.

« C’est assez typique ; c’est ce que vous attendez des vaccins. Si après avoir donné la première dose, vous donnez plus de temps à la réponse immunitaire pour mûrir, vous avez tendance à voir des réponses légèrement meilleures plus tard », a-t-il déclaré.

L’étude a révélé que les niveaux d’anticorps restaient élevés jusqu’à 1 an après une dose unique.

Cependant, le professeur Pollard a déclaré qu’il existe un compromis entre le risque d’infection dû à une immunité en baisse constante après la première dose et une immunité éventuelle plus forte après une deuxième dose retardée.

«Mais nous ne savons pas vraiment pour le moment avec une dose combien de temps vous pouvez rester assis en toute sécurité avec toujours de bons niveaux de protection. Mais certainement, c’est plus de 3 mois », a-t-il déclaré.

Effets d’une dose « rappel »

La recherche a également montré qu’une troisième dose du vaccin original plus de 6 mois après la deuxième dose induisait une forte augmentation de l’immunité contre le SRAS-CoV-2, y compris les variantes les plus courantes.

La troisième dose a conduit à des niveaux plus élevés d’anticorps capables de neutraliser les variantes alpha, bêta et delta que ceux observés après la deuxième dose.

Cependant, les chercheurs ont souligné que la question de savoir si les gens auraient besoin d’une troisième dose de « rappel » était encore très présente.

Les dernières données de Public Health England suggèrent que deux doses du vaccin AstraZeneca offrent une protection de 92 % contre l’hospitalisation avec la variante delta.

Deux doses du vaccin Pfizer-BioNTech offrent une protection à 96 %.

Depuis le point de presse, le gouvernement britannique a annoncé que les personnes vulnérables au COVID-19 sévère pourraient se voir proposer un vaccin de rappel à partir de septembre 2021.

Comment l’étude a fonctionné

Pour évaluer l’efficacité d’une deuxième ou d’une troisième dose retardée, les chercheurs ont vacciné des volontaires âgés de 18 à 55 ans qui étaient inscrits dans un essai clinique du vaccin AstraZeneca et avaient déjà reçu une ou deux doses.

Au total, 30 participants ont reçu une deuxième dose tardive à une médiane de 44 semaines après la première. Les scientifiques ont découvert que leurs niveaux d’anticorps ultérieurs étaient plus élevés que ceux qui ont reçu leur deuxième dose après des intervalles de dose plus courts.

Chez 90 participants qui ont reçu une troisième dose, les niveaux d’anticorps étaient plus élevés que la réponse en anticorps 28 jours après une deuxième dose. Leurs réponses immunitaires des lymphocytes T ont également reçu un coup de pouce.

Les volontaires ont présenté moins de « réactogénicité » (effets secondaires plus légers) au vaccin après une deuxième ou une troisième dose retardée par rapport à la première dose.

Cependant, les auteurs notent certaines lacunes de leur étude. Par exemple, il y avait des données limitées sur les réponses des lymphocytes T après une deuxième dose retardée.

De plus, ils n’ont mesuré les réponses immunitaires que jusqu’à 28 jours après une troisième dose. Mais, ils prévoient de faire un suivi avec des volontaires à 6 mois.

Enfin, la recherche actuelle n’incluait que les jeunes adultes, mais une étude sur les personnes âgées est déjà en cours.

Pour des mises à jour en direct sur les derniers développements concernant le nouveau coronavirus et COVID-19, cliquez ici.

★★★★★

A lire également