Un nouveau test urinaire s'avère prometteur pour rendre le dépistage du cancer du col de l'utérus plus accessible et moins invasif

Un nouveau test urinaire s'avère prometteur pour rendre le dépistage du cancer du col de l'utérus plus accessible et moins invasif

Accueil » Parents » Infertilité » Un nouveau test urinaire s'avère prometteur pour rendre le dépistage du cancer du col de l'utérus plus accessible et moins invasif

Le cancer du col de l’utérus est l’un des cancers les plus fréquents chez les femmes, avec environ 660 000 nouveaux cas et 350 000 décès dans le monde rien qu’en 2022. Presque tous les cas sont liés à des infections à haut risque par le virus du papillome humain (VPH). Les méthodes de dépistage actuelles impliquent la détection de l’ADN du VPH, mais des recherches récentes suggèrent que la mesure de l’activité cancérigène du VPH pourrait fournir une évaluation plus précise du risque de cancer.

Un nouveau test ultra-sensible peut-il mesurer avec précision les protéines liées au VPH dans l’urine pour aider à détecter le cancer du col de l’utérus ?

Un groupe de chercheurs dirigé par le professeur Etsuro Ito du département de biologie de l'université Waseda au Japon, ainsi que par le professeur Toshiyuki Sasagawa de l'université médicale de Kanazawa au Japon et le Dr Martin Müller du centre allemand de recherche sur le cancer en Allemagne, ont mis au point un test immuno-enzymatique ultrasensible (ELISA) pour détecter les oncoprotéines HPV16 E7 à haut risque dans l'urine. Leurs résultats ont été publiés dans Microorganismes le 14 juin 2024.

Ito explique : « Le cancer peut être évité par la vaccination avant qu'il ne se développe et par un dépistage régulier. Mais le dépistage constitue un obstacle majeur pour les jeunes femmes. »

« Notre nouveau test urinaire peut détecter les protéines HPV16 E7, qui sont des marqueurs essentiels du risque de cancer du col de l'utérus, à des niveaux extrêmement faibles. Cela signifie que les femmes peuvent être en mesure de dépister le cancer du col de l'utérus sans l'inconfort et les inconvénients d'un test Pap traditionnel. »

Les méthodes actuelles de dépistage du cancer du col de l’utérus reposent généralement sur un test Pap ou un test ADN HPV, qui nécessitent tous deux une visite chez un professionnel de la santé et peuvent être inconfortables pour de nombreuses femmes. Ce nouveau test urinaire offre une alternative non invasive, qui pourrait encourager davantage de femmes à participer à des dépistages réguliers.

Les chercheurs ont utilisé la méthode ELISA pour détecter les oncoprotéines E7 dans des échantillons d’urine. Le test a permis d’identifier ces protéines dans l’urine de femmes présentant différents stades de néoplasie intraépithéliale cervicale (CIN), un précurseur du cancer du col de l’utérus.

Le test ELISA a détecté des protéines E7 chez 80 % des femmes atteintes de CIN1, 71 % de CIN2 et 38 % de CIN3, ce qui suggère que la présence d'oncoprotéines E7 est corrélée à des lésions CIN de grade inférieur. Les chercheurs émettent l'hypothèse que cette différence pourrait être due à des variations dans le cycle de vie du VPH ou dans l'activité oncogène.

Ito déclare : « Nous pensons que l'oncoprotéine E7 est essentielle dans les premiers stades de la carcinogenèse cervicale liée au VPH et qu'E7 peut jouer un rôle plus important dans la progression de CIN1 et CIN2 que dans CIN3. »

Cette approche innovante s’inscrit dans le cadre des objectifs de santé mondiale visant à réduire les taux de cancer du col de l’utérus, en particulier dans les pays à revenu faible ou intermédiaire où l’accès aux méthodes de dépistage traditionnelles est limité. Avec un développement et une validation plus poussés, ce test urinaire pourrait devenir un outil standard dans la lutte contre le cancer du col de l’utérus, contribuant ainsi à sauver des vies grâce à une détection et un traitement plus précoces.

La mise au point d’un test urinaire non invasif pour détecter les protéines liées au VPH représente une avancée significative dans le dépistage du cancer du col de l’utérus. Il offre une solution prometteuse pour augmenter les taux de dépistage et réduire l’incidence du cancer du col de l’utérus dans le monde.

Ito conclut : « Cette nouvelle méthode est très prometteuse pour la détection précoce et la prévention du cancer du col de l'utérus. Nous sommes optimistes quant au fait que le développement et la validation ultérieurs de ce test conduiront à son utilisation généralisée dans les milieux cliniques. »

Publications similaires