Un guide pour les parents sur les conversations sur la « sextorsion »

Un guide pour les parents sur les conversations sur la « sextorsion »

Accueil » Parents » Étapes » Enfant » Un guide pour les parents sur les conversations sur la « sextorsion »

Malheureusement, un enfant de 12 ans en Colombie-Britannique s’est suicidé à la suite d’un cas de sextorsion en ligne. Les parents en deuil de l’enfant exhortent passionnément les familles à parler à leurs enfants des dangers des prédateurs en ligne, dans l’espoir que les autres enfants puissent être protégés contre les risques en ligne.

L’extorsion sexuelle, ou « sextorsion », se produit lorsqu’une personne est contrainte de fournir de l’argent ou des images à caractère sexuel en menaçant de publier en ligne des photos ou des vidéos à caractère sexuel ou nu d’elle.

De nombreux cas de sextorsion surviennent dans le cadre de relations existantes avec des pairs, des partenaires amoureux ou des adultes. Cependant, dans certains cas, des prédateurs inconnus de l’enfant le poussent à partager des photos ou des vidéos intimes, puis à le transformer en arme de chantage.

En tant que psychologues cliniciens, nous reconnaissons et comprenons le défi auquel les parents sont confrontés pour être pleinement informés des activités en ligne de leurs enfants et pour naviguer dans des sujets difficiles. Ci-dessous, nous proposons des informations et des conseils pratiques aux parents pour engager et avoir des conversations sur le sexe, la sextorsion et les habitudes saines liées aux appareils.

1 adolescent sur 20 est victime de sextorsion

Dans une étude menée aux États-Unis auprès de plus de 5 500 adolescents âgés de 12 à 17 ans, cinq pour cent ont déclaré avoir été victimes de sextorsion. Les préjudices associés à la sextorsion comprenaient des contacts répétés en ligne, le harcèlement et la création de faux profils en ligne à leur sujet.

Environ le quart des jeunes qui ont déclaré avoir été victimes de sextorsion ont également déclaré avoir été menacés de voir leurs photos publiées publiquement ou envoyées à d’autres sans leur consentement.

Lorsque les enfants et les adolescents sont la cible de sextorsion, ils peuvent éprouver une peur et/ou une honte intenses lorsqu’ils parlent de ce qui s’est passé avec leurs parents et tuteurs, et peuvent être moins conscients des ressources ou des soutiens vers lesquels ils peuvent se tourner pour obtenir de l’aide.






Les garçons sont plus susceptibles d’être victimes de sextorsion

Alors que les filles sont plus susceptibles d’être victimes d’agressions sexuelles et que leurs images soient partagées sans leur consentement, les garçons sont plus susceptibles d’être victimes de sextorsion. On estime que les victimes dans 91 pour cent des cas de sextorsion signalés sont des garçons. Selon un rapport de l’Internet Watch Foundation, les garçons croient souvent à tort qu’ils participent à un échange mutuel d’images sexuelles, ce qui aboutit ensuite à une extorsion sexuelle en vue d’un gain financier.

En plus d’être victimes de cas de sextorsion, les garçons sont moins susceptibles que les filles de révéler leur victimisation à un parent ou à une figure d’autorité. Cela peut provenir d’un sentiment persistant de honte et de stigmatisation liée au fait d’être victime d’abus sexuels. Les attentes sociétales des garçons sont souvent de faire preuve de force et de courage, ce qui peut créer des difficultés pour reconnaître et/ou partager ouvertement lorsqu’ils sont vulnérables ou en détresse.

Sur le plan cognitif, les adolescents de sexe masculin sont plus sujets à l’impulsivité et aux comportements à risque que les filles et sont donc plus susceptibles de risquer de partager des photos qui seront ensuite utilisées comme chantage.

Parler aux enfants de la santé sexuelle et de la sécurité numérique

Éduquer les enfants à la sécurité en ligne implique de favoriser leur compréhension des risques numériques, ainsi que de la citoyenneté numérique : comment être en ligne en toute sécurité, de manière légale et éthique.

