Un faible taux de sérotonine pourrait ne pas causer de dépression, mais pourquoi les ISRS fonctionnent-ils toujours ?

Un faible taux de sérotonine pourrait ne pas causer de dépression, mais pourquoi les ISRS fonctionnent-ils toujours ?

Accueil » Santé » Un faible taux de sérotonine pourrait ne pas causer de dépression, mais pourquoi les ISRS fonctionnent-ils toujours ?

La dépression et les niveaux de sérotonine ne sont peut-être pas aussi étroitement liés que nous le pensions. Crédit image : Aurélien Morissard/Xinhua via Getty Images.

  • La dépression est une maladie mentale très répandue. Les options de traitement de la dépression sont individualisées et peuvent inclure l’utilisation de médicaments et une thérapie.
  • Les chercheurs ont émis l’hypothèse que de faibles niveaux de sérotonine provoquent la dépression.
  • Les données d’une récente revue systématique ont trouvé peu de preuves établissant un lien entre les niveaux de sérotonine et la dépression.

La dépression clinique est l’une des maladies mentales les plus courantes, touchant des millions de personnes dans le monde.

Bien que plusieurs facteurs contribuent à la dépression, une idée commune est qu’elle est liée à des déséquilibres chimiques dans le cerveau, en particulier à de faibles niveaux de sérotonine chimique.

Cependant, il peut y avoir moins de données soutenant cette théorie que les chercheurs ne l’avaient initialement pensé.

Une récente revue systématique systématique publiée dans Molecular Psychiatry a révélé qu’il existe peu de preuves pour étayer l’idée que la dépression est associée à de faibles niveaux de sérotonine.

Les ISRS comme traitement de la dépression

La dépression clinique est une maladie mentale grave qui affecte la qualité de vie et le bien-être. L’Organisation mondiale de la santé (OMS) note qu’environ 280 millions de personnes dans le monde vivent avec la dépression.

Les personnes souffrant de dépression présentent divers symptômes qui affectent leur humeur, leurs émotions et leur capacité à vaquer à leurs occupations quotidiennes.

Le traitement de la dépression implique souvent plusieurs approches. Par exemple, les personnes souffrant de dépression peuvent utiliser la thérapie cognitivo-comportementale (TCC) pour les aider à surmonter leurs perceptions et leurs schémas de pensée, ou d’autres formes de thérapie par la parole, y compris le conseil et la psychothérapie. D’autres changements de mode de vie peuvent également être envisagés.

Le traitement peut également inclure l’utilisation d’antidépresseurs tels que les inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine (ISRS). Les ISRS augmentent les niveaux de sérotonine dans le corps.

La sérotonine est un neurotransmetteur qui peut avoir un impact sur l’humeur et le comportement des gens, et les ISRS peuvent être efficaces pour traiter les symptômes de la dépression.

Cependant, la théorie selon laquelle les niveaux de sérotonine sont inextricablement liés à cette condition remonte aux années 1960. La revue récemment publiée dans Molecular Psychiatry conteste désormais cette notion ancienne.

Association de la dépression avec un faible taux de sérotonine

L’examen a examiné les données provenant d’examens systématiques, de méta-analyses et d’études sur de grandes bases de données. Les chercheurs n’ont pas inclus d’études animales ou d’études axées sur les sous-types de dépression tels que la dépression post-partum ou la dépression chez les personnes atteintes de conditions physiques spécifiques, telles que la maladie de Parkinson.

Leur recherche comprenait 17 études dans leur analyse. Dans une méta-analyse, il y avait peu de preuves que de faibles niveaux de tryptophane pourraient affecter les personnes ayant des antécédents familiaux de dépression.

Le tryptophane diminue la quantité de sérotonine disponible. Cependant, la plupart des données suggèrent que la dépression n’est pas associée à de faibles niveaux de sérotonine ou que de faibles niveaux de sérotonine provoquent la dépression.

