Un nouvel antibiotique s’attaque à la gonorrhée pharmacorésistante lors d’un essai

Un nouveau traitement contre un cancer rare et agressif améliore les taux de survie dans le cadre d’un essai clinique révolutionnaire

Accueil » Nutrition » Healthy » Un nouveau traitement contre un cancer rare et agressif améliore les taux de survie dans le cadre d’un essai clinique révolutionnaire

Un traitement innovant augmente considérablement la survie des personnes atteintes de mésothéliome malin, un type de cancer rare mais rapidement mortel avec peu d'options de traitement efficaces, selon les résultats d'un essai clinique dirigé par l'Université Queen Mary de Londres. Les résultats ont été publiés dans JAMA Oncologie.

L'essai clinique de phase III, dirigé par le professeur Peter Szlosarek à Queen Mary, a dévoilé une avancée majeure dans le traitement du mésothéliome pleural malin (MPM), une forme de cancer rare et souvent rapidement mortelle avec des options thérapeutiques limitées.

L'essai ATOMIC-meso, une étude randomisée contrôlée par placebo portant sur 249 patients atteints de MPM, a révélé qu'un traitement combinant un nouveau médicament, ADI-PEG20, avec une chimiothérapie traditionnelle, augmentait la survie médiane des participants de 1,6 mois et quadrupléait la survie médiane des participants. survie à 36 mois, par rapport à la chimiothérapie placebo.

Les résultats sont significatifs, car le MPM présente l’un des taux de survie à cinq ans les plus bas de tous les cancers solides, soit environ 5 à 10 %. Cette approche innovante marque la première combinaison réussie d'une chimiothérapie avec un médicament ciblant le métabolisme du cancer développé pour cette maladie en 20 ans.

Le MPM est un cancer rare et agressif qui affecte la muqueuse des poumons et est associé à l'exposition à l'amiante. Elle est généralement traitée avec des médicaments de chimiothérapie puissants, mais ceux-ci sont rarement capables de stopper la progression de la maladie.

Le principe derrière ce nouveau traitement médicamenteux est élégant dans sa simplicité : affamer la tumeur en lui coupant son approvisionnement en nourriture. Toutes les cellules ont besoin de nutriments pour croître et se multiplier, notamment des acides aminés comme l’arginine. ADI-PEG20 agit en réduisant les niveaux d'arginine dans le sang. Pour les cellules tumorales qui ne peuvent pas fabriquer leur arginine en raison d’une enzyme manquante, cela signifie que leur croissance est contrecarrée.

L'essai ATOMIC-meso est le point culminant de 20 années de recherche au Queen Mary's Barts Cancer Institute qui ont commencé avec la découverte du professeur Szlosarek selon laquelle les cellules du mésothéliome malin sont dépourvues d'une protéine appelée ASS1, qui permet aux cellules de fabriquer leur propre arginine. Depuis, lui et son équipe ont consacré leurs efforts à utiliser ces connaissances pour créer un traitement efficace pour les patients atteints de MPM.

Le professeur Szlosarek a déclaré : « C'est vraiment merveilleux de voir la recherche sur la privation d'arginine des cellules cancéreuses se concrétiser. Cette découverte est quelque chose que j'ai mené depuis ses débuts en laboratoire, avec un nouveau traitement, ADI-PEG20, qui s'améliore désormais. ” Les vies des patients affectées par le mésothéliome. Je remercie tous les patients et leurs familles, les enquêteurs et leurs équipes, ainsi que Polaris Pharmaceuticals pour leur engagement à définir une nouvelle thérapie contre le cancer. “

Le Dr Tayyaba Jiwani, responsable de l'engagement scientifique chez Cancer Research UK, a déclaré : « Cette étude montre le pouvoir de la recherche exploratoire qui nous permet d'approfondir la biologie du mésothéliome pour découvrir des vulnérabilités que nous pouvons désormais cibler avec ADI-PEG20. »

Des études sont en cours évaluant l'ADI-PEG20 chez des patients atteints de sarcome ou de glioblastome multiforme (un type de tumeur cérébrale) et d'autres cancers dépendants de l'arginine. Le succès de cette nouvelle chimiothérapie dans le MPM suggère également que le médicament pourrait être bénéfique dans le traitement de plusieurs autres types de cancer.

★★★★★

A lire également