  1. Discutez avec vos enfants de la sexualité, du consentement, des activités et de la sécurité en ligne, tôt et souvent. Vous pouvez varier le contenu en fonction de l’âge et du stade de développement de l’enfant. Par exemple, avec des enfants plus jeunes, vous pouvez commencer à avoir des conversations sur le consentement, le sexe et les risques en ligne en termes généraux, puis lorsqu’ils entrent dans la préadolescence, ces conversations peuvent être élaborées pour inclure le sexting, la sextorsion et d’autres risques en ligne. Lorsque les conversations commencent tôt dans le développement de l’enfant, elles sont souvent moins gênantes à l’adolescence, car il est familier pour vous et votre enfant de parler de ces sujets.
  2. Abordez votre enfant avec ouverture et volonté de comprendre. Il est normal sur le plan du développement que les adolescents soient curieux de la sexualité et, parmi les adolescents plus âgés, qu’ils s’engagent dans des relations sexuelles. C’est également une fonction du cerveau en développement d’un adolescent que les décisions ne soient pas toujours prises en pensant aux conséquences à long terme. Il est donc important d’aborder les conversations sur le sexe et les comportements en ligne sans jugement, reproche ou réaction excessive. Des réponses telles que « A quoi pensais-tu ? » ou “Comment as-tu pu faire quelque chose comme ça?” pourrait accroître la honte et réduire la probabilité qu’ils viennent vers vous à l’avenir.
  3. Découvrez ce qu’ils savent déjà. Les conversations sur les risques en ligne tels que la sextorsion sont naturellement des sujets difficiles à aborder avec votre enfant. Vous pouvez commencer par poser des questions à votre enfant sur ce qu’il sait. “Avez-vous entendu parler du sexting ou de la sextorsion ?” « Dis-moi ce que tu penses que c’est ? » Modifiez la conversation en fonction de leur réponse. Au cours de ces conversations, renforcez l’idée que tout le monde n’est pas celui qu’il prétend être en ligne. Suggérez-leur que les seuls amis qu’ils devraient avoir en ligne sont ceux qu’ils connaissent dans la vraie vie.
  4. Générez des scénarios « et si ». Passez du temps avec votre enfant à discuter de la manière de gérer les situations difficiles en ligne, qu’il est très susceptible de rencontrer à un moment donné de sa jeunesse. Nous vous recommandons de générer des scénarios « et si » avec eux. “Et si j’envoie cette photo et que la personne à qui je l’envoie menace de la partager avec d’autres ? Vers qui puis-je me tourner pour obtenir de l’aide ?” De plus, avant de publier ou d’envoyer une photo ou un clip vidéo en ligne, apprenez aux enfants à se demander : « Est-ce illégal, nuisible ou blessant, ou est-ce que cela met mes informations personnelles en danger ?
  5. Restez impliqué dans l’utilisation d’Internet et des smartphones de votre enfant, ce qui implique de savoir qui sont ses amis en ligne et hors ligne et quelles applications de réseaux sociaux et quels sites Web ils utilisent. Fixez des limites avec vos enfants quant aux sites Web qu’ils peuvent visiter, aux applications de médias sociaux qu’ils peuvent utiliser et à ce qu’ils peuvent partager en ligne en toute sécurité. S’ils ont du mal à respecter ces limites, vous pouvez utiliser des bloqueurs de contenu pour restreindre l’accès au contenu réservé aux adultes et fixer des limites à l’utilisation d’Internet et des appareils. Cette ressource fournit un guide utile pour la mise en œuvre des contrôles parents.
  6. Essayez différentes stratégies. Si votre enfant se tortille et se désengage chaque fois que vous évoquez le sexe, la sextorsion ou les risques en ligne, ne vous découragez pas ; ces conversations sont difficiles pour tout le monde ! Vous pouvez essayer d’aborder la conversation de différentes manières. Par exemple, vous pouvez sortir vous promener avec votre enfant et engager cette conversation. Certains enfants se sentent plus à l’aise pour parler de sujets difficiles lorsqu’ils ne sont pas face à face avec un adulte. Une autre stratégie consiste à essayer l’humour pour lancer la conversation. Une campagne de santé publique intitulée « Don’t Get Sextorted » comporte une vidéo éducative destinée aux adolescents. Les parents pourraient visionner cette vidéo légère, rire avec leur enfant et l’utiliser comme catalyseur pour approfondir les conversations.

Les conseils que les enfants reçoivent de leurs parents ou d’un adulte de confiance sur les risques en ligne sont essentiels pour façonner leurs comportements et leur prise de décision en ligne et hors ligne. Parlons à nos enfants de leur sécurité numérique !

Ressources

Les ressources destinées aux parents qui souhaitent en savoir plus sur la sécurité de leurs enfants en ligne incluent Common Sense Media et Get Cyber ​​Safe.

Les parents ou les adolescents préoccupés par la diffusion de vidéos et d’images sans leur consentement, ou victimes de sextorsion, doivent immédiatement signaler leurs inquiétudes à la police locale. Au Canada, ils peuvent également consulter needhelpnow.ca et envoyer un signalement à cyberaide.ca. Aux États-Unis, ils peuvent consulter stopbullying.org.

★★★★★

A lire également