Les chercheurs ont également trouvé des preuves soutenant l’idée que l’utilisation à long terme d’antidépresseurs pourrait en fait abaisser les niveaux de sérotonine dans le corps. Ils notent que des recherches supplémentaires sont nécessaires pour examiner les effets à long terme des antidépresseurs sur le corps.

Ils notent également que la qualité des revues incluses dans leur propre analyse était variable.

L’auteur de la revue, la professeure Joanna Moncrieff, de l’University College de Londres, a résumé les résultats de la manière suivante :

“Le principal message de l’article est que les preuves scientifiques accumulées sur plusieurs décennies ne soutiennent pas la théorie selon laquelle la dépression est causée par une carence en sérotonine. Étant donné que la sérotonine est la principale substance chimique du cerveau impliquée dans la dépression et celle qui a fait l’objet de recherches les plus approfondies à l’époque moderne, cela signifie que l’idée que la dépression est due à un déséquilibre chimique n’est pas scientifiquement établie.

Limites et implications

Les chercheurs ont été minutieux dans leurs méthodes de collecte et d’analyse des données. Cependant, ils notent que leur examen présente encore plusieurs limites. Par exemple, ils soulignent que certaines des études non génétiques incluses ne tenaient pas compte de l’impact de l’utilisation antérieure d’antidépresseurs et avaient des échantillons de petite taille.

Leur capacité à analyser des composants tels que la confusion était limitée en fonction de ce qui avait été fait dans les études, et certaines données étaient plus anciennes, indiquant la nécessité de recherches supplémentaires.

Les données disponibles suggèrent que de faibles niveaux de sérotonine ne provoquent pas de dépression. Cependant, cela ne signifie pas que les médecins cesseront d’utiliser les antidépresseurs comme option de traitement. Au lieu de cela, cela appelle à davantage de recherches sur les raisons pour lesquelles les antidépresseurs fonctionnent comme ils le font.

Le professeur Andrea Cipriani, professeur de psychiatrie à l’Université d’Oxford au Royaume-Uni, qui n’a pas participé à l’étude, a fait remarquer ce qui suit au MNT :

« Cette étude a tenté de répondre à la question : ‘Les personnes déprimées ont-elles différents niveaux de sérotonine ?’ Et les auteurs suggèrent que la réponse est « non ». Cependant, une question complètement différente est de savoir si les antidépresseurs fonctionnent. Cette question n’a pas été abordée dans l’article, et le problème – et le véritable danger – est que cette étude est en fait utilisée pour répondre à cette deuxième question… Le rôle possible de la sérotonine dans la dépression est une question distincte des effets antidépresseurs de la recapture sélective de la sérotonine inhibiteurs, et aucune théorie actuelle de l’action des antidépresseurs n’affirme que les antidépresseurs ne fonctionnent que par la correction d’un déséquilibre chimique correspondant antérieur.

Le point de vue du professeur Moncrieff était que :

“Les antidépresseurs ont été initialement suggérés pour agir en rectifiant l’anomalie de la sérotonine qui était censée sous-tendre la dépression. Comme le montre notre article, il n’y a aucune preuve d’une anomalie de la sérotonine dans la dépression. Cela signifie que nous ne comprenons pas réellement ce que font les antidépresseurs. Nous devons réévaluer les avantages et les inconvénients du traitement antidépresseur à la lumière de cela.

De plus, la recherche peut avoir un impact sur la façon dont les gens perçoivent l’utilisation des antidépresseurs. Les gens peuvent en venir à considérer les antidépresseurs davantage comme faisant partie d’une approche globale du traitement plutôt que comme une « solution ».

Le professeur Moncrieff a expliqué que «[m]On a dit à toutes les personnes que leurs problèmes d’humeur étaient dus à un déséquilibre chimique et qu’elles avaient besoin d’antidépresseurs pour les corriger.

“Cela”, a-t-elle suggéré, “a probablement contribué à l’utilisation croissante des antidépresseurs au cours des trois dernières décennies. Les gens devraient être informés que cela n’a pas été établi, afin qu’ils puissent prendre des décisions plus éclairées quant à l’utilisation ou non d’antidépresseurs.

Publications similaires